DE | FR
En route vers la sécurité: 140 personnes ayant fui l'Ukraine ont été transférées, mardi soir, de Cracovie à Zurich..
En route vers la sécurité: 140 personnes ayant fui l'Ukraine ont été transférées, mardi soir, de Cracovie à Zurich..bild: watson
Vidéo

«Trop jeunes pour mourir»: 140 réfugiés ukrainiens sont évacués vers la Suisse

Mardi soir, la Fondation Guido Fluri a évacué plus d'une centaine de femmes, d'enfants et de jeunes d'Ukraine vers la Suisse. Un avion Edelweiss a transporté les personnes fuyant la guerre de Cracovie à Zurich.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
09.03.2022, 16:2410.03.2022, 16:31
Helene Obrist
Helene Obrist
Helene Obrist
Suivez-moi

Treize jours que la guerre fait rage en Ukraine. L'ONU parle déjà de 1,5 million de personnes qui ont fui le pays. Mardi, tard dans la soirée, 140 d'entre eux ont atterri à l'aéroport de Zurich. Parmi elles, une majorité de femmes, d'enfants et de jeunes ayant des besoins particuliers.

Maria, 19 ans, est l'une d'entre eux. Avec sa mère, elle vivait jusqu'à récemment à Kiev, la capitale ukrainienne. «Nous avons passé les premiers jours après les bombardements dans le bunker. J'avais une peur inimaginable». Elle n'a pourtant que 19 ans, ajoute Maria dans un anglais parfait. «C'est trop jeune pour mourir».

Maria (à gauche), 19 ans, et sa mère ont fui Kiev.
Maria (à gauche), 19 ans, et sa mère ont fui Kiev. bild: watson

Maria et sa mère Elena parviennent à franchir la frontière ukrainienne pour rejoindre la Pologne. Avec les 138 autres réfugiés, un vol charter de la compagnie suisse Edelweiss est venu les chercher, mardi soir, à Cracovie. Financé et organisé par le philanthrope Guido Fluri et sa fondation du même nom.

Pour l'entrepreneur de 55 ans, qui s'est envolé avec eux pour Cracovie, ce n'est qu'un début:

«Je voulais prendre des responsabilités en toute simplicité. Bien sûr, c'est une petite contribution face à cette immense catastrophe européenne à laquelle nous sommes tous confrontés. Mais nous devons commencer quelque part.»

L'arrivée des réfugiés en images 👇

Vidéo: watson

Le vol d'évacuation a été rendu possible notamment grâce à l'ambassadeur ukrainien Artem Rybchenko, qui s'est également rendu en Pologne. Pour ce dernier, qui a toujours des membres de sa famille en Ukraine, c'est une lueur d'espoir dans une période sombre:

«Je suis submergé par la sympathie en Suisse et reconnaissant que nous puissions mettre ces enfants et mères vulnérables en sécurité»
Guido Fluri (à droite) et sa femme Tania à l'aéroport de Cracovie.
Guido Fluri (à droite) et sa femme Tania à l'aéroport de Cracovie. bild: watson

Arrivés à Zurich, trois grands cars bleus les attendent. Les mères portent leurs enfants fatigués dans leurs bras pour monter les escaliers et rejoindre les grands bus. Une grande partie des fugitifs continue de Zurich jusqu'à Mümliswil dans le canton de Soleure. Là, dans l'ancien foyer pour enfants, des traductrices, des médecins, des pédagogues et des pompiers volontaires se sont mis à leur disposition.

Les réfugiés seront en sécurité dans ces prochaines semaines. Dans l'avion, d'ailleurs, une Ukrainienne traduisait en anglais la question d'un petit garçon: «Est-ce qu'il pourra jouer dehors dans ce nouvel endroit inconnu?» Après avoir transmis la réponse «absolument» à l'enfant. De joie, ce dernier lui a offert un ourson en gomme. Cela fait deux semaines qu'il n'a pas pu s'ébattre dehors.

Immersion dans un centre d'accueil en Ukraine

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le retour du Covid inquiète Moderna: «Il faudra se booster année après année»
Paul Burton, directeur du secteur médical de Moderna, met en garde la Suisse contre le retour du Covid-19 à l'automne. Selon lui, les gens devront se faire injecter un rappel régulier.

Pour l'instant, d'un point de vue tout helvétique, la pandémie de coronavirus semble lointaine. Pourtant, les préparatifs pour affronter une recrudescence des cas en automne battent leur plein. Si l'on en croit Paul Burton, directeur du secteur médical de Moderna, qui a accordé une interview au Blick, «il est peu probable que nous nous débarrassions un jour du Sars-CoV-2». Car le virus est constamment en train de muter.

L’article