DE | FR

La momie la plus célèbre de Suisse sourit à nouveau

Avec des méthodes médico-légales et des images obtenues par tomographie, le visage de la momie égyptienne Schepenese a pu être reconstitué dans un centre de recherche en Sicile.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
29.01.2022, 11:06
Bruno Knellwolf / ch media

«Si une momie n'a pas de cœur, elle n'ira pas dans l'éternité», affirme l'égyptologue Renate Siegmann. Le cœur de Schepenese, la momie appartenant à la bibliothèque abbatiale de Saint-Gall, est toujours recherché. Mais son visage a enfin pu être reconstitué grâce aux techniques de pointe du centre de recherche Fapab en Sicile.

Schepenese est inscrite au patrimoine culturel mondial de l’Unesco. Elle est considérée comme la momie la plus célèbre de Suisse. Les livres antiques uniques conservés à la bibliothèque abbatiale de Saint-Gall ne semblent pas intriguer autant.

Renate Siegmann a eu son premier contact avec Schepenese en 1996, lorsqu'on lui a demandé d'effectuer un travail scientifique sur les deux cercueils de la momie égyptienne. Dans la salle froide de la bibliothèque, puis dans la salle de lecture, elle a recopié les inscriptions pour les traduire. En collaboration avec l’Ecole Polytechnique fédérale de Zurich, elle a déterminé le type de bois des cercueils et leur âge. La momie a également été transportée à la clinique universitaire Balgrist à Zurich, où elle a été passée au scanner.

Une équipe internationale dirigée par l'égyptologue suisse Michael E. Habicht, qui travaille depuis 2021 pour le centre de recherche Fapab d'Avola en Sicile, a utilisé les images obtenues par le scanner. Après des mois de travail, les scientifiques ont pu reconstituer le visage de la momie grâce à des méthodes médico-légales, aux images de la tomographie et aux données morphologiques.

Pendant des mois, les scientifiques du centre de recherche sicilien ont reconstitué le visage de Schepenese.
Pendant des mois, les scientifiques du centre de recherche sicilien ont reconstitué le visage de Schepenese.image: Fapab

Pour ce projet, le designer 3D brésilien Cícero Moraes, réputé pour ses reconstructions faciales, a même été recruté. Les muscles du visage ont été modélisés, tout comme les amas graisseux. La peau a été ajoutée à certains points anatomiques en fonction de l'épaisseur des tissus mous déterminée au préalable. C'est ainsi qu'est née l'image d'une belle jeune femme aux yeux bruns, aux dents légèrement proéminentes et aux oreilles reproduites avec précision.

«La plupart des informations sur la vie d'une momie ne sont pas révélées par le corps embaumé, mais par le cercueil», explique Renate Siegmann, qui a publié un livre sur Schepenese en 1998.

«Les cercueils, qui ont été construits dans le but de préserver le corps pour l'éternité, révèlent beaucoup d'informations sur Schepenese»
Renate Siegmann

Le cercueil intérieur est très joliment inscrit et peint, tandis que seules les indications les plus nécessaires figurent sur le cercueil extérieur. Les caractéristiques stylistiques révèlent que la momie a été placée dans les cercueils en bois anthropomorphes, à forme humaine, entre 600 et 550 avant Jésus Christ.

Le cercueil de Schepenese.
Le cercueil de Schepenese.Image: STIFTSBIBLIOTHEK ST. GALLEN

Fille d'un prêtre puissant

Renate Siegmann a donc découvert toutes les informations que l’on connaît aujourd’hui sur la momie égyptienne grâce à son cercueil. La momie, âgée d’une trentaine d’années au moment de sa mort, s’appelait Shep-n-Isis, un prénom qui a ensuite été transformé en Schepenese. Elle portait le titre de «maîtresse de maison» et était probablement mariée. Sur son cercueil figurent les noms de son père et de son grand-père. «Nous savons qu'elle voulait être enterrée dans la nécropole de Thèbes-Ouest. Sur le cercueil, on peut également lire tout ce que Schepenese souhaitait pour sa vie dans l'éternité: à manger et à boire, des huiles d'onction et du lin», explique l'égyptologue.

Un proverbe du Livre des Morts figurant sur le cercueil est une sorte de justification devant le dieu des morts Osiris pour entrer dans l’au-delà. Les images sur le cercueil sont également très parlantes. Il y a la déesse du ciel Nout, qui se couche sur elle dans le couvercle du cercueil, son corps reposant sur le symbole du dieu des morts Osiris. Le ciel et le monde souterrain forment ainsi un mini-cosmos dans lequel la momie repose. C’est ici qu’a lieu la renaissance quotidienne. Tout comme le soleil se lève chaque jour et disparaît dans le monde souterrain. «C'est le message principal sur ce cercueil», explique l'égyptologue.

Schepenese est arrivée en Suisse en 1820. C’était à l’apogée de l’enthousiasme pour l’Egypte suscité par Napoléon, qui avait emmené une armée de savants lors de sa campagne égyptienne. Le plus grand nombre possible de trésors égyptiens étaient achetés. Ils étaient transportés à Paris, Berlin, Londres ou Turin dans les nouveaux musées égyptiens. Et aussi à Saint-Gall.

Enterrée au temple funéraire de la reine Hatshepsout

Shep-n-Isis a été trouvée en 1819 dans les temples de Deir el-Bahari, plus précisément dans le temple funéraire de la reine Hatshepsout sur la rive ouest de la Thébaïde. Pratiquement en même temps, le père de Shep-n-Isis a été transporté à Berlin. «Son père était un prêtre d’Amon. La prêtrise d'Amon avait alors beaucoup de pouvoir dans l'Etat», explique Renate Siegmann. Schepenese était donc issue d'une famille très respectée.

L'égyptologue Renate Siegmann, des anthropologues, des paléopathologues et d'autres scientifiques ont résolu plusieurs énigmes sur la momie au cours des dernières années. La découverte dans les années 1990 d'une infection fongique sur le corps de Schepenese a fait parler d'elle. La momie a été déballée et irradiée.

Après le départ à la retraite de l’anthropologue qui avait étudié l’infection fongique, on a retrouvé dans son héritage quatre boîtes de bandelettes de lin, parmi lesquelles les viscères embaumés de Schepenese, dont on ignorait l’existence jusqu’à présent. Le chimiste Konstantin Siegmann et son équipe ont étudié la composition de ces viscères, qui étaient à l'origine posés sur les jambes de la momie. Ils ont publié leurs résultats en 2014. Désormais, il ne reste plus qu'à rechercher le cœur de Schepenese.

Traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz

Ils s'endorment au musée

1 / 8
Ils s'endorment au musée
source: https://stefandraschan.com/ / https://stefandraschan.com/
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'article sur le thème «Insolite»

Fans d'Halloween, vous pouvez louer la maison de Scream

Link zum Artikel

Ça ressemble à quoi, les restaurants pour fourmis?

Link zum Artikel

Au Canada, une chèvre (badass) tue un grizzly

Link zum Artikel

Un concours du bâtiment le plus laid de Chine existe et on ne s'en remet pas

Link zum Artikel

Il se fait bombarder d'appels après la diffusion de «Squid Game»

Link zum Artikel

Cette tenue de Kim K fait si peur qu'elle est dispo pour Halloween

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Effacez cette vidéo!»: on s'est rendu au concours de fellation en Argovie
Chaque année, un concours de fellation est organisé au sexe parc d'Oberentfelden. Qui y participe? Quelle est l'ambiance dans le quartier? Nous avons voulu le savoir!

Ce week-end, le «championnat de soufflage» – un concours de fellation, blowjob en anglais – a eu lieu au sexe parc d'Oberentfelden, en Argovie. De quoi s'agit-il? Sur le site web, il est écrit: «Chaque participant est invité à apprécier et à tester les talents de suceuse de huit spécialistes de la fellation de haut niveau, qui rivalisent en public gratuitement».

L’article