DE | FR

En cas de danger, des alertes doivent être envoyées même sans appli

Les inondations à Cressier.
Les inondations à Cressier.Image: sda
L'application de la Confédération qui permet d'envoyer des alertes en cas de danger naturel est peu utilisée. Après les intempéries des dernières semaines, certains plaident pour un système d’envoi direct.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
01.08.2021, 12:4301.08.2021, 16:44
pascal ritter / ch media

Ces dernières semaines ont montré à quel point la nature peut être dangereuse. Les fortes pluies tombées en juillet ont causés des inondations, des crues et d'importants dégâts matériels.

Lorsque des phénomènes météorologiques violents se produisent, la population est avertie par les médias, les services météorologiques et l'application Alertswiss de la Confédération. Depuis son lancement en 2018, plus de 1200 alertes ont été envoyées.

L'application pour smartphone fait partie d'un système comprenant l'application de Météo Suisse, un site web et les réseaux sociaux. Alertswiss a pourtant un problème: seule une fraction de la population a installé l'application, qui ne compte actuellement qu'un million d'utilisateurs.

La «diffusion cellulaire»

Pour la conseillère nationale argovienne PLR Maja Riniker, qui est également la présidente de la fédération suisse de la protection civile, «on pourrait faire davantage pour avertir la population». Pour recevoir une alerte, il faut d'abord installer l’application et activer les notifications. Mais des alternatives existent.

Lors de la session d'automne, Maja Riniker va donc soumettre au Conseil fédéral une motion demandant l'introduction d'un système d’envoi direct de messages sur les téléphones portables.

Maja Riniker est également la présidente de la fédération suisse de la protection civile.
Maja Riniker est également la présidente de la fédération suisse de la protection civile.Image: sda

Avec cette méthode, qui s'appelle «diffusion cellulaire», un message est envoyé par les antennes de natel situées dans une zone concernée à tous les portables connectés. Et ce, même si aucune application n’est installée. De plus, la diffusion cellulaire fonctionne également sur les téléphones mobiles plus anciens.

Pour la Mobilière, qui s'occupe de la gestion des risques naturels et encourage la recherche dans ce domaine, les alertes par diffusion cellulaire seraient un «complément intéressant» au système d'alertes existant. En principe, cependant, la compagnie d'assurance estime que le système actuellement en vigueur est bon.

Déjà envisagé en 2014

L'Office fédéral de la protection civile envisageait déjà d'introduire la technologie de diffusion cellulaire en 2014. Un porte-parole écrit:

«Sur la base des résultats d'une étude, il a été décidé à l'époque de ne pas utiliser cette technologie, car la diffusion cellulaire était alors soumise à certaines limitations»

La diffusion cellulaire ne fonctionnait pas sur tous les appareils et le texte d'avertissement ne pouvait pas dépasser une certaine longueur. Pour ces raisons, la Confédération a donc opté pour le système Alertswiss.

La technologie a pourtant évolué entre-temps. Et l'Office fédéral de la protection civile envisage de l'introduire à l'avenir. Le «développement ultérieur de l'alerte et des informations sur les événements» est constamment analysé, «y compris la possibilité d'une diffusion cellulaire», écrit encore le porte-parole.

Après les inondations dévastatrices qui ont coûté la vie à plus de 180 personnes en juillet, l'Allemagne envisage d'introduire cette technologie l'année prochaine. Il est tout à fait possible que la Suisse fasse de même.

Article traduit et adapté de l'allemand.

Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse

1 / 25
Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après la Suède et l’Italie, l'extrême droite va-t-elle triompher en Suisse?
Verrons-nous une percée de l'extrême droite aux élections fédérales de 2023? Mais qu'est-ce que l'extrême droite? Et qui en est? Le wokisme favorise-t-il sa progression? Sujet sensible.

Joli mois de septembre pour l’extrême droite en Europe. Elle s’est hissée au pouvoir en Suède, elle va diriger l’Italie. Certes, dans les deux cas, dans des gouvernements de coalition et par l’effet de la proportionnelle. En voix, l’extrême droite suédoise (les Démocrates de Suède) et italienne (Frères d’Italie) font 20% et 26%, 34% en Italie si l’on inclut la Ligue de Matteo Salvini.

L’article