DE | FR
Image: Shutterstock

Pénurie de personnel dans les restos: «J'ai supprimé le service de midi»

À cause de la pandémie, une pénurie de serveurs et de cuisiniers touche l'ensemble de la Romandie. Lassée par les incertitudes de la branche ou fatiguée par les horaires, une partie du personnel a profité des périodes de fermeture pour se reconvertir. Les restaurants sont forcés d'adapter leur offre.
19.08.2021, 06:00
Suivez-moi

La restauration manque de bras. Le constat est le même d'un bout à l'autre de la Suisse, les établissements peinent à recruter du personnel qualifié. «J'ai mis des offres au début de l'été, je n'ai reçu que trois ou quatre CV et aucun ne correspondait», confie Loïc Liechti, patron du Scapino à La Chaux-de-Fonds (NE).

«La pandémie a exacerbé la pénurie de travailleurs qualifiés dans la restauration»
GastroSuisse

Une situation qui a surpris le restaurateur. «D'habitude, dans notre secteur, on trouve toujours quelqu'un, même en urgence pour le lendemain.» Face à cette pénurie Loïc Liechti a été forcé de prendre des mesures drastiques: «J'ai supprimé le service du midi pour me concentrer sur le soir et je ne propose plus qu'un menu unique.»

«Plutôt que de me battre à chercher quelqu'un, je préfère faire tout seul»
Loïc Liechti, patron du Scapino

Les bistrots contraints d'adapter leur offre

Même son de cloche du côté de Christophe Roduit qui gère trois établissements à Lausanne dont la Brasserie de Montbenon. «On a énormément de difficulté à recruter, surtout en cuisine. Alors on a dû réadapter notre carte et notre fonctionnement.» À quelques reprises, le patron a même dû se résoudre à limiter le nombre de tables pour garantir la qualité de son offre.

«Notre métier a été fragilisé par le Covid. On a un peu oublié que, pendant un an, nos employés ont dû vivre avec 80% de leur salaire. Je ne suis pas sûr qu'ils aient envie de connaître une deuxième année comme ça. Ils préfèrent se tourner vers d'autres professions.»
Christophe Roduit

«Il y a beaucoup d'incertitudes dans notre secteur. L'avenir n'est pas garanti et certains établissements ne sont pas sûrs de pouvoir rester ouverts», approuve Maurice Paupe, président de Gastro Jura. Face à la pénurie de personnel, lui a décidé de fermer tous les dimanches soir. Confrontés aux mêmes difficultés, certains de ses confrères ont, eux aussi, choisi de restreindre leur carte ou leurs horaires d'ouverture.

Le Covid, l'occasion
de se réorienter

Pour expliquer la réorientation de nombreux serveurs et cuisiniers, le patron du Café de la Poste à Saignelégier (JU) met en avant le rythme de vie des employés de la restauration. «Les périodes de fermetures leur ont peut-être ouvert les yeux sur le fait que c'était agréable d'avoir ses soirées et ses week-ends de libres.»

«Avec le Covid, beaucoup ont vu qu'il y avait une vie à côté. Quand on a le temps de réfléchir, on se rend compte qu'on peut se réorienter»
Loïc Liechti, Scapino

Loïc Liechti va dans le même sens. «Les places dans les cuisines des EMS où le travail est moins stressant et où les journées finissent plus tôt ont été prises d'assaut», explique-t-il. Autre frein, d'après Christophe Roduit, une partie du personnel œuvrant dans la restauration helvétique vient de l'étranger, de France et d'Italie notamment. «Forcément, avec la pandémie, il est plus difficile de voyager pour eux.»

On ne s'improvise pas cuisinier

Et le responsable de la Brasserie de Montbenon de rappeler: «C'est impossible de s'improviser cuisinier. Au service, si vous êtes motivé et sympathique, les gens sont assez compréhensifs. Mais si votre plat de pâtes n'est pas salé, vous n'allez pas le manger.»

Maurice Paupe confirme l'expérience nécessaire pour être efficace en cuisine. «Ce qui est très spécifique à nos métiers, c'est le coup de feu de midi, tout le monde veut être servi en dix minutes. Il faut être capable de supporter cette pression et ne pas mettre les deux pieds dans le même soulier

Comment motiver les jeunes?

De son côté, GastroSuisse affirme que plus de 50 000 emplois ont disparu dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration durant la pandémie. «Le taux de chômage dans le domaine a fortement augmenté au printemps. Beaucoup de travailleurs manquaient de perspective et ont été poussés à changer de secteur.»

Problème, maintenant que les restaurants rouvrent leurs portes, de nombreuses annonces sont publiées et il n'y a plus assez de personnel pour y répondre. Un phénomène qui va impacter la branche à long terme, selon la faîtière:

«La pénurie de travailleurs qualifiés dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration va s'accentuer en raison des places d'apprentissage non pourvues»

Pour tenter de résoudre l'équation, Gastro Suisse a décidé de lancer une campagne de recrutement nationale à l'automne nommée «RockYourFuture». «Les nouvelles générations cherchent davantage un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Nous réfléchissons donc à comment réduire cette contrainte des horaires», observe Victor Hauser-Da Cunha, directeur des ressources humaines du Beau Rivage Palace.

«Nous travaillons à de nouvelles façons de recruter ou de nous organiser pour attirer les jeunes générations»
Victor Hauser-Da Cunha, directeur des ressources humaines du Beau Rivage Palace

Le responsable reconnaît que même l'hôtellerie de luxe rencontre des difficultés à recruter du personnel qualifié en ce moment. Hasard ou pas, le restaurant d'Anne-Sophie Pic au sein du Beau Rivage a renoncé à son service du midi durant l'été. Est-ce dû à la pénurie de collaborateurs? «Je ne peux pas vous le confirmer», botte en touche la communication du palace.

Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram

1 / 9
Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram
source: instagram madewithlovebytomdaley
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

La pizza à l'omelette, ça passe ou ça casse?

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
Douloureuse affaire de viol entre deux jeunes cabossés
Un jeune de 19 ans, violé par son père durant l'enfance, est dans la peau de l'abusé abuseur. Il est accusé de viol et de contrainte sexuelle sur une jeune de 17 ans ayant, elle aussi, un parcours de vie chaotique. Les faits ont eu lieu dans un foyer. Le verdict est attendu mercredi.

Franck* a connu durant son enfance la pire des aliénations en milieu familial: des actes incestueux de la part de son père. Sa nombreuse fratrie a subi le même sort. Aujourd'hui, à 19 ans, mais avec «l'âge mental d'un gosse de dix ans», l'abusé est dans la peau de l'abuseur. Franck est accusé d'avoir violé Silvana*, une jeune femme au parcours de vie tout aussi chaotique, qui partageait le même foyer que lui. Un site qui abrite des jeunes en souffrance.

L’article