DE | FR

Virginia Markus

«Soit on est dans la nuance, soit on défend les animaux»

Virginia Markus. Image: shutterstock / keystone

Virginia Markus a longtemps été le visage et la voix de la cause animale en Suisse romande, entre opérations commando sur le terrain et débats sur les plateaux TV. Jusqu'en novembre 2020, où l'ex-activiste a été condamnée par la justice. Interview.



Pourquoi on parle de la nuance?

Dans cette nouvelle série, watson soumet la notion de nuance à des personnalités francophones œuvrant dans des domaines au cœur de l'actualité qui pourraient en manquer (en tout cas au premier coup d'œil). Covid-19, écologie, politique, égalité, réseaux sociaux. Jean Birnbaum, journaliste au Monde, a publié un essai en mars et il aimerait que nous retrouvions «Le courage de la nuance». Travaux pratiques!

C'est quoi votre définition de la nuance?
Virginia Markus: Je dirais que c'est une réflexion sur une position. Qu'elle soit politique ou philosophique. Une forme d'ouverture sur la réalité de l'autre qui nous permet de mieux la comprendre.

Depuis que la justice s'est mise en travers de votre chemin, vous avez fait un pas de recul et vous œuvrez dans un sanctuaire pour animaux que vous avez monté. C'est là que se cache la nuance chez Virginia Markus?
Je ne sais pas si c'est de la nuance. Je me suis réorientée plutôt, et bien avant mon procès. A un moment donné, je me suis dit «soit tu continues à te battre au front pour finir invariablement en prison, soit tu changes de rôle en t'occupant des animaux qui ont échappé à la mort». Je ne veux plus tenter de convaincre qui que ce soit, je préfère laisser aux animaux la possibilité de toucher eux-mêmes le coeur de ceux qui viennent à leur rencontre au sanctuaire. Ils y parviennent bien mieux que moi!

Donc votre lutte s'est soldée par un échec?
Les livres que j'ai écrits, les actions menées et la présence médiatique ont sans doute amené certaines personnes à changer leur point de vue sur le bien-être animal. Mais, ma lutte, finalement, on s'en fiche. C'est l'animal qui compte. Et à ce niveau là, malheureusement, on ne peut pas du tout dire que c'est gagné.

L'idée même de la nuance n'est-elle pas au final l'anti-thèse du cahier des charges du militant ou de l'activiste?
Oui, je pense. On peut ouvrir le dialogue dans bon nombre de domaines, mais à un moment donné il faut choisir son camp. Se positionner. Et un militant ne peut pas négocier avec une personne qui opprime consciemment. L'exemple frappant, c'est celui du consommateur qui se dit sensible aux animaux et qui fait le choix de diminuer sa consommation de viande. C'est peut-être une manière d'être modéré, nuancé, mais c'est toujours consciemment accepter qu'une ou deux fois par semaine, des animaux sont tués pour son plaisir gustatif. Du point de vue des victimes, la nuance est problématique.

«Soit tu défends la cause animale et dans ce cas-là c'est impossible d'être nuancé, soit tu ouvres le dialogue mais tu te retrouves très vite dans une demi-mesure qui va forcément prétériter l'animal»

Jean Birnbaum reproche «aux intellectuels engagés leur incapacité de considérer que l’autre, et parfois même l’ennemi, puisse avoir raison». Est-ce qu’un bon activiste est forcément un activiste borné?
Non, j'étais déterminée, mais je n'étais pas bornée. Parce que, si on reste dans le domaine de la violence faite aux animaux, je sais très bien que certains éleveurs sont eux-mêmes coincés dans une situation complexe. Une partie d'entre eux n'aiment pas faire souffrir celles et ceux qu'ils exploitent, et je peux compatir un bout pour ces gens-là. Mais sur le fond, on ne pourra jamais s'entendre. C'est là, notamment, que la nuance disparaît dans le militantisme.

«C'est toujours le même dilemme: si tu défends l'éleveur, tu ne défends plus la vache. Et c'est la vache qui va finir égorgée»

Si on vous écoute attentivement, on se dit que débattre autour d'une table, pour un militant, c'est inutile...
Je crois que le débat est utile pour ceux qui l'écoutent ou le suivent, pas pour ceux qui le nourrissent autour de la table et dont les positions sont irréconciliables. Ce n'est pas pour rien que je me suis retirée des débats.

«Le courage de la nuance, c’est de concilier l’indignation radicale avec une forme de lucidité». C'est vraiment compatible?
Bien sûr! Et ça doit aller ensemble! Radical, ça ne veut pas dire irréfléchi. Etre radical, c'est aller à la racine d'un problème, l'analyser et agir en conséquence.

«Il y a beaucoup de cohérence dans la radicalité»

Albert Camus, cité par Jean Birnbaum, disait il y a plus de 70 ans déjà que «nous étouffons parmi des gens qui pensent avoir absolument raison». De quelle manière une activiste fait-elle son auto-critique?
C'est jamais un exercice facile, mais c'est fondamental. Je dirais... en écoutant les critiques constructives et pas les lynchages gratuits? Même si elles sont rares, des remarques pertinentes pouvaient par exemple m'amener à repenser mes méthodes. Le message ne changeait pas dans le fond, mais la forme pouvait évoluer.

Plusieurs avis sur l'essai de Birnbaum estiment qu’appeler à plus de nuance, c’est un moyen de conserver le pouvoir sur ceux qui voudraient faire bouger les choses. On imagine que vous validez ce postulat?
Je rejoins ça, oui. C'est quand même souvent les personnes disposant de privilèges qui prônent la modération ou la nuance. Simplement, parce qu'elles n'ont pas fait l'expérience de l'oppression et que pour elles la notion d'urgence, et donc de radicalité, est abstraite. Si on considère les activistes comme des «extrémistes», c'est parce que ces personnes font l'exercice de l'empathie envers les populations qu'elles défendent et qui vivent cette urgence vitale. De manière plus globale, malheureusement, notre civilisation s'est construite dans la confrontation: les riches contres les pauvres, les humains contre les animaux, les blancs contre les noirs, les hommes contre les femmes. Un peu à l'image de spectateurs dans une pièce de théâtre, c'est à nous de prendre du recul, de picorer ce qui correspond à notre échelle de valeurs, pour mieux comprendre la radicalité ou la nuance d'ailleurs.

Vous parvenez à tutoyer la nuance au quotidien?
Ça dépend. Il faut dire que la nuance est aussi une notion dangereuse. Si on prend par exemple le cas des violences sexuelles, être nuancé ça voudrait dire remettre en question les propos de la victime qui dénonce et donc prendre le parti, quelque part, de la personne qui a violé. C'est d'ailleurs pareil lorsqu'on parle des animaux et qu'on se met à la place d'un cochon à l'abattoir. Selon moi, il y a des sujets sur lesquels il est très délicat d'être nuancé. En revanche, et j'ai toujours essayé de le faire, ce n'est pas parce que je défends les animaux que je ne peux pas entendre la réalité des éleveurs.

Notre société manque-t-elle de nuance?
Les camps s'affrontent et ne font pas l'effort d'aller vers l'autre. Je pense surtout qu'en ce moment, c'est exacerbé par la situation politique et évidemment, par les réseaux sociaux. Tout le monde se positionne sur tout, tout le temps, sans avoir les outils nécessaires pour comprendre. Il est là le danger, selon moi, aujourd'hui.

«Le courage de la nuance»
Jean Birnbaum (Seuil, 2021)

1948, Albert Camus: «Nous étouffons parmi des gens qui pensent avoir absolument raison». Une phrase qui est plus que jamais d'actualité, à l'heure des réseaux sociaux et des sujets de plus en plus clivants. Et ça tombe plutôt bien, puisque le journaliste du Monde Jean Birnbaum s'est donné pour mission de questionner la place de la nuance dans notre société, dans un essai paru fin mars. Le pitch? Relire de grandes plumes «qui ne se sont pas contentées d’opposer l’idéologie à l’idéologie, les slogans aux slogans» et les catapulter à notre époque. Au programme, Albert Camus, George Orwell, Hannah Arendt ou encore Roland Barthes. Par ce bouquin, Jean Birnbaum voudrait retrouver le courage de penser que «dans le brouhaha des évidences, il n’y a pas plus radical que la nuance».

Plus d'interviews

Alexis Favre: «La nuance permet d’ouvrir des portes»

Link zum Artikel

Pourquoi commémore-t-on une pandémie qui n'est pas terminée?

Link zum Artikel

«Arrêtons de collecter partout des virus et d'en faire n’importe quoi»

Link zum Artikel

«Soit on est dans la nuance, soit on défend les animaux»

Link zum Artikel

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Wanted: la nuance

Bertrand Kiefer: «Le respect d'autrui est un prérequis de la nuance»

Touche-à-tout, le médecin, théologien, philosophe et journaliste romand Bertrand Kiefer l'est assurément. Patron de la «Revue médicale suisse», il se trouve aux premières loges du traitement du Covid par la science et la presse. Parlons nuance.

La question à chaud, ou plutôt à froid. Quelle est votre définition de la nuance?

J’apprécie beaucoup la défense qu’en fait Jean Birnbaum. Comme lui, je suis pour un apaisement et une rationalisation du débat public. En même temps, comme lui, je pense que du consensus mou, il ne sortira rien. Or, avant d’avoir le courage de la nuance, que Birnbaum appelle de ses vœux, je pense qu’il faut avoir la capacité de la nuance. Je vois deux prérequis à une discussion nuancée. Le premier …

Lire l’article
Link zum Artikel