DE | FR
Image: KEYSTONE

Les Suisses seront tous donneurs d'organes présumés

Le Parlement est tombé d'accord ce mercredi: nous serons tous présumés donneurs d'organes, à moins d'exprimer explicitement un refus avant notre décès.
22.09.2021, 15:2722.09.2021, 15:49

C'est un changement fondamental qui vient d'être adopté en matière de dons d'organes en Suisse: chacun sera désormais présumé donneur volontaire, à moins de s'y être expressément opposé de son vivant.

C'est la fin d'un long débat politique

Les deux Chambres ont parlé. Le National rejoint le Conseil des Etats pour accepter le contre-projet à l'initiative populaire «Pour sauver des vies en favorisant le don d'organes».

Ce contre-projet avait été proposé par le Conseil fédéral. Non pas qu'il ne s'oppose à la facilitation du don d'organes. Mais l'initiative ne réglait pas explicitement les droits des proches, et cela lui posait problème.

Le petit ajout? L'avis des proches

Le contre-projet introduit donc une nuance: en cas de doute, la famille a son mot à dire. Les proches pourront s’opposer à un prélèvement d’organes si cette décision respecte la volonté présumée du défunt.

Aujourd'hui, le projet du Conseil fédéral complété aux Chambres apparaît comme une solution aboutie.

Qu'est-ce qui change?

Désormais, les personnes ne souhaitant pas donner leurs organes après leur mort devront l’indiquer expressément. Un nouveau registre permettra aux personnes d’annoncer simplement leur refus.

Les conditions requises pour un don d’organes resteront les mêmes qu’aujourd’hui: seules les personnes en état de mort cérébrale à l’hôpital entreront en ligne de compte. En cas de décès en dehors de l’hôpital, le don d’organes restera impossible.

Ce passage au consentement présumé devrait permettre d'augmenter le nombre de dons d’organes et améliorer ainsi les chances des personnes en attente de transplantation.

En Suisse, 1457 patients sont actuellement sur la liste d'attente pour une transplantation. L'an dernier, 72 patients sont décédés faute de donneur.

Du coup, suis-je donneur potentiel dès maintenant?

Dans l’hypothèse où l’initiative est retirée et qu’il n’y a pas non plus de référendum, le texte entrera en vigueur début 2023.

Rien à voir, mais voici la manif anti-pass de Lausanne en images.

1 / 9
La manif anti-pass de Lausanne, en images
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Et sinon, on a testé un escape game inspiré de Shining... terrifiant.

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Porter une cravate pourrait réduire le flux sanguin vers le cerveau

Selon des études, le célèbre accessoire de mode aurait plusieurs effets néfastes sur la santé. Comme réduire le flux sanguin vers le cerveau ou augmenter le risque de déficience visuelle.

Faut-il laisser tomber la cravate pour de bon? Les études se sont multipliées au cours des dernières années pour dénoncer cet accessoire apparenté à «un étranglement social», selon l'expression de neuroradiologues de l'université de Kiel, en Allemagne. Cette équipe de médecins a réalisé une étude qui établit un lien entre une diminution de l'afflux de sang vers le cerveau et le port d'une cravate. Pour les besoins de la recherche, les IRM de quinze hommes portant des cravates et …

Lire l’article
Link zum Artikel