DE | FR
Les tiques ont fait moins de dégâts ce printemps qu'à la même période l'an passé.
Les tiques ont fait moins de dégâts ce printemps qu'à la même période l'an passé.Image: Shutterstock

Maintenant que le Covid s'atténue, les tiques font moins de dégâts

Alors que l'année 2020 avait vu une flambée des cas d'encéphalites à tiques, les chiffres de ce printemps montrent un retour à la normale.
14.06.2021, 11:5914.06.2021, 17:14

En 2020, 388 cas de méningo-encéphalites verno-estivales ont été signalés de janvier à fin août, soit plus que jamais depuis 1988. Des chiffres records expliqués par la météo très favorable, mais aussi par les mesures sanitaires liées au Covid, selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). L'encéphalite à tiques est une maladie liée à un virus qui se transmet par la morsure. Elle peut provoquer une méningite ou une paralysie.

Ce printemps, les statistiques enregistrées correspondent à nouveau aux chiffres habituels des années précédentes. Une vingtaine de cas d'encéphalites à tiques ont été recensés pour le mois de mai 2021, contre une centaine une année plus tôt à la même période.

L'OFSP observe toutefois une augmentation de l’incidence annuelle du nombre de cas de méningo-encéphalites verno-estivales. Cette situation est également remarquée dans plusieurs pays d’Europe, notamment l’Allemagne. (ffe/ats)

26 chiens qui prennent beaucoup trop de place🐶

1 / 20
26 chiens qui prennent beaucoup trop de place 🐶
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

J'ai tokenisé mon entreprise

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Vous êtes furax et vous refusez de payer vos primes? Voici ce qui vous attend
Vous avez décidé que vous ne payeriez pas, coûte que coûte, vos primes d'assurance maladie après l'annonce d'augmentation de 6,6% par Alain Berset? Regardons ensemble jusqu'où cela peut vous mener.

«Ah non! Cette augmentation des primes, c'est celle de trop! Il va m'entendre, Alain Berset! C'est décidé, cette année, je ne payerai pas!»

L’article