ciel couvert
DE | FR
Blogs
ça roule

Conducteurs de caravane, vous pourrez rouler jusqu'à 100 km/h cet été

Image
Image: Shutterstock
ça roule

Conducteurs de caravane, vous pourrez rouler jusqu'à 100 km/h cet été

Depuis cette année, les caravanes et remorques peuvent rouler à 100 km/h maximum en Suisse. La limitation était jusqu’alors fixée à 80km/h. Cette limitation générale ne s’applique pourtant pas automatiquement et quelques vérifications s’imposent avant le premier trajet.
25.05.2021, 12:1607.06.2021, 16:32
Martin  Bolliger
Martin Bolliger
Suivez-moi
Plus de «Blogs»

Le trajet des vacances va sensiblement être réduit pour ceux qui apprécient partir avec leur caravane. Depuis le 1er janvier 2021, en effet, la vitesse maximale pour les véhicules attelés a été relevée de 80 km/h à 100 km/h en Suisse. Une modification qui se justifie par les progrès accomplis en termes de technologie et de sécurité des véhicules et des attelages.

En partenariat avec le TCS
Retrouvez deux fois par mois les conseils de Martin Bolliger, expert en mobilité au TCS. Il ne s'agit pas de contenu payant.

Attention toutefois: cette nouvelle règle ne s’applique qu’à des caravanes – ou remorques – d’un poids total n’excédant pas 3,5 tonnes. Pour éviter les doutes, il suffit de contrôler le point 31 de la carte grise de la voiture: le poids remorquable autorisé y est indiqué. Le poids total indiqué dans le certificat de la caravane ou de la remorque ne doit donc pas dépasser le poids maximal autorisé pour le véhicule tracteur.

«Et, bien évidemment, il faut que la caravane ou la remorque soit techniquement adaptée et homologuée pour être tractée à 100km/h.»

Cette information figure au point 17 de la fiche technique et en cas de doute, il est aussi possible de consulter www.typenscheine.ch; un site Internet sur lequel figurent plus de 200'000 fiches techniques suisses de véhicules. Si le numéro d’homologation ne figure pas dans le répertoire, le vendeur ou l’importateur peut fournir ce renseignement.

Une fois les autorisations techniques contrôlées, il est également nécessaire de vérifier l’index des pneus; tous ne peuvent pas être utilisés pour rouler à cette vitesse. Cette information se trouve sous forme d'une lettre à la suite des indications de dimensions figurant sur le flanc des pneus. Les mentions «F» et «G» peuvent respectivement rouler à 80km/h et 90km/h maximum. Pour pouvoir atteindre 100km/h, il est nécessaire d’avoir la mention «J», «K», «L», «M» ou «N».

Après avoir effectué ces contrôles, le véhicule et son attelage peuvent prendre la route à la vitesse adaptée. Certains véhicules modernes sont équipés de systèmes de stabilisation et d’aide à la manœuvre ultra sophistiqués, capables d’empêcher ou de corriger un mouvement de pendule de la remorque en appliquant un freinage différentiel aux roues du véhicule tracteur; ce qui aide au confort et à la sécurité routière.

«Il est recommandé de solliciter de l’aide pour les manœuvres ou pour se parquer.»


Peu importe les technologies, l’automobiliste reste responsable de son véhicule et doit toujours être en mesure de le maîtriser. Malgré l’expérience de conduite, il n’est jamais superflu de suivre un cours de perfectionnement pour acquérir une expérience supplémentaire ou rafraîchir ses connaissances. Cela peut s’avérer rassurant avant de prendre la route des vacances, pour éviter le stress dans la circulation routière.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici la folle histoire de l’horloger suisse du shah d’Iran
Le 16 octobre 1637, l’heure de l’horloger zurichois Rudolf Stadler avait sonné. À 32 ans, le premier horloger de la cour du shah de Perse mourut exécuté par l’épée à Ispahan. Son histoire ressemble à un conte des Mille et Une Nuits.

En 1627, l’ambassadeur impérial Johann Rudolf Schmid, qui devint plus tard Johann Rudolf, baron de Schwarzenhorn, se rendit de Vienne à Constantinople pour une mission diplomatique délicate. Il était entre autres accompagné de l’horloger zurichois Johann Rudolf Stadler, alors âgé de 22 ans. Cette expertise était très demandée à la Sublime Porte, car les horloges, en particulier celles complexes à automates, comptaient parmi les tributs annuels payés par l’empereur au sultan et constituaient l’un des cadeaux diplomatiques les plus prisés de l’époque. Elles nécessitaient un entretien et un suivi professionnels constants.

L’article