DE | FR
Un microphone de la RTS pose sur une table lors d'une conference de presse de la Radio Television Suisse, RTS, sur les resultats d'audience radio, tv et web 2016 et sur les nouveaux programmes 2017, ce jeudi 2 mars 2017 a Lausanne. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Image: KEYSTONE

La RTS porte plainte suite à des menaces à Fribourg et Lausanne

La RTS a décidé lundi 3 mai de déposer plainte suite à des menaces placardées à l'extérieur des locaux fribourgeois de la chaîne publique. watson a par ailleurs appris que des lettres anonymes contenant de la poudre et ayant fait l'objet de signalements à la police ont été envoyées ces dernières semaines à son antenne lausannoise.



Lundi 3 mai, la RTS a décidé de porter plainte pour menaces de mort, a appris watson. Cette démarche fait suite au collage, samedi, à l’extérieur des locaux fribourgeois de l’entreprise publique, d’une affichette parlant d’«égorger les violeurs», comme l’a révélé La Liberté.

«Le document de format A4 représente la figure biblique de Judith occupée à décapiter, avec l’aide de sa servante, le général babylonien Holopherne. Ce tableau signé par Artemisia Gentileschi, une artiste peintre italienne baroque du XVIIe siècle, est agrémenté d’une inscription en anglais affirmant : "We’ll slit the throat of the rapists." Autrement dit: "Nous allons égorger les violeurs."»

La Liberté, lundi 3 mai

A noter que la rédaction fribourgeoise de la RTS visée par ces menaces a abrité dans le passé deux des personnes concernées par les enquêtes indépendantes ordonnées à la suite de l'article du Temps sur des dysfonctionnements humains au sein de la chaîne romande. Est-ce un hasard? Un fait exprès? L’enquête aura à le déterminer. Précisons que les deux collaborateurs en question – dont l’un a quitté la RTS, l’autre ayant écopé d’une sanction – n’étaient pas accusés de viol, mais de comportement harceleur.

Cette action intimidante intervient, rappelons-le, après le barbouillage, mi-avril, de deux véhicules de la rédaction bulloise de La Liberté. Les mots «violeur» et «collabo du viol» notamment avaient été sprayés sur la carrosserie.

La rédaction du journal avait déposé plainte pour diffamation, injures et dommages à la propriété. Ces dégradations avaient été revendiquées par le groupuscule inconnu «la Volte rose, verte et noire». Les deux affaires sont-elles liées? Impossible de le dire pour le moment.

Des menaces aussi à Lausanne

Par ailleurs, watson a appris ce jour que des lettres «contenant de la poudre blanche» ont été envoyées ces dernières semaines à l’adresse lausannoise de la RTS. «Ces envois anonymes, qui se veulent intimidants, n'ont a priori pas de rapports avec les enquêtes indépendantes déclenchées suite à des allégations de harcèlement, mais en ont bien plus sûrement avec la crise Covid. Ils sont anti-médias et dans une veine complotiste», indique une source interne à la RTS.

Chacun de ces courriers, renfermant une matière de type farine censée imiter un produit dangereux, a fait l’objet d’un signalement à la police. Le dernier envoi remonte à la semaine dernière, précise notre source.

Plus d'articles sur la RTS

Le show à l'américaine de la SSR n'a pas convaincu

Link zum Artikel

L'heure de vérité approche pour Darius Rochebin

Link zum Artikel

Darius blanchi ++ Le Temps maintient l'intégralité de son enquête

Link zum Artikel

Quand la RTS n’a pas d’autres chat-te-s à fouetter

Link zum Artikel

Il y a «plusieurs autres cas» de harcèlement à la RTS

Les cas de harcèlement à la RTS, révélés par la presse il y a six mois, ne sont pas les seuls. D’autres ont été repérés, à la suite de l'enquête interne, et des sanctions ont été prononcées.

La crise qui frappe la RTS n’est de loin pas terminée. Petit à petit, les choses bougent et le recueil des témoignages a révélé de nouveaux comportements qualifiés d’inacceptables par la direction du média de service public.

«Tout cela a mis en évidence des situations qui n’auraient pas dû se produire. Et nous a conduits à agir. D’abord, en appliquant la tolérance zéro face au harcèlement et en traitant non seulement les cas cités dans la presse, mais aussi plusieurs autres repérés …

Lire l’article
Link zum Artikel