DE | FR

La Suisse va se préparer à payer les tremblements de terre

Un bâtiment en ruines à Haïti, après le tremblement de terre de magnitude 7,2 sur l'échelle de Richter survenu en août dernier.
Un bâtiment en ruines à Haïti, après le tremblement de terre de magnitude 7,2 sur l'échelle de Richter survenu en août dernier.
Image: AP
Le Parlement a pris compte du risque plus ou moins imminent de séisme sur notre territoire. Il sait déjà comment les Suisses paieront les dégâts. Selon un sondage totalement subjectif, les lecteurs de watson soutiennent l'idée.
23.09.2021, 14:3423.09.2021, 17:12
Suivez-moi

Souvenez-vous: cette semaine, le Parlement abordait le sujet des tremblements de terre en Suisse, et de comment rembourser les dégâts en cas de désastre.

Rappelons-le, les tremblements de terre sont la seule catastrophe naturelle pour laquelle il n'existe pas d'assurance obligatoire.

Le Conseil national a décidé qu'il devait en être autrement. Il a accepté la motion qui propose une prise en charge solidaire des dégâts en cas de séisme. Cette nouvelle solution a été soutenue par 108 voix contre 76 mercredi.

C'est quoi le concept?

Cette motion propose un nouveau système. Plutôt que ce soit le propriétaire d'un bâtiment qui paie chaque année une prime pour couvrir un (éventuel) sinistre, il passera à la caisse seulement si un tremblement de terre se produit. L'ensemble de ces participations permettrait de créer un fonds commun, utilisé pour rembourser les dégâts d'un séisme.

Le montant à payer sera calculé en fonction de la valeur de l'assurance de sa propriété. Par exemple, si chaque propriétaire versait 0,7% de la somme de l’assurance du bâtiment, le fonds commun disposerait de 20 milliards de francs environ en cas d’évènement. Pour un immeuble d’une valeur assurée de 500 000 francs, il faudrait verser au fonds 3500 francs en cas de séisme.

Seule la génération des propriétaires vivant au moment du tremblement de terre serait concernée par ce mécanisme de redistribution. Et le financement ne grèverait pas le budget public, a expliqué Christine Bulliard-Marbach (Centre/FR).

La solution n'a pas convaincu tout le monde

Plusieurs élus UDC et PLR ont critiqué cette solution. Il faut garder le système actuel: aujourd'hui, il revient à chaque propriétaire de choisir s'il veut une assurance individuelle contre les tremblements de terre, a déclaré Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG).

«L'Etat doit-il fournir une solution par précaution?» s'est demandé le ministre des Finances, Ueli Maurer, très sceptique. «En cas de séisme causant pour plusieurs milliards de dégâts, on trouverait sur le moment une solution adéquate», a-t-il dit, rappelant l'expérience du Covid-19.

Affaire à suivre...

Jusqu'à présent, toutes les tentatives précédentes pour créer une assurance nationale contre les tremblements de terre ont échoué. Aucun concordat intercantonal n'a réussi à percer non plus.

Cette motion de système solidaire ayant été acceptée par le National, elle a été transmise mercredi au Conseil fédéral.

Et de votre côté?

Cette semaine, nous vous avons demandé ce que vous pensiez à la perspective se préparer au pire. Manifestement, l'idée vous a plutôt convaincu, avec 58% d'opinions favorables.

Sinon, vous aviez entendu parler de la manif anti-pass à Lausanne?

1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et si vous ne saviez pas ce qu'est un drug-checking, voici comment ça marche.

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Pérou frappé par un séisme de magnitude 6

Un fort séisme de magnitude 6 a secoué Lima et d'autres secteurs de la côte centrale du Pérou, mardi soir.

La ville de Mala, localité côtière du Pérou située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale de Lima, a subi un séisme d'un épicentre de 32 kilomètres de profondeur et d'une distance de 33 kilomètres. Evalué dans un premier temps à une magnitude de 5,8, puis à 6, la catastrophe s'est produite à 21h54 locale (4h54 mercredi en Suisse).

Pour le moment, aucune victime n'a été répertoriée, a annoncé le Centre sismologique national. Le service d'hydrographie du pays a écarté tout risque …

Lire l’article
Link zum Artikel