DE | FR

Moscou et Washington continuent de s'écharper sur l'Ukraine à l'ONU

Russes et Américains se sont écharpés au Conseil de sécurité de l'ONU.
Russes et Américains se sont écharpés au Conseil de sécurité de l'ONU.Image: sda
Au Conseil de sécurité de l'ONU lundi, la Russie et les Etats se sont déchirés au sujet des troupes massées par Moscou à la frontière de l'Ukraine. Et toujours pas de solution en vue.
31.01.2022, 19:5001.02.2022, 06:49

Tandis que les pays occidentaux intensifient leurs efforts diplomatiques pour éviter l'éclatement d'un conflit militaire, Russie et Etats-Unis ont à nouveau bataillé durant une première réunion du Conseil de sécurité sur la crise ukrainienne.

En ouvrant la session du Conseil, Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, a jugé qu'il n'y avait «aucune alternative à la diplomatie» dans la crise actuelle autour de l'Ukraine. «Il ne devrait y avoir aucune intervention militaire» pour la régler.

Un premier point pour les Etats-Unis

La session s'est tenue à la demande des Etats-Unis. La Russie avait mené une tentative pour l'en empêcher - sans succès, car dix pays sur les 15 membres du Conseil ont voté en sa faveur.

Cette réunion est «une étape décisive pour amener le monde à parler d'une seule voix» sur cette crise, a estimé le président Joe Biden.

En marge de cette réunion, Biden a prévenu dans un communiqué que «si la Russie se détourne de la diplomatie et attaque l'Ukraine, (elle) en portera la responsabilité et subira des conséquences rapides et sévères».

Réplique de la Russie

L'ambassadeur de la Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia, a d'emblée accusé Washington de chercher à «créer l'hystérie» et à «tromper la communauté internationale» avec des «accusations infondées».

Son homologue américaine Linda Thomas-Greenfield lui a rétorqué que le déploiement de plus de 100 000 militaires russes autour de l'Ukraine menaçait «la sécurité internationale». Elle a accusé Moscou de vouloir déployer début février, «preuves» à l'appui, plus de 30 000 militaires supplémentaires au Bélarus, dont le régime est très proche du Kremlin.

Vassily Nebenzia et son homologue du Belarus, Valentin Rybakov, ont souligné qu'il s'agissait «d'exercices militaires conjoints qui se tiendraient en février». «Nous avons des entraînements réguliers avec le Belarus comme sur le territoire russe», a fait valoir devant des médias l'ambassadeur russe.

Devant le Conseil, Vassily Nebenzia a demandé sur quelle base l'Occident pouvait affirmer qu'il y avait plus de 100 000 militaires russes déployés aux abords de l'Ukraine, rappelant qu'avant l'invasion de l'Irak en 2003, Washington avait assuré avoir des preuves d'armes de destruction massive dans ce pays, jamais trouvées.

L'ambassadeur d'Ukraine est intervenu pendant la partie

L'ambassadeur de l'Ukraine à l'ONU, Sergiy Kyslytsya, a demandé d'un ton mesuré que son pays ne «soit pas intimidé» par des mouvements militaires. «La priorité est d'arriver à un cessez-le-feu dans la région du Donbass» dans l'est de l'Ukraine, théâtre d'affrontements avec des séparatistes ukrainiens soutenus par Moscou, a-t-il dit.

Prochain match à l'ONU le 17 février

Tandis qu'à Washington, des élus ont affirmé que le Congrès était proche d'un accord sur un projet de loi prévoyant de nouvelles sanctions économiques contre la Russie.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit à nouveau discuter de l'Ukraine le 17 février lors d'une réunion régulière consacrée aux Accords de Minsk visant à pacifier le Donbass.

Un entretien téléphonique aura également lieu mardi entre les ministres russe et américain des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov et Antony Blinken, selon Moscou et Washington. (mbr/ats)

Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard

1 / 9
Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard
source: musée suisse des transports
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Influencé par la guerre en Ukraine, le monde redevient très nucléaire

Link zum Artikel

Aux Philippines, une ville est recouverte par les cendres d'un volcan

Link zum Artikel

En Russie, le McDo' change de nom, mais pas de goût

Link zum Artikel

En Espagne, le manque de personnel menace le tourisme estival

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le parti de Boris Johnson écrasé lors des 2 élections partielles
Les conservateurs au pouvoir du Premier ministre britannique Boris Johnson ont subi deux cuisantes défaites lors d'élections parlementaires partielles vendredi.

Deux semaines après avoir survécu sans éclat à un vote de défiance dans le sillage du «partygate»- l'affaire des fêtes arrosées à Downing Street pendant les confinements - ces résultats risquent d'accentuer encore davantage le climat de défiance au sein de la majorité.

L’article