DE | FR

Musk pète un plomb et ça remet en question son rachat de Twitter

Elon Musk est sous le feu des critiques depuis que ses tweets ont contribué à une vague d'attaques en ligne contre Vijaya Gadde, la juriste en chef de Twitter.
29.04.2022, 10:4729.04.2022, 18:06

Elon Musk aurait-il lâché le tweet de trop? Le milliardaire se retrouve dans une situation qui pourrait compliquer son acquisition de Twitter. En effet, il s'est engagé dans l'accord de rachat du réseau à ne pas dénigrer le service en ligne ou ses représentants. Une tâche visiblement insurmontable pour cet accro aux tweets ravageurs. Cette fois, sa cible s'appelle Vijaya Gadde, la juriste en chef de Twitter (c'est elle 👇).

Image: DR

Quelques éléments de contexte pour commencer: Musk affirme vouloir acheter Twitter parce qu'il n'y a pas assez de liberté d'expression – une «censure» reprochée au service aux Etats-Unis principalement par la droite et les négationnistes du Covid. Ces deux mouvements sont depuis longtemps mécontents de la politique de Vijaya Gadde. Elon Musk a alors jeté de l'huile sur le feu.

Elon Musk.
Elon Musk.Image: sda

Le cas Hunter Biden

Elon Musk a d'abord attaqué l'approche de Twitter dans un épisode concernant le fils de l'actuel président Joe Biden lors du sprint final de la campagne électorale américaine de 2020. A l'époque, un article de presse avait notamment indiqué que le fils de Biden, Hunter, avait proposé des rencontres d'affaires à son père.

La source de l'article consistait en des données qui auraient été découvertes sur un ordinateur portable de Hunter Biden dans un atelier. Twitter avait alors bloqué le compte du journal, car il était interdit de diffuser sur la plateforme des contenus obtenus de manière illicite. Le réseau avait ensuite fait machine arrière et Jack Dorsey, le patron de l'entreprise s'était excusé.

Musk se déchaîne: larmes et attaques racistes

Dans la foulée, une autre controverse a été déclenchée par un article du site Politico. D'après ce dernier, Gadde s'était montrée préoccupée, lors d'une réunion interne, par la probable transformation de la plateforme avec un individu comme Elon Musk à sa tête. Elle n'aurait pas pu retenir ses larmes.

Musk a alors écrit un tweet accusant Gadde de censure et que l'approche de Twitter autour de l'article de ce journal était «incroyablement inappropriée». Il en a rajouté, mercredi, avec un photomontage montrant le visage de la jeune femme et évoquant un «parti pris de gauche». 👇

Gadde a ensuite fait l'objet d'attaques et d'insultes accrues dans des tweets, certains messages racistes ont été supprimés. L'ancien chef de Twitter Dick Costolo, entre autres, s'en est pris au milliardaire:

Elon Musk s'est défendu:

«Je dis simplement que Twitter doit être politiquement neutre»

Ces échanges ont visiblement ému dans la Silicon Valley: l'ancien chef de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, a également critiqué le comportement de Musk, le qualifiant d'inacceptable et de non professionnel.

Pour rappel, le milliardaire a conclu un accord avec Twitter pour la reprise du service en ligne pour environ 44 milliards de dollars. Mais encore faut-il que suffisamment d'actionnaires soient prêts à lui céder leurs parts, et surtout qu'il respecte sa part du contrat de l'accord de rachat. L'avenir dira s'il sera sanctionné pour harcèlement. (jah/ats)

Dans l'actu: les doyennes de l'humanité se passent le flambeau

L'actu sur l'économie? Par ici

La Grèce rembourse plus tôt que prévu sa dette au FMI

Link zum Artikel

Importants changements à la présidence d'UBS

Link zum Artikel

Abramovitch, l'oligarque qui négocie la paix entre Poutine et Zelensky

Link zum Artikel

Ce qui se cache derrière les rumeurs sur les nouveaux avions d'Edelweiss

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'Europe a un plan pour confisquer (encore plus) d'avoirs d'oligarques russes
Elle a beau avoir déjà gelé pour quelque 10 milliards d'euros d'avoirs russes, l'Union européenne ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Elle a déjà prévu tout un programme pour poursuivre les confiscations et s'harmoniser sur les sanctions des tricheurs. Voici ce qu'elle projette.

Depuis le début de la guerre, l'UE n'y est pas allée avec le dos de la cuillère en matière de sanctions économiques: elle a déjà confisqué plus de 10 milliards d'euros d'avoirs (bateaux, hélicoptères, biens immobiliers, oeuvres d'art, comptes bancaires) de personnalités en lien avec le Kremlin. Et ce sont plus de 200 milliards d'euros de transactions qui ont été bloqués.

L’article