DE | FR
Illustration fh Suisse/Flavia Korner
Illustration fh Suisse/Flavia Korner
Work in progress

La routine au travail? C'est l'occasion parfaite pour innover!

La routine est certes utile pour certains processus de travail, mais peut aussi être vraiment ennuyeuse. Certains affirment pourtant qu’elle est la base des performances de pointe. Sunnie, experte en innovation, donne ses clés pour développer sa créativité dans le train-train quotidien.
28.07.2021, 11:21
Larissa Speziale/ fh suisse

Google crache 971 millions de résultats lorsqu’on saisit le terme «innovation». Inutile de dire que c’est un mot vraiment à la mode.

De plus en plus d’offres d’emploi exigent un esprit innovant, que l’on postule comme soignant, ingénieur ou architecte. Des HES proposent même des formations continues sur ce thème. Mais qu’est-ce qu’il signifie, au juste? Et comment ne pas perdre cette inspiration dans un quotidien parfois ennuyeux?

Sunnie J. Groeneveld a de nombreux conseils à donner. L’entrepreneuse de 33 ans, membre de plusieurs conseils d’administration et responsable de la filière EMBA Digital Leadership à la Haute école d’économie de Zurich (HWZ), s’intéresse depuis des années à ce thème. Dans son livre «Inspired at Work», elle livre 66 idées pour plus d’engagement et d’innovation dans les entreprises.

Sunnie, ton entreprise Inspire 925 promet de «déployer l’inspiration dans le quotidien professionnel» de ses clients. Y parvient-elle?
J’ai fondé cette société de consulting il y a huit ans. Nous avons cette exigence envers nous-mêmes lors de chacun de nos projets avec nos clients. Nous tenons non seulement à atteindre les objectifs de nos clients, mais aussi à concevoir la collaboration de la manière la plus inspirante possible.

En partenariat avec FH Suisse
L'association FH Suisse fournit le contenu de ce blog. Il est question du monde du travail, de carrière, d'éducation et de formation. Il ne s'agit pas d'un contenu payant.

Que signifie l’innovation pour toi?
L’innovation, c’est quand une nouvelle idée rencontre le succès sur le marché. Pour cela, l’idée en question doit avoir une plus-value et être accessible.

Cela semble plutôt abstrait. Comment y parvenir?
Tu as besoin d’une part d’une certaine créativité et, d’autre part, d’un environnement de travail dans lequel tu te sens suffisamment bien pour parler ouvertement de toutes tes idées. Y compris les idées «risquées» ou «étranges» qui pourraient mener à l’échec.

«Dans le contexte de l’innovation, les erreurs sont inévitables et devraient être considérées en premier lieu comme des opportunités d’apprentissage»

L’innovation naît de la répétition. Sur le chemin du succès, on tente des choses qui ne marchent pas. Max Levchin, fondateur de PayPal, l’explique très bien: «La première entreprise que j’ai fondée a connu un échec retentissant. La deuxième, un peu moins. La troisième a de nouveau franchement échoué. La quatrième a survécu. Et la cinquième était PayPal.» James Dyson a lui aussi construit 5216 prototypes avant que son aspirateur rencontre le succès sur le marché. L’important est d’apprendre à chaque fois qu’on emprunte une impasse et qu’on prend un mauvais virage. C’est cela qui conduit à une innovation fructueuse.

Mais même dans les entreprises cultivant les idées, une certaine routine s’installe souvent un jour ou l’autre...
C’est juste. Mais à mes yeux, la routine représente aussi une chance. Elle signifie en effet avoir compris quelque chose si bien qu’un automatisme en résulte. Cette profonde compréhension du travail est précieuse. Ce n’est qu’avec elle que l’on voit ce qui ne fonctionne pas encore sans faille. Mieux encore, on comprend les détails du problème, ce qui permet de chercher des solutions innovantes.

Mais la plupart d’entre nous ne le fait pas.
Il se peut que certains se contentent de se plaindre des problèmes. Mais il est bien plus passionnant de voir les problèmes comme des invitations à faire preuve d’innovation. Il est donc essentiel d’accorder de l’importance à la routine, tout en effectuant son travail avec un esprit vif, curieux et critique. C’est en effet comme cela que l’on identifie les potentiels d’innovation de la routine. Souvent, les problèmes sont des opportunités cachées dont il faut oser s’emparer soi-même.

Certains supérieurs ne veulent pas entendre parler de difficultés. Ils exigent que le travail soit effectué avec efficacité.
C’est la raison pour laquelle toutes les entreprises ne sont pas innovantes. Une culture d’entreprise fortement influencée par les cadres dirigeants est le facteur de succès le plus important pour ce qui est de l’innovation. Cinq secondes suffisent à un manager pour promouvoir ou pour étouffer l’innovation. Si cette personne bloque toutes les discussions ayant trait aux problèmes, et donc les approches de solutions, elle tue l’innovation dans l’œuf. Mais, si elle est à l’écoute, encourage les propositions de solutions et implique son équipe, elle crée un terreau fertile à l’innovation.

Le résultat? L’entreprise a plus de succès à long terme que si elle s’obstine à conserver les anciens processus. Cela signifie-t-il que les supérieur-e-s devraient pousser leur équipe à se plaindre? Oui, mais bien sûr de manière constructive, donc avec des approches de solutions. Nous sommes dépassés si notre cheffe nous dit: «Amène-moi des idées.» Mais si elle demande: «Parle-moi de tes problèmes», chacun aura une réponse.

«C’est lorsqu’on cherche des solutions que naît l’inspiration»

Il est bien sûr important de réfléchir dans quels problèmes on souhaite investir du temps, de l’énergie et des ressources. Sinon, on s’égare. Un autre point important, comme je l’ai mentionné, est la culture de l’échec. Lorsqu’un supérieur parvient à ce que son équipe parle ouvertement des erreurs commises, il a posé les bases qui permettent de transformer une bonne équipe en une équipe innovante.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
D'une pierre, deux coups: on a testé la Mazda 2 Hybrid
Mazda décline sa «2» en… deux versions depuis quelques mois. Il y a la pétillante Mazda 2 thermique, que l’on connaît depuis 2015 et qui a subi un second lifting ce printemps, d’une part, et la Mazda 2 Hybrid qui lui emboîte le pas, d’autre part. Si le nom est proche, son apparence et ses dessous nous rappellent une autre recette japonaise…

Constructeur franc-tireur, Mazda mise depuis plusieurs années sur le moteur thermique. Ses motorisations Skyactiv-G, Skyactiv-D et Skyactiv-X utilisent des solutions technologiques inédites et qui lui sont propres afin de maîtriser les émissions de CO2. Bien que les blocs essence Skyactiv-X reçoivent une micro-hybridation, l’électrification pour la traction n’est apparue que récemment chez Mazda: sur le MX-30 100% électrique et le CX-60, SUV de grande taille hybride rechargeable, qui arrive ces jours en concession.

L’article