DE | FR

Activistes climatiques condamnés à 200 francs d'amende à Neuchâtel

Des membres de la Grève du Climat manifestent avant la session du grand conseil du canton de Neuchâtel, le mardi 5 mai 2020.
Des membres de la Grève du Climat manifestent avant la session du grand conseil du canton de Neuchâtel, le mardi 5 mai 2020.Image: KEYSTONE
Les activistes d'Extinction Rebellion, qui ont bloqué le 5 mars 2020 pendant 75 minutes une des artères de Neuchâtel, ont été condamnés vendredi par le Tribunal de police.
11.06.2021, 10:1211.06.2021, 16:02

Le juge Michael Ecklin, qui a expliqué qu'il ne remet pas en cause le principe d'urgence climatique, a également précisé que chaque action jugée en Suisse par un tribunal peut amener des réponses différentes. «Ce cas n'est pas similaire à celui de Fribourg, Lausanne, Genève ou St-Gall».

Le tribunal a relevé que les activistes n'ont pas demandé d'autorisation pour manifester sur le domaine public et qu'ils ont violé la loi sur la circulation routière. Il les condamne à une amende de 200 francs chacun et au paiement des frais de la cause.

Le juge a néanmoins acquitté l'observatrice du collectif, qui s'assurait depuis le trottoir que l'action se déroule sans problème. Selon lui, on ne peut pas retenir qu'elle a entravé la circulation. (ats)

Plus d'articles sur des procès climatiques

Huit militants du climat inculpés pour avoir bloqué une banque

Link zum Artikel

Les militants pour le climat ont-ils le droit d'enfreindre la loi?

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Alexandra, militante climatique et condamnée: «On se sent insultés»

Link zum Artikel
Ces groupes d'ultra-droite ralliés au candidat Zemmour
Des violences commises par un groupuscule néonazi au meeting d'Eric Zemmour, dimanche à Villepinte, mettent en lumière les soutiens dont il bénéficie à l'ultra-droite. Voudra-t-il s'en débarrasser?

«A mi-chemin entre le néofascisme et le néonazisme.» C’est en ces termes que le chercheur français Jean-Yves Camus, co-directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, joint par watson, décrit les Zouaves Paris, le groupe extrémiste auteur des coups violents assénés aux militants de SOS-Racisme lors du meeting d’Eric Zemmour dimanche à Villepinte, en banlieue parisienne.

L’article