DE | FR
Le superyacht russe «Amadea», saisi aux Fidji, doit également financer la reconstruction de l'Ukraine.
Le superyacht russe «Amadea», saisi aux Fidji, doit également financer la reconstruction de l'Ukraine. photo: keystone

Reconstruire l'Ukraine avec l'argent des oligarques? La Suisse y travaille

L'Occident élabore des plans visant à utiliser l'argent des oligarques russes pour la reconstruction de l'Ukraine. Mais les obstacles à surmonter sont énormes.
24.05.2022, 11:5324.05.2022, 12:04
Dennis Frasch
Dennis Frasch
Dennis Frasch
Suivez-moi

600 milliards de dollars. C'est ce que coûterait la reconstruction de l'Ukraine après la guerre, a estimé mi-avril le Premier ministre ukrainien Denys Chmyhal.

En ce moment, l’Occident se creuse la tête pour savoir d'où viendra l'argent et comment se déroulera la reconstruction du pays. Une idée qui est désormais propagée par les plus hautes sphères de l'UE et de Washington est l'expropriation des oligarques russes.

«L'UE examine les possibilités d'utiliser les fonds gelés des oligarques russes pour financer la reconstruction de l'Ukraine après la guerre»
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne

En Suisse aussi, l'idée a ses partisans: le PS a récemment déposé une motion demandant que la Suisse puisse geler les fonds des personnes sanctionnées de manière autonome, mais aussi «les confisquer et les consacrer à un but précis». Le PS a reçu du soutien jusque dans le milieu bourgeois.

Mais cela ne va pas être aussi simple: en effet, les bases juridiques font défaut. Une telle démarche serait également très délicate du point de vue du droit international.

Combien de milliards russes sont bloqués ?

Jusqu'au 12 mai, la Suisse avait bloqué des fonds russes à hauteur de 6,3 milliards de francs, selon Erwin Bollinger, responsable du centre de prestations des Relations économiques bilatérales au Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Les experts estiment toutefois qu'il y aurait encore bien plus de fortunes à sanctionner dans des structures difficiles à cerner. Au total, les fonds russes en Suisse s'élèveraient à 200 milliards de francs.

Plus de 30 milliards d’euros de fonds d'oligarques auraient déjà été gelés dans l’UE, entre un et deux milliards de dollars aux Etats-Unis.

Le yacht russes «Luna» dans le port d'Hamburg.
Le yacht russes «Luna» dans le port d'Hamburg.photo: keystone

Le montant des réserves de devises de la Banque nationale de Russie saisies à l'étranger est encore plus important: des devises d'une valeur d'environ 350 milliards de dollars auraient été gelées dans le monde entier.

Les oligarques russes peuvent-ils être expropriés ?

C'est la grande question à laquelle il n'y a pas de réponse, car les précédents font défaut. En Suisse, une telle procédure constituerait une levée de tabou dans la politique de sanctions. La loi sur les embargos ne prévoit pas que les avoirs gelés soient conservés durablement et ne soient pas restitués au moins à un gouvernement légitime dans le pays d'origine. Il faudrait donc d'abord créer une base juridique. Non seulement en Suisse, mais aussi dans les pays de l'UE et aux Etats-Unis.

Le président américain Joe Biden a envoyé début mai un projet de loi au Congrès afin justement de créer une base juridique. Car selon le droit international, il n'est pas non plus possible pour les Etats-Unis de confisquer des biens aussi facilement, ni à des personnes privées, ni à des Etats.

Certes, il est permis aux membres de l'ONU de confisquer les biens d'un agresseur. Dans le cas de personnes privées, il faut en outre prouver qu'elles ont des liens étroits avec l'agresseur, en l'occurrence le gouvernement russe.

Mais il est beaucoup plus difficile de confisquer les biens de manière irrévocable. En effet, les tribunaux doivent prouver en permanence qu'un propriétaire de biens se trouve encore à juste titre sur la liste des sanctions. C'est ce qu'a décidé la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) dans le cas d'un Saoudien sanctionné. Il ne va donc pas être facile de rendre les oligarques responsables de la guerre d'agression menée par la Russie, encore moins de les exproprier. Il se pourrait tout aussi bien que les avoirs gelés devront être restitués à la fin de la guerre.

Le vice-président du PLR Andrea Caroni est néanmoins favorable à l'expropriation, comme il l'a déclaré au «Sonntagszeitung»:

«Du point de vue du droit international, il est clair pour moi que la Russie doit verser des dommages et intérêts à l'Ukraine en raison de son agression contraire au droit international. Je suis favorable à ce que nous utilisions les fonds confisqués à la Russie comme une sorte d'acompte pour la reconstruction.»
Andrea Caroni, vice-président du PLR

Qu'en est-il des devises gelées de la Russie ?

Des problèmes similaires se posent pour les quelque 350 milliards de dollars de la banque centrale russe qui ont été gelés dans le monde entier. Bien que la Russie viole de manière flagrante le droit international, des principes doivent être respectés, a déclaré Andreas Müller, professeur de droit européen et international à l'université d’Innsbruck, au Neue Zürcher Zeitung:

«Les biens de l'Etat bénéficient d'une forte protection dans le droit international»

Lorsque des Etats occidentaux s'emparent de biens russes, ils violent cette protection.

En outre, la question des réparations devrait en fin de compte être réglée par l'ONU et non par des États individuels.

Confisquer les biens, et après?

Même si les bases juridiques étaient créées et que les biens privés et publics russes étaient prêts à être utilisés, on serait confronté à d'autres problèmes. La question qui se pose est la suivante: que faire de cet argent?

Dans une tribune publiée dans le quotidien autrichien «Der Standard», l'ancien directeur de la Banque mondiale Kurt Bayer plaide en faveur d'un «fonds de défense et de reconstruction» dans lequel les fonds d'aide et les fonds confisqués pourraient être regroupés et attribués de manière ciblée. Des questions importantes pourraient ainsi être clarifiées. Par exemple, «quelle direction cette reconstruction doit prendre, avec quelles priorités en termes de contenu et de temps».

En effet, on ne sait pas non plus dans quelle mesure l'Ukraine sera capable de mener à bien sa reconstruction. L'Ukraine est également en grande partie un «État oligarchique». Dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International, l'Ukraine se classe en 2021 à la 122e place sur 180.

Ursula von der Leyen.
Ursula von der Leyen.photo: keystone

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a donc proposé de lier les futures aides à la reconstruction de l'Ukraine à des réformes. «Oui aux investissements, mais accompagnés des réformes nécessaires, par exemple contre la corruption ou pour la mise en place de l'État de droit. C'est aussi ce que veut l'Ukraine, j'en ai encore discuté ce matin avec le président Zelensky», a déclaré von der Leyen la semaine passée. «Cela dépend de l'Ukraine elle-même, comment elle parviendra à réaliser cette reconstruction à la fin de la guerre, comment elle mettra effectivement en œuvre les réformes et comment elle se débarrassera des oligarques».

On a suivi la finale de The Voice à Neuchâtel

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine a fait augmenter les prix de ces biens en Suisse

Link zum Artikel

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

Link zum Artikel

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Link zum Artikel

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

Link zum Artikel

La Suisse est à nouveau présente sur le territoire ukrainien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berset, Crypto AG et Mörgeli: «House of cards» au Palais fédéral
Une petite violation du secret de fonction a déclenché de grandes enquêtes pénales. De nombreux détails sont encore inconnus, mais les noms de Berset, Cassis et Mörgeli sont cités dans les rapports à ce sujet. Explications.

Une véritable bataille discrète se déroule actuellement dans les couloirs du Palais fédéral. Selon la NZZ am Sonntag, l'affaire est si piquante qu'elle peut être comparée à la célèbre série télé House of cards, où Kevin Spacey joue le rôle d'un politicien américain prêt à recourir à tous les moyens pour se maintenir au pouvoir.

L’article