DE | FR
Image: shutterstock

Le nombre de victimes de violence conjugale diminue dans le canton de Vaud

Contrairement à la moyenne suisse, les violences domestiques ont diminué dans le canton de Vaud en 2020. La loi cantonale visant à mieux protéger les victimes peut expliquer ce recul.
22.03.2021, 14:4322.03.2021, 16:07

La nouvelle loi vaudoise d'organisation de la lutte contre la violence domestique (LOVD), entrée en vigueur fin 2018, «a porté ses fruits», a relevé lundi devant la presse Béatrice Métraux, la conseillère d'Etat en charge de la sécurité. L'an dernier, 28% des cas de violence domestique ont débouché sur l'expulsion de l'auteur de son domicile.

Pour Béatrice Métraux, les diverses campagnes de sensibilisation ont aussi contribué à la baisse des violences domestiques, passées en 2020 dans le canton de Vaud à 3889 infractions dans le cadre de 1681 affaires. Soit une diminution de 7% sur un an.

Pour connaître l'évolution chiffrée des autres crimes en Suisse, c'est ici👇

Toujours en hausse à Lausanne

La ministre a toutefois souligné qu'il fallait «s'abstenir de tout triomphalisme». Car si les craintes initiales liées à la pandémie ne se sont pas confirmées, cela pourrait encore venir avec une possible dégradation de la situation économique et sociale.

Elle a aussi reconnu que les violences domestiques avaient diminué par rapport à 2019, mais elles restaient en hausse en comparaison à 2018. A noter aussi que si ces violences ont reculé dans le canton, elles ont progressé de 4% à Lausanne. (ats/mndl)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, le syndicat étudiant défie le rectorat
Suite au coup de force d'activistes le 17 mai dernier et à la décision du rectorat d'entamer des poursuites pénales, l'association faîtière des étudiants de l'Université de Genève contre-attaque.

L’épreuve de force est montée d’un cran. Lundi 23 mai, la CUAE, l’association faîtière des étudiants de l’Université de Genève (UNIGE) a déployé une banderole géante dans le hall d’Uni Mail: «ÉTUDIANT-E-X-S RÉPRIMÉ-E-X-S: LE MALAISE», est-il écrit en lettres majuscules. Cette action est une réponse à la décision du rectorat de déposer une plainte pénale contre les personnes qui, le 17 de ce mois, dans les locaux de l’UNIGE, ont interrompu avec violence une conférence du professeur français Eric Marty, auteur du livre «Le sexe des modernes», jugé transphobe par les perturbateurs, des transactivistes.

L’article