DE | FR
Image: Flavia Korner
Work in progress

Mon chef m'énerve. Que puis-je faire?

Il est facile de critiquer ses supérieurs. Parfois, ça fait d’ailleurs vraiment du bien, notamment en termes d’hygiène psychologique. Mais ça n’apporte pas beaucoup plus. Or, que puis-je faire si les choses ne se passent pas comme je le souhaite? Ces cinq conseils te permettront d’avancer en ménageant tes nerfs.
22.02.2022, 17:1222.02.2022, 17:37
Larissa Speziale
Larissa Speziale
Suivez-moi

On peut remplir des bibliothèques entières avec des livres sur le management et passer ses soirées à se plaindre de sa cheffe ou de son chef. La professeur Dr. Sibylle Olbert-Bock dirige le centre de compétences Leadership & gestion du personnel à la Haute école spécialisée de Saint-Gall et poursuit des recherches sur le développement du personnel et de la carrière. Je me suis entretenue avec elle de la cheffe idéale, des exigences, des compétences managériales et des interdits.

Sibylle Olbert-Bock ne voulait pas se laisser aller à des déclarations à caractère général, surtout qu’elles n’étaient pas assez différenciées. Car le management est une question situationnelle, individuelle et surtout très complexe. La professeur adopte toutefois un angle extrêmement pragmatique sur les défis qui se posent aux collaborateurs et aux cadres dirigeants.

Notre conversation m’a permis de dériver cinq recommandations:

Fabrique toi-même ton chef idéal

Comment se présenterait ta cheffe idéale, si tu pouvais la créer toi-même? Sais-tu au juste ce qui est important à tes yeux et ce que tu veux ? Si tu n’es pas sûr du type managérial qui te correspond, les entretiens d’embauche peuvent déjà te donner certaines pistes. Sibylle Olbert-Bock met toutefois en garde: «Il y a un envers de la médaille pour toutes les caractéristiques positives. Si un cadre dirigeant confère par exemple beaucoup de libertés, tu n’auras en échange que peu d’encadrement». En revanche, pour toutes les approches qui ne te plaisent pas, tu trouveras en règle générale un côté positif. Essaie de trouver des côtés positifs à tes supérieurs actuels. Peut-être trouveras-tu plus que tu ne penses au premier regard.

Regarde plus loin que le bout de ton nez

Nous voyons tout depuis notre propre angle de vue: «Parfois certaines tâches que les supérieurs doivent accomplir ne sont pas claires pour les collaborateurs. Voilà pourquoi il est normal qu’ils ne puissent pas tout comprendre», selon Sibylle Olbert-Bock. Il peut être utile de se mettre à la place du cadre dirigeant et se poser la question: pourquoi ma cheffe réagit-elle ainsi dans cette situation? Quelles sont les tâches, contraintes et défis auxquels mon chef est actuellement confronté?

Quelles sont les attentes de la cheffe face au chef? «Selon les théories du management, chaque dirigeant doit en principe remplir deux missions principales: accomplir la mission économique et gérer la relation avec les collaborateurs et au sein de l’équipe», affirme Sibylle Olbert-Bock. Les deux éléments sont très importants. Selon la situation économique, chaque tâche ne bénéficie pas du même espace. S’intéresser à l’entreprise peut aider à comprendre le comportement et les exigences du chef.

Réfléchis à tes attentes et à ta situation

Est-ce vraiment tes supérieurs qui t’énervent ou est-ce le travail ou tes tâches qui ne te satisfont pas/plus? «Dans le cas des startups, les collaborateurs peuvent au début largement contribuer à forger l’activité. Or, dès que la croissance arrive, certaines structures et routines deviennent nécessaires. Si cela ne plaît pas à tous ceux qui ont contribué à établir l’entreprise, cela n’a toutefois rien à voir avec les supérieurs», selon Sibylle Olbert-Bock. Il se peut donc que les frictions avec les supérieurs relèvent des changements et pas du tout des personnes.Selon l’environnement dans lequel on évolue, il existe une marge de manœuvre plus ou moins grande ou d’autres priorités.

Sibylle Olbert-Bock
Sibylle Olbert-Bock

Sibylle Olbert-Bock cite les exemples suivants: dans l’industrie enregistrant de faibles marges, il faut une certaine productivité. Une entreprise spécialisée dans les nouvelles technologies et connaissant une croissance fulgurante peut se laisser plus de temps pour être créative. Les supérieurs évoluent dans d’autres conditions-cadres et disposent d’autres leviers, ils poursuivent par conséquent d’autres objectifs et adoptent donc un autre style managérial. Quel type d’entreprise correspond à ta manière de travailler et à tes besoins?

Il est tout à fait normal d’être énervé de temps en temps, selon Sibylle Olbert-Bock. C’est à parti du moment où l’énervement devient chronique qu’il faut s’inquiéter. En tous lieux, nous sommes confrontés à des désaccords. Dans ces cas, même un changement rapide ne résout rien, car les désaccords et les frictions accompagnent le management. Les malentendus sont humains : «L’harmonie permanente est une illusion».

Passe à l’action – surtout quand certaines limites sont dépassées

S’il se produit une situation qui ne te convient pas, il faudrait pouvoir mettre des mots dessus. Que s’est-il passé et comment l’avez-vous perçu? Les humiliations, cris, ridiculisations sont des comportements que tu ne dois pas accepter, estime Sibylle Olbert-Bock. Si le fait d’aborder ce comportement n’apporte rien et que les incidents se répètent, il faut explorer les possibilités d’agir au sein de la société: peux-tu par exemple initier une discussion avec ton chef/ta cheffe ou avec le supérieur direct ou en encore approcher le responsable des ressources humaines?

Y a-t-il des collaborateurs qui vivent des situations similaires et s’agit-il par conséquent d’une situation qui pourrait être abordée ensemble? Lorsque certaines limites sont dépassées, on peut faire appel à des médiateurs. Des questions juridiques se poseront ensuite à un moment ou à un autre. C’est pourquoi il est important de documenter les situations qui se répètent.

Tires-en les conséquences

«Love it, change it or leave it – quand ça ne va plus du tout et que malgré les tentatives, vous ne pouvez rien changer à la situation, le moment est alors venu de partir», affirme Sibylle Olbert-Bock qui renchérit tout de suite: «Il faut toutefois avoir conscience qu’il y aura également des frictions ailleurs, sur un autre lieu de travail. Surtout dans la phase initiale où l’on se retrouvera fatalement. Au moment de quitter une entreprise, vous perdez toujours certains avantages. Faites le point si vous gagnez vraiment plus que vous ne perdez et soyez au clair de ce que vous souhaitez». Par conséquent, prenez le temps de revenir encore une fois au point 3, avant de donner votre démission.

Poutine a fait transpirer son chef de l'espionnage

+ de Work in progess? C'est ici:

Une ex-banquière: «Nous sommes girly, fortes, créatives et classes!»

Link zum Artikel

«Il est extrêmement délicat de détecter des chutes sans contact»

Link zum Artikel

La routine au travail? C'est l'occasion parfaite pour innover!

Link zum Artikel

Prothèses recyclées Circleg: Des nouvelles jambes à partir de déchets

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
De la finance au savon
Quitter l’univers du management pour commercialiser ses propres produits? Andrea Ziegler a osé franchir le pas. Auparavant CFO dans plusieurs entreprises internationales, elle fabrique aujourd’hui des savons véganes et naturels. Qu’est-ce qui l’a poussée à tourner le dos à un emploi sûr? Et pourquoi a-t-elle voulu monter son propre projet?

Dans sa fonction de CFO auprès d’entreprises internationales, Andrea Ziegler a parcouru le monde 20 ans durant. «J’adorais ça», déclare la cinquantenaire dynamique aux cheveux courts, «et par chance, je n’ai jamais souffert de jet-lag.» Elle nous raconte son parcours dans les bureaux d’une coopérative de logements du quartier zurichois de Wollishofen. Des odeurs d’huiles essentielles flottent dans l’air. Les locaux dans l’arrière-cour sont aujourd’hui l’espace de travail d’Andrea: une cuisine où elle fait bouillir le savon et une pièce dédiée au séchage, au stockage et à l’emballage.

L’article