DE | FR
Image: shutterstock
A votre santé

Un dialogue avec mon moi hypocondriaque

Je déteste quand ma voix me joue de tours. Après tout, parler fait partie de mon travail. Sentir sa voix grincer au téléphone ou devenir rauque devant ses interlocuteurs est tout sauf agréable. A moins que cet enrouement soit dû à quelque chose de bien plus grave? Un dialogue avec mon moi hypocondriaque.
19.11.2021, 11:5419.11.2021, 12:47
Sandra Casalini
Sandra Casalini
Suivez-moi

Mon moi hypocondriaque: «Oh mon dieu, oh mon dieu. Oh. Mon. Dieu. Je suis enrouée!»

Moi: «Eeeeeet….?»

Mon moi hypocondriaque: «Vraiment enrouée. Pas qu'un peu. J'ai cherché sur Google. C'est un cancer de la gorge.»

Moi: «Ah bon. Tu craches du sang? Tu as des douleurs qui irradient jusqu'aux oreilles?»

Mon moi hypocondriaque: «Non, mais ça ce sont des symptômes très individuels.»

Moi: «Depuis quand es-tu enrouée?»

Mon moi hypocondriaque: «Depuis ce matin.»

Moi: «Tu as chanté, hier?»

Mon moi hypocondriaque: «Un peu. Dans la voiture

Moi: «Tu as chanté fort?»

Mon moi hypocondriaque: «C'est possible...»

Moi: «Et tu as chanté faux.»

Mon moi hypocondriaque: «Oui et? Personne ne m'a entendue.»

Moi: «Non seulement tu as chanté faux, mais avec une mauvaise technique. Tu as mis beaucoup trop de pression sur tes cordes vocales. Si tu surcharges ou que tu déformes ta voix pendant une longue période, elle s'enroue. »

Mon moi hypocondriaque: «Pourtant, ça n'a pas duré si longtemps. Seulement une demi-heure... Oh mon dieu. Oh. Mon. Dieu.»

Diphtérie ou nodules aux cordes vocales?

Moi: «Que dit Google?»

Mon moi hypocondriaque: «C'est la diphtérie. Une inflammation des voies respiratoires supérieures qui entraîne la mort des tissus, déclenchée par une bactérie très contagieuse. Tout bientôt, je vais avoir une détresse respiratoire aiguë et m'étouffer si je ne fonce pas immédiatement à l'hôpital.»​

Moi: «Fais voir ton souffle.»

Mon moi hypocondriaque (souffle): «Alors?»

Moi: «Ça sent seulement ton pain à l'ail d'hier soir. La diphtérie – ou un vrai croup – aurait une odeur bien différente. Tu as reçu les vaccins habituels durant ton enfance?»

Mon moi hypocondriaque: «Oui, pourquoi»

Moi: «Car tu es vaccinée contre la diphtérie.»

Mon moi hypocondriaque: «Même contre le faux croup?»

Moi: «On ne peut pas se vacciner contre cette maladie. Il s'agit de mucus qui rétrécit les voies respiratoires dans la zone du larynx et entraîne un essoufflement, surtout chez les enfants, durant leur sommeil. Cela arrive rarement chez les adultes. Mais tu pourrais avoir des nodules aux cordes vocales.»


«C'est sûrement une nouvelle mutation du Covid-19. Il y a d'abord eu la perte de l'odorat et du goût, maintenant je perds ma voix C'est logique, non? Les virus s'attaquent à tous nos sens!»

Mon moi hypocondriaque: «Oh non. J'en étais sûre. Il faut que je me fasse opéreeeeeer.»

Moi: «Les nodules aux cordes vocales sont causés par des blessures aiguës qui surviennent, par exemple, quand on crie. Ou quand on chante faux. Ça semble pire que ça ne l'est. Si tu me fais l'honneur de te taire un moment, ils disparaissent généralement d'eux-mêmes.»

Mon moi hypocondriaque: «Oh mon dieu. Oh mon… »

Moi: «Ok, laissons une dernière chance à Google.»

Mon moi hypocondriaque: «J'ai une paralysie des cordes vocales. Les muscles qui font bouger les cordes vocales ne peuvent plus être contrôlés. Cela peut conduire à la fermeture de la trachée. Je vais mourir dans d'atroces suffocations.»​

Moi: «Oui, la probabilité est énorme... Non, tant que tu respires normalement, je ne pense pas que ce soit le cas.»

Mon moi hypocondriaque: «Alors c'est sûrement une nouvelle mutation du Covid-19. Il y a d'abord eu la perte de l'odorat et du goût, maintenant je perds ma voix. C'est logique, non? Les virus s'attaquent à tous nos sens!»

Moi: «Et voilà encore une virologue avec d'immenses connaissances sur le sujet. Bien. Tiens, prends un mouchoir, tu as du rhume.»

Mon moi hypocondriaque: «Merci. J'ai aussi de la toux. Et mal partout.»

Boire du thé et produire de la salive

Moi: «Tu souffres d'un refroidissement tout à fait normal. Repose-toi pour que ton corps ait assez d'énergie pour combattre les germes. Bois beaucoup de liquide pour détacher le mucus. Tu peux aussi faire une inhalation pour libérer les sécrétions coincées dans les voies respiratoires. Et puis nous allons accrocher du linge humide ici pour humidifier l'air de la pièce.»

Mon moi hypocondriaque: «Et comment je me débarrasse de ce stupide enrouement, moi?»

Moi: «Par exemple en te gargarisant avec du thé de sauge, en mâchant ou buvant du gingembre ou en suçant des bonbons aux herbes. Cela stimulera le flux de ta salive, et cette dernière contient des anticorps. Et le plus important: tais-toi!»

Chères et chers hypocondriagues et non-hypocondriaques:
Quelles sont vos astuces contre l'enrouement et le rhume? Et comment les prévenir? Partagez vos conseils dans les commentaires!​

photo: lucia hunziker

A propos de l'auteure:

Sandra Casalini écrit sur à peu près tout ce qui touche à son quotidien – avec une franchise toujours sans pitié et beaucoup d'auto-ironie. C'est d'ailleurs la tonalité de son blog «A votre santé», qui paraît une semaine sur deux sur watson. L'approche de Sandra en matière de santé est la même que celle qu'elle a adoptée pour élever ses enfants: elle n'est pas experte mais elle s'en sort plutôt bien dans les deux. Parfois avec de l'aide, parfois sans.

Les textes de Sandra Casalini sont régulièrement publiés dans le magazine pour parents «Fritz und Fränzi» et dans la «Schweizer Illustrierte». Elle donne également un aperçu hebdomadaire de sa vie avec des ados sur le blog de la «Schweizer Illustrierte» intitulé «Der ganz normale Wahnsinn» («La folie ordinaire»).
Vidéo: watson/Emily Engkent

On a regardé le clip d'Orelsan

Plus d'articles sur la santé mentale

En politique, faut-il boire des verres pour être élu?
Les élections fribourgeoises approchent. Une occasion parfaite de se demander si nos politiciens et politiciennes gagnent plus de voix autour d'un verre que sur une affiche.

L'alcool, c'est mal. Sauf quand c'est bien. Parce que suivant le milieu que l'on fréquente, l'apéro est un lubrifiant social efficace, voire nécessaire. En effet, en plus du sujet de mes articles, combien de décisions importantes sont prises autour d'un verre dans ce pays?
Certainement beaucoup.

L’article