Suisse
Barack Obama

Barack Obama à Zurich: pas de politique, mais des selfies à 2500 francs

L'ancien président américain Barack Obama est attendu samedi soir au Hallenstadion à Zurich.
L'ancien président américain Barack Obama est attendu samedi soir au Hallenstadion à Zurich.Image d'archives: sda

Barack Obama à Zurich: pas de politique, mais des selfies à 2500 francs

Barack Obama sera de passage sur la scène du Hallenstadion de Zurich ce samedi. «Invités surprises exceptionnels» et discussions sont au menu de la soirée.
29.04.2023, 09:5129.04.2023, 11:54
Plus de «Suisse»

L'ancien président américain Barack Obama se produit samedi soir pour la première fois en Suisse, lors de l'événement «An evening with president Barack Obama». A Zurich, le Hallenstadion n'affiche pas complet, mais les organisateurs recommandent aux visiteurs d'arriver tôt et sans bagages en raison des mesures de sécurité.

«Rien n'est laissé au hasard»

Les «mesures de sécurité renforcées» devraient en effet allonger le temps d'attente devant le Hallenstadion à Oerlikon (ZH), indiquent les organisateurs. Les portes ouvriront donc dès 17 heures, tandis que l'événement débutera à 18h30.

La ville de Zurich est responsable de la sécurité de l'ancien président américain. Les mesures sont mises en place en concertation avec le «Secret service», responsable de la sécurité du président des Etats-Unis et des anciens locataires de la Maison-Blanche.

On vous l'annonçait en mars 👇

Cette première visite de Barack Obama en Suisse est minutieusement planifiée, a indiqué Nader Korayeim, organisateur de la soirée, dans une interview accordée au Tages-Anzeiger. «Rien n'est laissé au hasard», souligne-t-il. Il ne précise pas combien Barack Obama reçoit pour sa prestation.

De quoi vont parler les invités?

La soirée «An evening with president Barack Obama» promet une série de rencontres avec «des invités surprises exceptionnels», selon les organisateurs. Les intervenants aborderont divers thèmes tels que la créativité, la responsabilité entrepreneuriale, le leadership et la transformation par l'action.

La deuxième partie du programme, dès 20 heures, donnera lieu à un entretien entre l'ex-président démocrate et l'animateur Klaas Heufer-Umlauf, présentateur d'une télévision privée allemande. Il ne faut toutefois pas s'attendre à une intervention «politiquement» pertinente, les anciens présidents des Etats-Unis ne se mêlant en principe pas des affaires politiques quotidiennes.

Toutefois, vu la popularité dont jouit encore le 44e président des Etats-Unis, la manifestation a un certain poids. La branche zurichoise des Démocrates américains de l'étranger a déjà annoncé vouloir montrer ses couleurs devant le Hallenstadtion et courtiser de nouveaux électeurs.

Le selfie à 2500 francs

Pour voir Barack Obama «live» à Zurich, les billets se vendaient à partir de 59 francs et jusqu'à 564 francs (avec une entrée spéciale et une pré-party). Pour 2500 francs supplémentaires, il était possible de demander au bureau de Barack Obama un selfie avec l'ancien président.

La soirée est organisée par expansion.space, une division de la société Streetlife international. Basée en Allemagne, elle se présente comme une plateforme qui attire «des pionniers et des visionnaires contemporains», peut-on lire sur son site internet. (sas/ats)

Celui qui marchait comme les présidents fait rire les internets
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le «Pablo Escobar de la mendicité» jugé à Genève
Un trio bulgare aurait gagné des centaines de milliers de francs avec «ses» mendiants, y compris en Suisse. Un procès retentissant pour trafic d'êtres humains est en cours à Genève.

Un procès pour traite d'êtres humains s'ouvre cette semaine à Genève et fait grand bruit dans toute la Suisse. Un clan familial bulgare est accusé d'avoir recruté dans son pays d'origine des personnes issues de milieux précaires et les avoir fait mendier pour lui à Genève et à Lausanne, entre autres. C'est ce que montrait une enquête de CH Media, le groupe auquel appartient watson.

L’article