DE | FR

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Le président de Credit Suisse, António Horta-Osório, qui a contrevenu aux règles de quarantaine mises en place par la Suisse pour lutter contre le coronavirus, démissionne avec effet immédiat.
Le président de Credit Suisse, António Horta-Osório, qui a contrevenu aux règles de quarantaine mises en place par la Suisse pour lutter contre le coronavirus, démissionne avec effet immédiat.Image: sda
Le dirigeant portugais avait été nommé fin avril 2021 pour remettre de l'ordre au sein du numéro deux bancaire helvétique, secoué par les scandales à répétition.
17.01.2022, 05:2517.01.2022, 09:21

Le président de Credit Suisse, António Horta-Osório, qui a contrevenu aux règles de quarantaine mises en place par la Suisse pour lutter contre le coronavirus, démissionne. Il est remplacé avec effet immédiat par Axel Lehmann, a indiqué la banque dans un communiqué.

«Je regrette que certains de mes actes aient entraîné des difficultés pour la banque et affecté ma capacité à la représenter en interne et en externe. J'ai donc estimé que ma démission était dans l'intérêt du numéro deux bancaire suisse.»
António Horta-Osório

Selon une enquête du journal alémanique Blick, le dirigeant était rentré de Londres à Zurich le 28 novembre. Avisé des règles de quarantaine mises en place par les autorités helvétiques la veille, le Portugais s'était renseigné sur la possibilité de raccourcir, voire de se faire libérer de la quarantaine.

Le canton de Schwyz, où réside le désormais ex-président du numéro deux bancaire, ainsi que la Confédération ont refusé de donner suite à cette demande. Mais le 1er décembre, il a pris un avion privé pour se rendre en Espagne, violant les règles de quarantaine. Il a ensuite poursuivi son voyage à New York pour une réunion du conseil d'administration.

Des scandales à répétition

La grande institution bancaire a été impliquée dans plusieurs scandales, notamment dans l'affaire des filatures, qui avait provoqué en février 2020 le départ du directeur général Tidjane Thiam.

Ont suivi les déboires autour de Greensill et Archegos, qui ont provoqué d'importantes pertes, auxquels s'ajoute une affaire de crédits frauduleux octroyés au Mozambique.

La succession du Portugais est déjà réglée, précise le communiqué de CS. Le conseil d'administration a nommé le Suisse Axel Lehmann au poste de président du conseil d'administration. Il est immédiatement entré en fonctions et sera proposé à l'élection en tant que président du conseil d'administration lors de l'assemblée générale du 29 avril.

Ancien membre du directoire d'UBS, Axel Lehmann a été élu membre du conseil d'administration de Credit Suisse en octobre 2021. Il a travaillé pendant près de 20 ans pour l'assureur Zurich Insurance. Il a actuellement des mandats auprès de plusieurs institutions académiques, notamment un poste de professeur titulaire à l'université de Saint-Gall.

Après la coûteuse affaire Archegos, le numéro deux bancaire suisse avait décidé de renforcer la gestion de fortune au détriment de la banque d'affaires. Il avait ainsi cédé l'unité à l'origine de la débâcle, qui a coûté plus de 5 milliards de francs à la banque au premier semestre.

Avec sa vaste expérience dans le secteur des services financiers, Axel Lehmann «dispose des meilleurs atouts pour poursuivre la transformation stratégique et culturelle de la banque», déclare dans le vice-président du conseil d'administration, Severin Schwan. (ats/jch)

Restons un peu en Suisse: «À mes yeux, ça aurait été plus facile de rester dans la peau d'un homme»

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Boris Johnson visé par une enquête parlementaire
Les députés britanniques ont approuvé ce 21 avril l’ouverture d’une enquête parlementaire visant Boris Johnson. Elle devra déterminer si le Premier ministre du Royaume-Uni a sciemment menti au Parlement sur les «soirées» organisées à Downing Street malgré les mesures de confinement.

L'affaire du «Partygate» connaît un nouveau tournant. Les députés britanniques ont décidé, jeudi, d'ouvrir une enquête pour déterminer si le premier ministre Boris Johnson a sciemment trompé le Parlement dans ses déclarations justifiant ses soirées organisées en plein confinement. L'affaire concerne des faits datant de juin 2020.

L’article