DE | FR
La dernière édition de la <em>Weltwoche </em>parue jeudi épingle à sa Une Alain Berset.
La dernière édition de la Weltwoche parue jeudi épingle à sa Une Alain Berset.
Image: Shutterstock/montage watson
Analyse

Voici pourquoi la Weltwoche lance maintenant l'assaut contre Alain Berset

La Weltwoche, l'hebdomadaire alémanique de droite, a dégoupillé une nouvelle bombe jeudi en révélant les détails du dossier judiciaire mêlant le conseiller fédéral Berset et une ex-maîtresse. Décryptage.
17.09.2021, 12:1417.09.2021, 16:20
Suivez-moi

Officiellement, il en va de l'intérêt public. C'est ainsi que Roger Köppel, rédacteur en chef de la Weltwoche et conseiller national UDC, justifie le grand déballage sur l'affaire Berset.

L'hebdomadaire alémanique de droite, bras armé de l'Union démocratique du centre (UDC), a dégoupillé une nouvelle bombe jeudi en révélant les détails du dossier judiciaire mêlant le conseiller fédéral socialiste (ce détail compte) et son ex-maîtresse.

De mémoire d'observateur politique, il s'agit d'une première. Jamais une affaire extra-conjugale d'un élu, qui plus est d'un conseiller fédéral, n'avait connu un tel déballage.

La Weltwoche a assurément bénéficié d'une fuite puisqu'elle a mis la main sur le dossier judiciaire qui recèle tous les détails de la procédure, auditions et échanges électroniques compris, entre Alain Berset et son ex-maîtresse.

Intérêt public, seulement?

Le magazine justifie ce grand déballage par l'intérêt public. Alain Berset a mis à contribution des collaborateurs pour régler discrètement cette affaire de chantage que la femme a exercé sur lui.

Certes.

Une enquête va devoir éclaircir les faits. La sous-commission de gestion va s'emparer de ces nouvelles révélations pour vérifier s'il y a eu un usage abusif des ressources de l'Etat.

Les 3 raisons de l'attaque

Cependant, il ne faut pas se leurrer. Si la Weltwoche a dégoupillé cette bombe, avec force détails, l'intérêt public n'est assurément pas sa seule motivation. Impossible de ne pas y voir un agenda politique, à peine caché, derrière cette opération. Pour au moins trois raisons.

  • La Weltwoche est le bras armé de l'UDC. Son rédacteur en chef, Roger Köppel est également conseiller national UDC. L'auteur de l'article n'est autre que l'ancien idéologue vedette de l'UDC Christoph Mörgeli. Faire passer le socialiste Alain Berset pour un menteur et un profiteur ne peut que servir les intérêts du parti qui a par ailleurs lancé cet été une forte offensive contre la gauche. Cette attaque, c'est une manière d'entacher son autorité, voire de la faire vaciller.
  • L'UDC a tout intérêt à affaiblir le conseiller fédéral socialiste. Alain Berset n'a jamais caché son ambition de reprendre le département des finances. Or, les rumeurs donnent Ueli Maurer, le grand argentier, partant. Peut-être même pour la fin de cette année. Alain Berset serait en droit, vu son ancienneté, de revendiquer ce département des plus stratégiques. La droite veut à tout prix le conserver.
  • Par ailleurs, l'UDC s'est toujours fortement opposée à la stratégie anti-Covid portée et incarnée par Alain Berset. Roger Köppel, et il n'est pas le seul, n'a d'ailleurs pas hésité à parler de «dictature sanitaire» en septembre 2020 sur les ondes de la Radio télévision suisse (RTS). Ueli Maurer s'est affiché il y a quelques jours avec un t-shirt d'un groupe anti-mesures Covid. Frapper Alain Berset sur ses faiblesses est une autre manière de le discréditer face aux citoyens, parmi lesquels de nombreux mécontents de la politique sanitaire menée en Suisse. Et donc de s'attirer potentiellement de nouveaux électeurs, dans un parti en perte de vitesse.

Plus d'analyses politiques

Accentué par la crise, un élan libertaire parcourt la Suisse

Link zum Artikel

Peuple et partis politiques sont-ils en instance de divorce?

Link zum Artikel

Peut-on être jeune, de droite et défendre la polygamie?

Link zum Artikel

«Théories du complot»: De quoi ne parle-t-on pas?

Link zum Artikel

Analyse

Pourquoi les Yverdonnois changent de municipalité comme de chemise

Cela doit être du jamais vu en Romandie. Depuis un demi-siècle, la municipalité de la cité thermale change systématiquement de camp à chaque élection. Une instabilité qui s'explique notamment par de vieilles rancunes et un équilibre politique précaire.

Les Yverdonnois ont encore changé d'avis, en élisant une majorité de gauche dimanche dernier. Comme d'habitude, aurait-on envie de dire. Depuis cinquante ans, aucun parti n'a réussi à convaincre les habitants de la cité thermale plus de quelques années d'affilée.

Car pour suivre la politique de la deuxième ville vaudoise, mieux vaut avoir le cœur bien accroché. En 2016, les quatre candidats PLR avaient été élus dès le premier tour. En 2021, ce sont deux socialistes et une candidate verte …

Lire l’article
Link zum Artikel