DE | FR
Wir verwenden Cookies und Analysetools, um die Nutzerfreundlichkeit der Internetseite zu verbessern und passende Werbung von watson und unseren Werbepartnern anzuzeigen. Weitere Infos findest Du in unserer Datenschutzerklärung.
Julie Bhosale a documenté la période suivant la naissance de son deuxième enfant.
Julie Bhosale a documenté la période suivant la naissance de son deuxième enfant.photos: julie bhosale

Cette jeune femme voulait simplement remonter le moral à d'autres mères – ses photos firent le tour du monde

30.07.2015, 13:46

Qu'une grossesse ne puisse se faire sans laisser ses traces sur le corps des femmes est probablement clair pour tout un chacun. Pourtant, de nombreuses mères s'en inquiètent et veulent retrouver le plus vite possible leur ancienne silhouette. Julie Bhosale a fait l'expérience de la pression intense que les femmes se mettent après la naissance de son premier enfant.

La néo-zélandaise travaille dans le secteur de la santé en tant que nutritionniste. Pour cette raison déjà, elle pensait devoir se remettre en forme rapidement. Mais elle dû bientôt admettre que, même pour une jeune femme sportive, le chemin du retour à sa silhouette d'origine est hardu.

«Je me suis dit que ça aiderait au moins une mère à se sentir moins seule.»
Julie Bhosale

Pour aider d'autres femmes à moins s'en soucier et pour leur montrer qu'il est parfaitement normal que leur ventre ne retourne pas à la normale immédiatement après la naissance, elle a décidé de documenter la période suivant la naissance de son deuxième enfant. Julie Bhosale partagea les images qui en résultèrent ainsi que ses pensées et émotions sur son blog (en anglais).

Même 14 semaines après la naissance, les traces de sa grossesse sont encore clairement visibles.
Même 14 semaines après la naissance, les traces de sa grossesse sont encore clairement visibles.photos: Julie Bhosale

Voici un extrait de son blog: «Je travaille dans le secteur de la santé. Un secteur qui est fortement focalisé sur le superficiel. Sur notre apparence. Pas sur ce que nous ressentons. Pas sur qui nous sommes. Je suis une mère. Toi aussi, tu es mère (...). Toi aussi, tu vis dans un monde qui te juge selon ton apparence. Et pas selon ce que tu ressens. Pas selon qui tu es vraiment, et ce que tu as sacrifié ... et va continuer à sacrifier.»

De l'auteure de blog à la star internet

«Je me suis dit que ça aiderait au moins une mère à se sentir moins seule», raconte la néo-zélandaise dans un interview avec le Huffington Post. Mais au lieu d'atteindre une – ou quelques – mères, Bhosale a immédiatement conquis toute la communauté internet. D'innombrables médias ont publié son histoire et les articles de son blog ont également circulé sur Facebook.

Ce succès enthousiasme visiblement cette mère de deux enfants: «Je suis touchée et j'ai les larmes aux yeux quand je lis tous les commentaires et les messages.» Elle veille parfois jusque tard dans la nuit pour pouvoir lire et répondre à tous les messages. (viw)

Ceci pourrait également vous intéresser: Des mères allaitant se transforment en déesses majestueuses à travers les yeux d'une photographe

1 / 22
Des mères allaitant se transforment en déesses majestueuses à travers les yeux d'une photographe
quelle: catersnews / / 1086237
Auf Facebook teilenAuf Twitter teilenWhatsapp sharer

Cet article t'as plu? Partage-le avec tes amis sur Facebook. Merci beaucoup! 💕 

DANKE FÜR DIE ♥
Würdest du gerne watson und unseren Journalismus unterstützen? Mehr erfahren
(Du wirst umgeleitet um die Zahlung abzuschliessen)
5 CHF
15 CHF
25 CHF
Anderer
Oder unterstütze uns per Banküberweisung.
Themen

Das könnte dich auch noch interessieren:

Abonniere unseren Newsletter

Fliegender Samichlaus und Foie Gras: Der ultimative Röstigraben-Vergleich zu den Festtagen
Romandie-Expat Camille analysiert, wer besser feiert.

Weihnachtsessen, Weihnachtsmärkte, Weihnachtsshopping: Wir Schweizer haben nächste Woche nicht alle dasselbe vor. In welchen Punkten sich Romands und Deutschschweizer unterscheiden und wo sich die letzten Tage des Jahres am besten feiern lassen, seht ihr im Video:

Zur Story