DE | FR

Un PDG australien démissionne après le dynamitage d'un site sacré

Des manifestations avaient eu lieu devant les locaux de Rio Tinto

Image: sda

En mai, le géant minier Rio Tinto avait dynamité les grottes de Juukan, l’un des sites de peuplement les plus anciens d’Australie.



Le président du géant minier Rio Tinto, Simon Thompson, a annoncé, mercredi, sa démission suite à un scandale provoqué par la destruction par son entreprise d'un site historique de la communauté aborigène en Australie.

L'émoi suscité par ce dynamitage dans l'Etat d'Australie Occidentale de la grotte de Juukan Gorge, un site vieux de 46 000 ans considéré comme sacré par les peuples Puutu Kunti Kurrama et Pinikura (PKKP), avait déjà conduit à la démission, en septembre, du patron de Rio Tinto, le Français Jean-Sébastien Jacques, et de deux autres hauts dirigeants.

L'entreprise souhaitait, grâce au dynamitage, agrandir une mine de fer. Avant l'opération, les PKKP disent avoir alerté sur le fait que les explosifs détruiraient des formations rocheuses historiques et que Rio Tinto aurait pu protéger le site. Considéré comme sacré par les PKKP, il abritait plusieurs objets aborigènes parmi les plus anciens retrouvés en Australie.

Simon Thompson a qualifié la destruction du site de «source de tristesse personnelle et de profond regret, ainsi que de violation flagrante des valeurs de notre entreprise».

Mettre fin à toute destruction planifiée des sites patrimoniaux

Il regrette également que les succès engrangés par Rio Tinto en 2020, qui l'ont conduit à verser un dividende record aux investisseurs, ont été «éclipsés» par le scandale dont il s'affirme être le responsable.

Une enquête parlementaire a recommandé fin 2020 que le groupe anglo-australien dédommage les PKKP, reconstruise le site détruit et s'engage à respecter un moratoire permanent en matière d'exploitation minière dans la région.

Un rapport préliminaire avait également conseillé à toutes les compagnies exploitant des mines en Australie Occidentale de revoir les accords passés avec les propriétaires terriens autochtones et de mettre fin à toute destruction planifiée des sites patrimoniaux jusqu'à la mise en place de protections juridiques renforcées. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Harry règle ses comptes avec son père

Link zum Artikel

On a enfin une date pour le nouvel épisode de «Friends»!

Link zum Artikel

Voici pourquoi les Allemands se ruent sur l'Astrazeneca

Link zum Artikel

L'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice

Link zum Artikel

Michel Fourniret, l'un des hommes les plus détestés de France est mort

Souffrant de problèmes cardiaques et de dégénérescence mentale, le tueur en série avait été placé dans un coma dont il ne se serait pas réveillé.

Le tueur en série français, Michel Fourniret, âgé de 79 ans, a quitté ce monde, rapporte Le Parisien.

Lundi, celui qui a gagné le surnom d'Ogre des Ardennes, a été placé dans le coma, considéré comme non réanimable. Un protocole de fin de vie avait été engagé.

Michel Fourniret, qui a été condamné deux fois à la perpétuité pour les meurtres de huit femmes, mais qui est suspecté d'en avoir tué bien plus, souffrait de problèmes cardiaques et de dégénérescence mentale. (ade)

Lire l’article
Link zum Artikel