DE | FR

«Mesdames et messieurs», c'est dépassé: Swiss adopte le langage non genré

La compagnie aérienne dit adieu aux formulations conventionnelles du genre. La communication se modernise, y compris avec les passagers.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
18.06.2021, 15:4718.06.2021, 16:21
benjamin weinmann / ch media

C'est ce moment rassurant où l'on sait que la fastidieuse procédure de sécurité et d'enregistrement est terminée, que le siège pour le vol a été trouvé et qu'il est bientôt temps de partir. Puis, il est dit: «Mesdames et messieurs, bienvenue à bord de notre vol.»

Mais cette expression a fait son temps pour de plus en plus de compagnies aériennes, comme Easyjet ou Japan Airlines. Parce qu'elle n'est pas inclusive: elle se limite aux désignations conventionnelles de l'homme et de la femme. Elle ne tient pas compte des personnes de la communauté LGBTQI+, ayant des orientations sexuelles ou des identités de genre différentes. À bord d'Air Canada ou de Delta Air Lines, le message d'accueil est «Bonjour à tous» depuis plusieurs années.

Drapeau arc-en-ciel sur les médias sociaux

Aujourd'hui, Swiss réagit également: «Nous sommes en train de convertir toutes les communications en langage inclusif», déclare le porte-parole Marco Lipp. «Un langage sensible au genre est également introduit dans les annonces à bord». Le nouveau libellé n'est toutefois pas encore clair. Les détails sont encore en cours d'élaboration, indique M. Lipp. La date exacte du changement n'a pas non plus été déterminée.

En termes de communication interne et externe, le signal de départ du changement a déjà été donné, à savoir au début du mois de juin, qui est célébré comme le mois des «Fiertés» par le mouvement LGBTQI+. Swiss a notamment ajouté le drapeau arc-en-ciel à son logo sur les médias sociaux, en signe de soutien à la communauté LGBTQI+.

En interne, Swiss a informé ses employés que, entre autres choses, le point médian sera utilisé. En outre, la décision de procéder à ce changement a été prise pour l'ensemble du groupe Lufthansa.

«Nous accueillons très favorablement ce changement», déclare Sandrine Nikolic-Fuss, présidente de Kapers, le syndicat du personnel de cabine. Le changement, dit-elle, n'est pas du tout un problème. «Au contraire, nous avons fortement plaidé pour ce changement interne par le passé ; après tout, notre équipage comprend également de nombreuses personnes de la communauté LGBTQI+».

Conséquences sur le processus de réservation

Le changement s'effectue de façon continue, explique M. Lipp. «Les documents, formulaires et autres matériels seront adaptés étape par étape. Il n'est pas encore possible de dire quelles conséquences cela aura sur les mentions figurant sur les billets et dans les processus de réservation. Ce qui est clair, en revanche, c'est que les pronoms "ils" et "elles" ne seront pas utilisés. En anglais, il s'est imposé comme un pronom neutre pour les personnes qui ne s'identifient pas comme "il" ou "elle"».

En 2019, Swiss a déjà reçu le certificat suisse LGBTQI+ pour ses conditions de travail. Par exemple, tous les types de partenariats sont égaux et il existe un réseau interne LGBTQI+. (bzbasel.ch)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Talk: Yona, 21 ans, femme transgenre

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Privée de stade arc-en-ciel, Munich va se pavoiser aux couleurs LGBT

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le mois des fiertés LGBTQ commence aujourd'hui

Link zum Artikel

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

Link zum Artikel

Deux femmes transgenres condamnées pour «tentative d'homosexualité»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article