DE | FR

Enlèvement du chef de la vaccination Christoph Berger: ce que l'on sait

L'enlèvement du chef de la vaccination Christoph Berger soulève de nombreuses questions. Son statut d'expert Covid a-t-il joué un rôle? Quels étaient les vraies motivations du ravisseur?
11.04.2022, 17:52

Jeudi 31 mars 2022

Le dernier jour de mars, le chef de la Commission nationale pour les vaccinations, Christoph Berger, est enlevé. On ne sait toujours pas où exactement. Il est relâché le soir même, comme rapporte le Tages-Anzeiger. Selon ses propres indications, il prend contact avec la police cantonale zurichoise immédiatement après sa libération.

Mercredi 6 avril 2022

Six jours après l'incident, la police cantonale zurichoise se rend à Wallisellen, dans la banlieue de Zurich. Elle veut arrêter un Allemand de 38 ans, soupçonné d'avoir enlevé Berger sous la menace d'une arme. Sachant que l'homme pourrait être armé, des spécialistes de l'unité d'intervention Diamant sont également mobilisés.

Peu avant 20 heures, alors que les forces d'intervention s'apprêtent à procéder à l'arrestation devant un immeuble d'habitation, la situation dérape. Selon la police, le citoyen allemand ouvre le feu «à l'improviste». Les agents répliquent, et l'homme est touché mortellement, tout comme sa compagne, une Suissesse de 28 ans.

Malgré l'intervention des secouristes, tous les deux décèdent sur place, écrit la police cantonale zurichoise dans un communiqué.

Le suspect n'était pas connu des forces de l'ordre pour des faits de violence.

Vendredi 8 avril 2022

Le soir du 8 avril 2022, le Tages-Anzeiger publie une enquête sur cette affaire. Le quotidien zurichois révèle que la victime de l'enlèvement est Christoph Berger, chef de la Commission fédérale pour les vaccinations. Le journal décrit l'auteur présumé comme un «fou des armes» lié aux milieux complotistes et anti-mesures sanitaires. watson a également rapporté l'affaire.

Le soir même, une ordonnance judiciaire superprovisoire adressée à Tamedia, l'éditeur du Tages-Anzeiger, lui interdit de mentionner le nom de la victime. Cette décision est notamment motivée comme suit:

  • Le reportage entraînerait une atteinte importante à la vie privée du requérant, soit Christoph Berger.
  • Sur la base d'un tel rapport, des imitateurs pourraient être motivés à commettre d'autres actes punissables contre la vie et l'intégrité corporelle ou la liberté au détriment du requérant.
  • A l'heure actuelle, aucun lien entre l'acte et l'activité professionnelle du requérant n'est visible.

Le Tages-Anzeiger se conforme à la décision superprovisoire. Le conseiller en relations publiques de Berger, Urs Grob, envoie l'ordonnance superprovisoire à tous les autres médias qui ont entre-temps mentionné le nom de Berger et exige l'anonymat.

Comme la décision superprovisoire ne s'applique qu'au journaux de Tamedia, watson a décidé de laisser le nom du chef national des vaccinations. Samedi, la NZZ a fait de même, comme d'autres médias.

Dimanche 10 avril 2022

Christoph Berger réagit dans l'après-midi par une déclaration personnelle. Il se présente comme victime de l'enlèvement. L'auteur, qu'il ne connaissait pas, l'aurait tenu en son pouvoir pendant environ une heure et lui aurait demandé de l'argent.

Lui-même n'a pas eu l'impression que l'enlèvement était lié à son activité. L'auteur de l'enlèvement voulait de l'argent. Il n'a fait aucune déclaration sur sa fonction.

Lire l'intégralité de sa déclaration :

«La semaine dernière, j'ai été victime d'un enlèvement dans le canton de Zurich, qui a été rapporté par différents médias.

Le média qui a publié mon nom en tant que victime du délit mentionné a associé ce délit à mon rôle de président de la commission de vaccination. Ce récit va à l'encontre de mon expérience personnelle pendant l'enlèvement. En même temps, je suis conscient des grandes tensions émotionnelles et sociales que les questions de vaccination ont reçues au cours des deux dernières années.

L'auteur, qui m'était jusqu'alors inconnu, m'a tenu en son pouvoir durant une bonne heure. Pendant ce temps, il m'a demandé une somme d'argent substantielle. Il a accompagné cette demande de menaces sur ce qui pourrait se passer si je ne répondais pas à cette demande dans le délai qu'il m'avait indiqué. Seuls les intérêts économiques de l'auteur étaient donc au premier plan. L'auteur n'a pas fait de référence à mon rôle de président de la commission de vaccination.

Après que j'ai assuré à l'auteur que sa demande serait satisfaite, il m'a relâché. J'ai immédiatement pris contact avec la police cantonale, qui m'a depuis très bien encadré, ainsi que ma famille effrayée. La protection de ma famille a été ma priorité durant cette phase et bien sûr encore maintenant.»
Christoph Berger

Lundi 11 avril 2022

Lundi matin, la télévision alémanique SRF publie une autre enquête sur l'affaire, qui met en évidence d'éventuels problèmes financiers de l'Allemand. La SRF se demande en outre si le ravisseur était vraiment un complotiste.

Comme son partenaire commercial participait à des manifestations contre les mesures sanitaires et partageait des vidéos complotistes, il était évident que l'acte était motivé politiquement, écrit la SRF. En 2020, les deux hommes ont lancé une application proposant des services de proximité. Au moins au travail, le suspect aurait respecté les mesures Covid, selon la SRF.

Sur le plan financier, les choses ne se seraient pas bien passées pour lui. C'est ce que montrent également les recherches de Tamedia. Les deux hommes ont dû contracter des crédits importants pour financer leur application.

Le partenaire commercial suisse serait un représentant de la théorie de la Terre plate et l'a déjà fait savoir publiquement dans une interview. L'homme a été arrêté dans le cadre de l'affaire d'enlèvement et se trouve en garde à vue. Il est accusé de participation à une séquestration, un enlèvement et une tentative d'extorsion, a indiqué le ministère public à l'agence de presse Keystone-ATS.

La question de savoir si Christoph Berger a réellement été victime du hasard reste ouverte. (cst)

Sinon dans l'actu suisse: des activistes du climat bloquent l'autoroute

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'UDC veut «soulager» la classe moyenne, mais aide surtout les riches
Pour lutter contre la hausse des primes d'assurance maladie, l'UDC demande des déductions fiscales plus élevées. Pour la majorité de la population, cela signifie concrètement deux francs par mois.

Les représentants de l'UDC se sont autocélébrés la semaine dernière. Le Conseil fédéral leur a donné l'occasion de le faire: mercredi, il a formellement ouvert le débat parlementaire sur une motion du conseiller national UDC Jean-Pierre Grin. Celui-ci veut que les citoyens puissent à l'avenir déduire encore plus de frais de caisse maladie dans leur déclaration d'impôts.

L’article