DE | FR

Le Parlement ne veut pas rembourser la contraception des jeunes

Bild

Une proposition du député Mathias Reynard visant à ce que tous les moyens de contraception soient remboursés jusqu'à 25 ans a été enterrée.



Les élus ont tranché mercredi: ils ne permettront pas aux jeunes de se faire rembourser leurs moyens de contraception. Le Conseil national traitait, ce matin, une proposition de Mathias Reynard. Le socialiste valaisan réclamait que soient intégralement remboursés, jusqu'à 25 ans, tous les moyens de contraception, ainsi que des consultations et examens gynécologiques.

La Chambre du peuple a suivi, en ce sens, l'avis du Conseil fédéral, transmis par Alain Berset, ministre de la Santé. Le gouvernement estimait:

L'assurance obligatoire des soins prend en charge les coûts des prestations servant à diagnostiquer ou à traiter une maladie, de certaines mesures médicales de prévention, ainsi que des prestations en cas de maternité. Or, les contraceptifs oraux et les stérilets ne servent ni à prévenir ni à traiter une maladie et ne constituent pas une prestation en cas de maternité.

Avis du conseil fédéral

L'argument de Mathias Reynard en faveur du remboursement? La Suisse est à la traîne en comparaison de ses voisins européens. Le député assure, chiffres à l'appui, que la vente des moyens de contraception sont en baisse en Suisse depuis 2010: -20% pour la pilule, -5% pour les autres moyens. Le député estime que c'est un problème de santé publique.

Par ailleurs, c'est une mauvaise journée pour Mathias Reynard, un autre de ses postulats a été rejeté:

«Reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle» a malheureusement été rejeté avec 96 voix contre 87

(jah)

Plus d'article sur le thème «Amour»

4 conseils pour «pécho» à l’ère du Covid (oui, c’est possible)

Link zum Artikel

La moitié des jeunes ne s'identifie pas comme hétéro

Link zum Artikel

«Ma Saint-Valentin de rêve avec mon homme dans un 5 étoiles»

Link zum Artikel

Saint-Valentin: dites-lui avec des nuggets!

Link zum Artikel

Le Parlement débloque deux milliards de plus pour les indépendants

La révision de la loi Covid-19 sous toit, les Chambres fédérales se sont montrées de nouveau plus généreuses que le Conseil fédéral.

La loi Covid-19 n'a pas un an. Elle est pourtant déjà passée à trois reprises devant les parlementaires. Et les débats n'en sont que plus nourris à chaque passage. Voici les changements essentiels:

Le cœur de la révision réside dans l'aide aux cas de rigueur, soit les entreprises cruellement touchées. Le projet prévoyait de quadrupler l'enveloppe à dix milliards de francs. Le Parlement s'est montré un peu plus généreux: élargissant notamment le cercle des bénéficiaires.

La clé de répartition des …

Lire l’article
Link zum Artikel