DE | FR

Berne se prépare contre d'éventuelles pénuries d'électricité

Pour lutter contre toute pénurie d'électricité, la Suisse va se doter d'une réserve hydroélectrique dès l'hiver prochain. Des centrales à gaz de réserve devraient suivre à moyen terme.
17.02.2022, 17:3017.02.2022, 17:47

Le risque d'un black-out existe. Surtout quand la production d'énergie hydraulique baisse et lorsque l'échec des négociations sur l'accord-cadre avec l'Union européenne vient s'ajouter à la situation, estime jeudi le Conseil fédéral.

«Le scénario le plus pessimiste envisage une pénurie de plusieurs semaines», a expliqué jeudi le président de la commission fédérale de l’électricité Werner Luginbühl. Pour éviter une telle situation, le gouvernement a pensé à deux solutions: une réserve hydroélectrique d'un côté et des centrales à gaz de l'autre.

Quelles solutions?

Une réserve hydroélectrique devrait être constituée dès l'hiver prochain. Les exploitants de centrales hydroélectriques devront conserver, contre rémunération, une certaine quantité d’énergie qu’ils mettront à disposition en cas de besoin.

Des centrales à gaz de réserve devraient elles être mises sur pied à l'horizon 2025-2026. L’accent sera mis sur les infrastructures existantes et actuellement inutilisées.

L'exploitation devra être climatiquement neutre, par exemple en recourant à des combustibles n’émettant pas de CO2 ou en compensant les émissions, a souligné la ministre de l'énergie Simonetta Sommaruga.

Pourquoi est-ce que c'est nécéssaire?

Une combinaison de réserves hydraulique et à gaz est nécessaire, car l'une ou l'autre option seule ne permettrait pas d'atteindre l'objectif souhaité. En cas de pénurie extrême, la puissance manquante à couvrir pourrait atteindre 6000 mégawatts, soit six fois la puissance de la centrale nucléaire de Gösggen (SO).

En alliant les deux types de réserve, deux ou trois centrales à gaz d'une puissance totale pouvant atteindre 1000 mégawatts seraient suffisantes. Les coûts de revient sont estimés entre 700 à 900 millions de francs, mais pourraient être réduits si des installations existantes peuvent être utilisées.

Pour Werner Luginbühl, il faudrait dans l'idéal construire une douzaine de grandes centrales à gaz pour couvrir le manque. Une réserve hydraulique seule n'aurait pas d'effet, car elle n'apporte pas d'énergie supplémentaire.

Des coûts à la charge des consommateurs

Le Département fédéral de l'énergie s'occupera de la coordination entre les deux réserves complémentaires. Les coûts engendrés par celles-ci seront à la charge des consommateurs finaux. Le supplément n'est cependant évalué qu'à 0,1 centime par kilowattheure.

Améliorer l'efficacité électrique

L'amélioration de l'efficacité électrique jouant un rôle-clé dans la sécurité de l'approvisionnement, le Conseil fédéral entend renforcer certaines mesures dans le domaine.

Les fonds d'encouragement pour le remplacement des chauffages électriques pourraient être mieux garnis ou l'éclairage des bâtiments non résidentiels soumis à certaines conditions. Les exigences en matière d'efficacité des appareils électriques doivent aussi être durcies. (ari/ats)

Thèmes

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Reconstitution en 3D du tir d'Alec Baldwin

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
J'ai attendu deux ans pour une place en crèche et voilà ce que j'ai appris
Près de 4000 enfants vaudois attendent encore une place en crèche publique, selon l'enquête du quotidien 24 heures. Entre galère, sens de la débrouille et aide familiale, récit personnel d'une maman qui travaille.

«Comme tu es la seule maman dans cette rédaction, tu ne voudrais pas nous faire un commentaire à ce sujet?», me lance un collègue. «Alors ça, il n'y aucun souci, j'ai des choses à dire.» Il faut dire que j'attendais cet article depuis quelques jours. Après avoir lancé des appels à témoignages sur les réseaux sociaux, le quotidien 24 heures livre une enquête étayée sur le manque flagrant de places dans les crèches vaudoises. Le titre est on ne peut plus clair: au moins 4000 enfants attendent une place en crèche. Eh bien, vous savez quoi? Il y a encore une année, mon fils en faisait partie. Récit d'un parcours semé d'embûches.

L’article