DE | FR

Les pédophiles suisses sévissent sur Kik, la messagerie pour ados

70% des utilisateurs de cette application sont des gamins ou de jeunes adultes. Des proies faciles pour les pédophiles du monde entier. En Suisse, plusieurs affaires judiciaires sont en cours. Une enquête dévoile l'horreur.
29.05.2022, 10:3529.05.2022, 19:25

«A Anne, douze ans, il a envoyé des photos d’un pénis en érection avant de proposer 800 francs pour un week-end avec elle.» Une enquête des journaux de Tamedia dévoile plusieurs affaires judiciaires qui concernent des hommes suisses. Des utilisateurs qui profitent des failles d'une messagerie qui s'appelle Kik. Manifestement idéale pour draguer et abuser d'ados et de jeunes adultes.

Mais c'est quoi Kik?

La messagerie Kik, dont 70% des usagers sont des adolescents ou de jeunes adultes, abrite quelque 300 millions d’utilisateurs dans le monde. Une plateforme qui appartient à la société américaine MediaLab. Sur cet appli, on peut discuter, avec des gens qu'on connaît, mais pas seulement.

Contrairement à WhatsApp ou Telegram, pas besoin de montrer patte blanche pour y entrer. Un simple e-mail anonyme suffit. Une légèreté qui a, forcément, attiré les prédateurs. Les journaux de Tamedia rappellent que, aux Etats-Unis, «le magazine Forbes a recensé un nombre énorme de cas d’exploitation sexuelle sur des enfants à travers Kik. Idem en Grande-Bretagne, où la BBC évaluait à 1100 le nombre de cas d’abus sexuels sur des mineurs qui impliquent un contact par Kik».

Pourquoi ça concerne la Suisse?

L'enquête menée révèle en effet que l'une des procédures en cours concerne un ancien secrétaire communal saint-gallois. Il est accusé de pornographie et d'actes d'ordre sexuel avec des enfants. Un acte d'accusation qui «recense plus de 25 victimes présumées que l'homme aurait contactées pour la plupart par le biais de la messagerie Kik», explique l'enquête. Il comparaîtra devant la justice en août prochain.

«A Caroline, seize ans, il a écrit en anglais qu’il cherchait une jeune fille à abuser et lui a demandé si elle voulait être une esclave»
Selon l'enquête parue notamment dans Le Matin Dimanche

La méthode utilisée

Pour comprendre à quel point cette messagerie est simple d'utilisation pour des hommes aux objectifs malveillants, les journalistes ont créé un faux profil. Celui d'une jeune fille de quatorze ans.

«Le compte a très vite été submergé de messages et de photos obscènes, parfois envoyés depuis des profils suisses»

Interrogée sur les dangers que peuvent rencontrer les mineurs, la plateforme n'a pas répondu à Tamedia. Les journalistes rappellent que plusieurs cantons ont enquêté sur des affaires de pédophilie impliquant la messagerie américaine. (ats/fv)

Un gamer a recréé La Nuit étoilée de Van Gogh dans Minecraft

Pour les amateurs de cybersécurité

Il nous pirate, mais c'est pour la bonne cause

Link zum Artikel

Que se passe-t-il quand des hackers vous attaquent? Réponse en 3 étapes

Link zum Artikel

Il est trop facile de pirater un satellite et ça menace Internet

Link zum Artikel

La Suisse serait inconsciente de l'urgence en matière de cybersécurité

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Schaffhouse: une voiture finit dans le salon
Un jeune automobiliste a fini sa course samedi peu avant minuit dans le salon d'une habitation à Hallau (SH).

Il s'en est sorti avec quelques blessures légères. Tout comme quatre occupants de la maison, qui étaient en train de regarder la télévision.

L’article