DE | FR
Vidéo: watson
Présidentielle 2022

«Un mec intelligent», «raciste»: ce que les Suisses pensent de Zemmour

Attendu à Genève pour une conférence fin novembre, le polémiste français Eric Zemmour n'indiffère pas les Suisses. Y compris les plus jeunes. Enfin, ceux qui le connaissent. La preuve en vidéo.
10.11.2021, 16:4511.11.2021, 08:31
Suivez-moi
Suivez-moi

Que pensent les Suisses d'Eric Zemmour? Le quasi-candidat à la présidentielle française, qui n'a pas encore annoncé officiellement qu'il se présentait à l'élection suprême, enchaîne en ce moment villes et plateaux télé, officiellement pour présenter son nouveau livre La France n'a pas dit son dernier mot (Editions Rubempré). Mais ses conférences ont des allures de campagne. Or, la Suisse serait aussi sur son chemin, l'écrivain identitaire étant annoncé pour une conférence à Genève fin novembre selon des informations de watson.

Un phénomène franco-français qui laisserait les Suisses de marbre? Pas vraiment. Zemmour est omniprésent dans les médias et les Romands se sont toujours passionnés pour les feuilletons de leurs voisins hexagonaux. Nous avons foulé quelques rues du centre-ville de Lausanne pour déranger les passants avec trois questions sur l'incontournable Z, qui a déjà commencé à bousculer les données de la présidentielle.

Vidéo: watson

Le marathon de New York, en images

1 / 12
Le marathon de New York, en images
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: Les anniversaires

Plus d'articles sur Eric Zemmour

Zemmour peut commencer à rêver d'un deuxième tour face à Macron

Link zum Artikel

Eric Zemmour se prépare à faire péter la présidentielle

Link zum Artikel

Le «je» politique d'Eric Zemmour

Link zum Artikel

Ses chances, ses faiblesses, son idéal, en 5 points

Link zum Artikel
Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»
Le Conseil fédéral ne se rendra pas à Pékin pour les Jeux olympiques, officiellement à cause du Covid-19. Même si la raison est considérée comme un prétexte, cette décision ravit les détracteurs de la Chine.

Le Conseil fédéral a tranché: il n'enverra aucun de ses représentants aux Jeux olympiques de Pékin. Comme les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, pour ne citer qu'eux. Mais la raison, officielle du moins, n'est pas la même que celle de ces deux pays qui boycottent le gouvernement chinois pour sa politique envers les minorités, ouïghoure notamment.

L’article