DE | FR

Hospitalisations Covid: pourquoi les chiffres de l'OFSP sont trompeurs

Près de la moitié des patients Covid indiqués dans les statistiques ne sont pas hospitalisés en raison de symptômes du virus, mais seulement à cause d'un test positif. Explications sur cette drôle de comptabilité.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
07.01.2022, 16:4813.01.2022, 14:34

Chaque jour de la semaine, vers 13h30, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) communique le nombre de nouveaux patients atteints du Covid-19 ayant été hospitalisés.

Jeudi, il annonçait le chiffre record de 32 239 nouvelles infections, ainsi qu'un nombre relativement faible de 137 hospitalisations.

Selon l'analyse de watson, nous ne saurons qu'avec un retard d'une à deux semaines, si le nombre record de cas de ces derniers jours aura effectivement une influence sur les hospitalisations - et si celles-ci augmenteront en conséquence.

Ce que montre le tableau de bord de l'OFSP (ou pas)

Les «informations sur la situation actuelle» de la pandémie en Suisse sont publiées sur le tableau de bord de la Confédération. Y sont notamment indiquées les «hospitalisations confirmées en laboratoire». Ce nombre se base sur les données transmises par les hôpitaux, comme le précise le tableau de bord.

Sur la base de ces données, on pourrait supposer que les hospitalisations Covid sont dues à des symptômes, telles qu'une détresse respiratoire ou une forte fièvre. Mais cela n'est que partiellement vrai.

A Genève et Zurich, le Covid prime sur les autres motifs d'hospitalisation

En effet, comme vient de le révéler Léman Bleu, 45,95% des admissions hospitalières Covid découvertes à l'Hôpital universitaire de Genève (HUG) le sont «par hasard»: en effet, tous les patients sont testés à l'entrée et chaque cas positif est signalé à l'OFSP.

Concrètement, cela signifie que si un patient est admis pour une jambe cassée, et qu'il testé positif au Sars-CoV-2 lors du test d'entrée, il se retrouve automatiquement dans les statistiques hospitalières de la Confédération en tant que patient Covid - et ce, même s'il ne développe aucun symptôme. Les HUG notent néanmoins que:

«Les cas de personnes hospitalisées avec une jambe cassée, puis testées ensuite positives au Covid, existent, mais sont extrêmement minoritaires. La très grande majorité des patientes et patients Covid positifs sont soignés pour le Covid, même si, à l’origine, elle ont été hospitalisées pour une autre pathologie.»

Les HUG précisent encore, «qu'avoir un Covid non sévère, c’est-à-dire sans pneumonie, mais avec des symptômes légers à modérés, ne veut pas dire qu’il n’y a pas besoin d’être hospitalisé pour Covid». Par exemple? Les personnes les plus fragiles (co-morbidité, immunosupprimées, âgées) et infectées par le Sars-Cov-2 peuvent nécessiter une hospitalisation.

Même chose à l'Hôpital universitaire de Zurich (USZ), qui s'en est expliqué auprès de Blick:

«50% des personnes testées positives au Sars-CoV-2 à l'Hôpital universitaire de Zurich sont hospitalisées pour le Covid-19, les autres 50% ont traités pour une autre maladie et ont une infection Covid comme diagnostic secondaire.»

Cela se produit également dans les cantons d'Obwald et de Nidwald, mais beaucoup plus rarement. Là-bas, seuls 10 à 15% des hospitalisations Covid concernent des patients venus à l'hôpital pour un accident, une maladie ou une infirmité, selon Blick.

Un patient arrive aux urgences..
Un patient arrive aux urgences..Bild: KEYSTONE

Selon l'OFSP, cette méthode de calcul se justifie

L'OFSP se justifie en affirmant qu'un patient Covid représente dans tous les cas un surcroît de travail pour le personnel soignant, car des mesures spéciales doivent être prises pour tous les patients positifs.

De plus, il est possible que des patients qui ont d'abord été hospitalisés à la suite d'un accident développent également des symptômes du Covid pendant leur séjour à l'hôpital, et nécessitent même des soins intensifs par la suite.

L'OFSP précise toutefois à Blick que, depuis la mi-avril 2020, le motif d'hospitalisation est recueilli par le biais d'un rapport sur les résultats cliniques. (yam/ traduit et adapté par mbr)

Petit tips si vous vous retrouvez sans masque: déshabilliez-vous!

Plus de Covid? En veux-tu en voilà

Tanja Stadler: «Il est trop tôt pour dire si nous nous ferons vacciner régulièrement»

Link zum Artikel

«On pourra se détendre mi-avril»: ce virologue se montre optimiste sur Omicron

Link zum Artikel

Des milliers de Pékinois en quarantaine forcée ++ L'île de Pâques réouvre ses frontières

Link zum Artikel

Les vaccinés à bout envers les non-vaccinés? «Il y a un grand malaise»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le patron d'Axpo prévient: une pénurie d'électricité menace la Suisse
Une pénurie d'électricité est possible l'hiver prochain, prévient Christoph Brand, le chef du plus grand groupe énergétique suisse Axpo. Il n'exclut pas un rationnement de l'électricité à l'avenir.

Depuis cette semaine, la Russie a réduit de 60% ses livraisons de gaz à l'Europe, souligne Christoph Brand dans une interview accordée à Blick-TV. Si cette situation perdure, cela aggravera les problèmes que l'Europe rencontre déjà aujourd'hui avec l'approvisionnement en énergie.

L’article