DE | FR

La Suisse sous l'eau, le scénario catastrophe de la crue de l'Aar

L'Aar sort de son lit en automne en ville de Berne.

En automne, l'Aar sort parfois de son lit, comme ici à Berne, mais tout les 100 000 ans la crue est immense. Image: shutterstock

Tout les 100 000 ans l'Aar vit une crue monstrueuse. Elle pourrait frapper de nombreux sites stratégiques comme des centrales nucléaires ou des gares. Les experts se préparent au pire.



Tous les 100 000 ans, l'Aar subit une crue extrême. Si elle devait survenir, les sites de diverses centrales nucléaires et d'autres infrastructures critiques seraient inondés sous plusieurs mètres d'eau. Non ce n'est pas le scénario d'un film catastrophe, mais bien une étude de la très sérieuse Administration fédérale. Le but? Que tout le monde se prépare au mieux à un tel événement.

43% du territoire menacé

Le bassin versant de l'Aar, qui représente 43% du territoire suisse et comprend certaines des régions urbaines les plus densément peuplées du pays. Il ressort de la simulation réalisée qu’un épisode de précipitations extrêmement rare pourrait gonfler les débits à plus de 7000 m3/s avant la confluence de l’Aar et du Rhin, soit 12 fois le débit moyen.

L'étude prend en compte divers facteurs susceptibles d’influencer le débit de la rivière, comme des glissements de terrain, le blocage des ponts par des débris flottants, l'érosion des berges, la défaillance de digues ou encore une erreur humaine dans la régulation des ouvrages d’accumulation.

Centrales nucléaires menacées

En cas d'inondation extrêmement rare, les centrales nucléaires de Beznau et Gösgen seraient submergées d'environ 1,1 mètre, et le site de la centrale nucléaire de Mühleberg, à l'arrêt, serait également inondé de près d'un mètre.

Le site de l’Institut Paul Scherrer à Villigen et les environs de la gare d'Olten, en revanche, ne seraient inondés que si les ponts étaient bloqués par des débris flottants. Dans ce cas, la gare d'Olten, carrefour d’importantes infrastructures de transports, se retrouverait jusqu'à 3,1 mètres sous l'eau.

Pas de quoi s'affoler

Selon l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire rassure: les centrales sont déjà suffisamment préparées à de tels événements. Les exploitants des centrales sont, néanmoins, invités à réviser leurs analyses de sécurité sur la base de la nouvelle étude.

L’Office fédéral de l'énergie (Ofen), pour sa part, exigera des exploitants d’ouvrages d’accumulation placés sous surveillance fédérale de contrôler, à la lumière des nouvelles connaissances, la conformité des ouvrages en cas de crues.

D'autres rivières sous la loupe

Des simulations similaires doivent être appliquées aux bassins versants d'autres grands cours d'eau. Les résultats seront mis à la disposition des autorités compétentes et des exploitants d'installations dans le but de revoir, voire d'améliorer la protection contre les crues. (jah/ats)

Plus d'articles d'«Actu»

L'UDC et le PLR se clashent sur Twitter au sujet des restrictions

Link zum Artikel

Des centaines de corona-sceptiques ont manifesté à Altdorf

Link zum Artikel

La recherche néglige la santé des femmes

Link zum Artikel

L'hélico de la Nasa ne peut pas (encore) voler sur Mars

Link zum Artikel

Personne n'a attrapé le cancer à cause des radiations de Fukushima

Le pire désastre nucléaire de l'histoire après Tchernobyl avait lieu il y a tout juste dix ans. Un rapport de l'ONU réévalue les conséquences sanitaires de l'incident, et les conclusions sont surprenantes.

Le 11 mars 2011, un séisme suivi d'un tsunami ravageaient le Japon. Endommagé par une vague de 15 mètres, le système de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima a cessé de fonctionner, ce qui a provoqué la fusion de trois réacteurs et une importante fuite radioactive. Plus de 100 000 personnes ont été évacuées.

Dix ans après les faits, un rapport des Nations Unies se penche sur les conséquences sanitaires de l'accident et tire des conclusions surprenantes: les radiations …

Lire l’article
Link zum Artikel