DE | FR

L'UDC met fin à son boycott de l'émission politique de la SRF

Après trois semaines de boycott, l'UDC va à nouveau participer à «Arena», l'émission de débat de la télévision alémanique SRF. Le parti a trouvé un accord avec la direction de la chaîne.
14.04.2022, 20:5416.04.2022, 11:57

La directrice de la SRF, Nathalie Wappler, s'est félicitée du retour de l'UDC et a souligné que la SRF reste tenue de fournir une couverture médiatique pertinente, mais aussi d'être indépendante politiquement.

Nathalie Wappler, directrice de la SRF.
Nathalie Wappler, directrice de la SRF.Image: sda

Dans un communiqué, l'UDC a de son côté salué un entretien «constructif» avec la direction de la chaîne. Elle exige une animation «appropriée, équilibrée et neutre» de l'émission. Le parti a rappelé à Nathalie Wappler un principe qu'elle avait annoncé lors de son entrée en fonction en 2019: faire des programmes qui informent mais qui ne polarisent pas et qui renoncent au journalisme d'opinion.

L'animateur «en juge» face à Thomas Aeschi

L'UDC avait annoncé il y a trois semaines que ses membres ne participeraient plus jusqu'à nouvel ordre à Arena. Elle dénonçait un «dérapage» de l'animateur Sandro Brotz lors d'une émission consacrée au conflit en Ukraine et accusait le journaliste de s'être «posé en juge face à Thomas Aeschi», le chef du groupe UDC au Parlement, qui avait tenu des propos jugés «racistes» sur les réfugiés. (ats)

Marine Le Pen décide qui est journaliste... ou pas

Plus d'articles sur l'UDC

Non-respect des mesures Covid: un élu UDC fait appel de sa condamnation

Link zum Artikel

L'UDC revient à la charge avec ses critiques contre les villes

Link zum Artikel

T-shirt polémique de Maurer: Parmelin défend son collègue

Link zum Artikel

Jugé pour discrimination raciale, Yvan Perrin a été acquitté

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le statut S n'est pas pour tous les réfugiés
Karin Keller-Sutter opte pour une politique migratoire «dure mais juste». C'est pourquoi elle a réitéré devant des délégués du PLR à Andermatt samedi, que le statut S ne sera pas accordé à tous les réfugiés.

Karin Keller-Sutter s'est exprimée en faveur d'une politique migratoire «dure mais juste» dans l'intérêt de la Suisse comme des personnes concernées, devant les délégués du PLR à Andermatt samedi. «Le statut S doit rester une protection temporaire et limitée à certaines situations exceptionnelles», selon elle.

L’article