DE | FR

Le Japon fait un pas vers le mariage pour tous

Bild

shutterstock

Le tribunal de première instance de Sapporo a jugé que la non-reconnaissance du mariage gay était contraire à la Constitution.



Il y a du progrès dans l'air. Au Japon, dernier pays du G7 à ne pas reconnaître le mariage homosexuel, un tribunal a estimé mercredi que la non-reconnaissance de l'union sacrée entre personnes du même sexe était anticonstitutionnelle.

Décision saluée

Il s'agit d'une première dans le pays qui a été immédiatement saluée comme une victoire par des militants pour l'égalité des droits.

C'est à Sapporo que la décision a été prise. Le tribunal a jugé que cette non-reconnaissance était contraire à l'article 14 de la Constitution qui stipule que «tous les citoyens sont égaux devant la loi».

Jusqu'ici l'Etat estimait qu'une telle union n'est «pas prévue», soulignant la nécessité d'un «consentement mutuel des deux sexes». Ce qui laisse la place à beaucoup d'interprétation.

Du jamais vu

Ce jugement est le premier à être rendu dans le cadre d'actions en justice contre l'Etat japonais engagées par une dizaine de couples homosexuels en 2019 pour obtenir la reconnaissance légale de leurs unions.

L'élue d'opposition Kanako Otsuji, l'une des rares personnalités politiques au Japon ouvertement LGBT, s'est dite dans un tweet «vraiment, vraiment heureuse» de cette décision. (ats/hkr)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Mia et sa mère retrouvées dans un squat en Suisse

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Arrêtés et extradés pour avoir aidé Carlos Ghosn à se faire la malle

La justice fédérale américaine a donné son feu vert à l'extradition vers le Japon, de Michael Taylor et de son fils Peter, qui avaient orchestré, fin 2019, la rocambolesque fuite du Japon de l'ancien patron de Renault et Nissan.

Deux Américains accusés d'avoir aidé l'ancien patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, à s'enfuir de Tokyo vers le Liban dans des conditions rocambolesques, en décembre 2019, ont été remis aux autorités japonaises pour être extradés, a indiqué lundi leur avocat.

Michael Taylor, un ancien membre des forces spéciales américaines reconverti dans la sécurité privée, et son fils Peter Taylor ont été remis à des responsables japonais, a affirmé l'avocat.

Peter Taylor avait été arrêté à Boston alors …

Lire l’article
Link zum Artikel