DE | FR

La dépression orageuse «Klaus» balaie la Suisse

Les précipitations traversent le pays.
Les précipitations traversent le pays.meteosuisse
Sortez vos parapluies! La suisse et son voisin allemand sont actuellement touchés par une dépression orageuse.
11.03.2021, 20:0212.03.2021, 16:21

Une dépression orageuse, baptisée «Klaus», a apporté jeudi de l'air chaud sur la Suisse avec des vents de sud-ouest de plus en plus violents. Un refroidissement marqué était prévu pour la soirée.

En matinée déjà, les vents atteignaient des pointes de plus de 80 kilomètres/heure en plaine, a indiqué Meteonews. En montagne, selon SRF Meteo, 123 km/h ont été mesurés sur le Säntis, 105 sur le Moléson et 103 sur le Titlis.

Avec un foehn d'ouest, les températures ont atteint 18 à 19 degrés dans certaines régions, comme à Lucerne. De telles valeurs ne devraient plus être atteintes jusqu'à la fin du mois.

C'est la tempête en Allemagne.
C'est la tempête en Allemagne.Image: DPA

En soirée, un front froid devait apporter une chute des températures et de fortes pluies généralisées, selon Meteonews. La neige est attendue de 600 à 800 mètres. (ats)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Intimidation LGBT à l'Uni de Genève: «Nous ne nous autocensurerons pas»
L'organisatrice de la conférence interrompue mardi livre son témoignage à watson. Nous avons aussi recueilli le point de vue de la coordinatrice du groupe LGBTIQ+ du Parti socialiste genevois.

Mardi soir, il n’y a pas que les fiches du conférencier Eric Marty qui ont été déchirées par des activistes LGBTIQ+. «Les miennes aussi», raconte l’organisatrice de la conférence, Nathalie Piégay, directrice du Département de français moderne de l’Université de Genève, où les faits se sont produits. Eric Marty, professeur à l’Université de Paris, invité à présenter son livre «Le sexe des modernes» (éditions Le Seuil), n’avait pas prononcé trois mots lorsqu’une «trentaine d’activistes masqués», rapporte Nathalie Piégay, ont fait irruption dans la salle Ferdinand-de-Saussure, située dans le bâtiment d’Uni Bastions.

L’article