DE | FR
Pénélope Page

L’amitié homme-femme, c’est possible seulement si t’es moche

01.09.2021, 11:41
Suivez-moi

Personne n’a jamais remarqué cette évidence?

Je reviens de vacances (je vous ai manqué?) et j’ai encore vécu un truc qui m’a confortée dans ce triste constat. Désolée de ne pas prendre de pincettes pour vous le dire!
Alors, évidemment, je parle aussi de beauté intérieure et je sais bien qu’on est tous le moche de quelqu’un. Je sais aussi que les LGBT et les cisgenres vont moyennement kiffer mon titre...

Mais réfléchissez-y: si vous êtes pas mal et pas trop con, y a peu de chance que la première personne qui vous tombe dessus en vacances vous alpague dans l’idée de faire des soirées pyjamas ou de jouer aux cartes.

C’est ce qui m’est encore arrivé cet été, et ça m’a ruiné mon séjour.

Je suis partie en croisière bien-être (je ne vous dirai pas où, pour ne pas faire de jaloux). J’étais là-bas pour prendre du bon temps, me reposer et me dorer la pilule, oklm. Et puis aussi pour réfléchir à ma nouvelle relation amoureuse et prendre du recul sur mes choix de vie, et patati, patata. En gros: toutes les conneries qu’on peut lire dans les bouquins de développement personnel, auxquelles on s'agrippe comme si notre karma en dépendait.

Misanthropie et Tom Hanks

Comme je suis partie toute seule, ma seule perspective de liens sociaux pendant une semaine venait du petit groupe présent avec moi sur le bateau. Même la misanthrope que j'ai fini par devenir – à force d'être obligée de côtoyer mes semblables – a besoin d'interagir avec l'autre. Afin de ne pas me retrouver à faire des déclarations d'amour à un ballon, comme Tom Hanks dans Seul au monde. 👇

L’un des types de l'équipe, à priori sympathique, s’est progressivement montré de plus en plus serviable et attentionné à mon égard. Ce qui était plutôt chouette! La vie t'offre tout un tas d'occasions de tisser de nouvelles amitiés, pour remplacer celles que tu as perdues. People come and go:

On est devenus potes assez rapidement. C’était cool. J’étais contente d’avoir trouvé un compagnon de galère, avec qui méditer et participer aux groupes de yoga et d’art-thérapie.

Quand un beau jour, après quelques cocktails, le type a trouvé approprié de me faire une déclaration. En trois minutes (assez larmoyantes), voilà ma paix intérieure et ma zénitude parties aux chiottes.

Comment ça s’est terminé? Comment on gère les choses à ce moment-là? Je vous raconterai ça une autre fois. Mais, en attendant, dites-moi si vous croyez en l’amitié homme-femme en commentaire ou anonymement par mail à:

penelope.page@watson.ch

Pénélope Page...
...fait une entrée hyper stressante dans la trentaine, avec son lot d'expériences foireuses. Aussi spontanée et délurée que névrosée, Pénélope fait ce qu'elle peut pour dealer avec l'existence et sa dose de paradoxes. Tout comme vous! Comme elle en connaît un rayon sur les déboires amoureux, vous pouvez également lui poser vos questions les plus intimes. Elle vous répondra directement toutes les semaines. Et, n'ayez crainte, comme elle, vous resterez anonyme.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.
Voici à quoi je ressemble, à quelques détails près: j'ai laissé tomber les tresses.pc
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici la plus étrange (et la plus courte) des visites officielles en Suisse
En 1909, l’empereur autrichien François-Joseph se rend en Suisse. Il aurait pu s’agir d’une visite officielle, pourtant, son passage prend la forme d’une simple «visite de courtoisie». En effet, le grand homme ne pose même pas le pied sur le sol helvétique et s’en retourne à peine un quart d’heure plus tard. Focus sur un étrange épisode de la politique extérieure de la Confédération.

1909: l’empereur François-Joseph, âgé de 79 ans, règne sur la monarchie de Habsbourg depuis 61 ans, une éternité pour l’époque. Devenu une véritable institution vivante, il est pourtant affublé par la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) du surnom de «monarque gris». Mais le grand public ne l’entend pas de cette oreille, même en Suisse: l’empereur jouit d’une haute considération.

L’article