ciel couvert
DE | FR
Blogs
ça roule

Voitures d’occasion: les astuces pour reconnaître la bonne affaire

Image
Image: Shutterstock
ça roule

Voitures d’occasion: les astuces pour reconnaître la bonne affaire

Faire confiance c’est bien, contrôler c’est mieux! La raison doit l’emporter sur le coup de cœur au moment d’acheter une voiture d’occasion.
12.04.2021, 11:3007.06.2021, 16:11
Martin  Bolliger
Martin Bolliger
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

La voiture est superbe et brille; elle passerait pour neuve. Avant de craquer, il y a quelques petites choses à contrôler, car si l’acheteur cherche la bonne affaire, le vendeur espère quant à lui réussir la vente.

En partenariat avec le TCS
Retrouvez deux fois par mois les conseils de Martin Bolliger, expert en mobilité au TCS. Il ne s'agit pas de contenu payant.

Le but est donc de savoir repérer la perle rare, parmi la grande quantité de voitures d’occasion sur le marché. Le mieux est d’étudier les offres, sans se précipiter, même si le vendeur précise qu’il s’agit d’une «occasion à ne pas manquer».

«Mieux vaut une carrosserie d’une couleur démodée sur une base saine, qu'un véhicule en mauvais état dans la teinte souhaitée»

Pour un acheteur aux connaissances mécaniques limitées, l’idéal est de pouvoir faire contrôler le véhicule par un garagiste de confiance ou dans un centre technique du TCS, par exemple.

Il faut aussi savoir qu’en termes d’occasion, la demande détermine le prix. Un contrôle minutieux permet de s’assurer de l’état du véhicule et est important pour éviter une mauvaise surprise.

Pour être sûr d’investir dans le véhicule adapté, il est nécessaire de faire une course d’essai à froid, qui servira d’investigation. Avant de démarrer, la carte grise et le carnet d’entretien devront être étudiés pour connaître la date de l’expertise, savoir si les services ont été effectués régulièrement et s’assurer que les informations correspondent à celles diffusées dans l’annonce.

Il est recommandé d’inspecter le véhicule dans ses moindres détails pour évaluer les éventuels problèmes liés à un accident ou à un mauvais entretien. L'obligation de déclarer les dommages accidentels s'applique à tous les vendeurs. Toutefois, les particuliers ne sont pas obligés d'annoncer les dommages mineurs. En cas de doute, il est conseillé de consulter un spécialiste.

«Il vaut mieux investir du temps pour économiser de l’argent»

Les particuliers et les garages indépendants proposent les prix les plus bas. A l'inverse, acheter un véhicule dans un garage de marque coûte plus cher, mais le risque de se voir confronté à des vices cachés est moindre.

Image
Image: Shutterstock

Lors d’un achat entre particuliers, il est conseillé de demander à signer un contrat type comme celui qui se trouve sur le site Internet du TCS. Il est important de noter que la mention «expertisée» signifie uniquement que la voiture répond aux exigences de sécurité en vigueur et qu'elle ne devra pas être présentée au contrôle périodique pendant 2 à 3 ans.

L’état général du véhicule, l’année de mise en service, le nombre de kilomètres et l’état actuel du marché jouent un rôle déterminant sur le prix de vente. Si une voiture est vendue sans garantie contractuelle sur les pièces et la main-d'œuvre, sont prix devra être plus bas.

Les points à contrôler

  • Sous la voiture: il faut vérifier s’il y a une perte d’huile, de la rouille, des parties repeintes ou des zones réparées ou bosselées.
  • Carrosserie: il est nécessaire de contrôler s’il y a de la rouille, des impacts, des griffures, des pièces de teintes différentes qui indiquent une réparation après un accident. Il faut vérifier si les joints en caoutchouc et les pare-chocs sont intacts, et si des impacts ou des fissures se trouvent sur le pare-brise.
  • Phares: il est important de vérifier qu’ils sont en état de marche, que les réflecteurs et les vitres sont en bon état et s’il y a de l’humidité à l’intérieur.
  • Roues: il est conseillé de vérifier l’année de fabrication des pneus (sur le flanc, les 4 chiffres après la mention DOT indiquent la semaine et l’année de fabrication. Le TCS recommande de ne pas utiliser des pneus qui ont plus de 8 ans). Le TCS conseille de monter des pneus d’été avec au moins 3mm de profil en début de saison et de 4mm minimum pour les pneus d’hiver. Si les jantes ne sont pas d’origine, il faut vérifier si une homologation est nécessaire pour pouvoir rouler avec.
  • Moteur & boîte de vitesses: il faut contrôler qu’il n’y a pas de bruits suspects ou de perte d’huile, que les vitesses passent bien et que l’embrayage fonctionne. De plus, il faut vérifier que les services ont été effectués et si la courroie de distribution a été changée.
  • Suspensions: il faut vérifier que les disques de freins ne sont pas rayés, ni rouillés, s’il y a de l’huile qui fuit au niveau des amortisseurs et s’il y a des craquements ou des cliquetis. Il est aussi nécessaire de contrôler que la direction réponde bien et sans jeu.
  • Habitacle: il est important de s’assurer que les instruments et jauges fonctionnent tous bien en surveillant si les voyants de contrôles s’allument ou non. Il est important de vérifier que les équipements de sécurité et de confort sont tous fonctionnels.
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Quand un «Suisse» était président du Guatemala
D’Andelfingen à la tête d’une république d’Amérique centrale: voici l’histoire de Jacobo Arbenz, qui fut président du Guatemala de 1951 à 1954 et dont les réformes agraires lui valurent de puissants ennemis.

En 1950, le Guatemala, république d’Amérique centrale, comptait trois millions d’habitants, dont 60% descendaient des Mayas. Le pays ne contrôlait alors plus que 10% de ses terres, les 90% restants appartenant à un petit nombre de familles d’oligarques fortunées, en majorité d’origine européenne. La population indigène vivant sous le joug d’un système de travail forcé et de servitude pour dettes, la pauvreté, l’analphabétisme et la malnutrition étaient très répandus. La situation politique était elle aussi particulièrement instable, les gouvernements se succédant les uns aux autres, souvent à la suite de révoltes.

L’article