DE | FR

10 grandes entreprises suisses qui ont arrêté leurs activités en Russie

Plusieurs entreprises suisses ont suspendu leurs activités en Russie en raison de la guerre lancée par le président russe contre l'Ukraine. On fait le point.
08.03.2022, 11:3009.03.2022, 08:54

Alors que la liste des entreprises fermant leurs portes en Russie ne fait que s'allonger, certaines sociétés suisses ont rejoint le mouvement. Des difficultés dans les chaînes d'approvisionnement, mais également des craintes concernant leur réputation ont poussé les entreprises suisses à la prudence.

ABB

Le groupe d'ingénierie a annoncé, le 2 mars, la suspension de ses activités opérationnelles en Russie, en Ukraine et en Biélorussie en raison des difficultés dans la chaîne d'approvisionnement. Plus aucune commande issue de ces trois pays ne peut être prise.

Georg Fischer

Cette entreprise suisse active dans l'industrie mécanique a, en partie, cessé ses livraisons vers la Russie. Une mesure qui concerne essentiellement la division Solutions d'usinage. Les livraisons pour certains produits continuent, pour autant qu'il s'agisse d'équipements pour l'approvisionnement en eau des communes.

Starrag

Le constructeur de machines d'usinage Starrag a suspendu toutes ses activités avec la Russie. A l'origine, le groupe visait des entrées de commandes de dix millions de francs en provenance de ce pays.

Nestlé

La multinationale suisse a gelé ses activités publicitaires en Russie en raison de la guerre en Ukraine. A partir de ce week-end, plus aucun spot ne sera diffusé à la télévision russe. Le groupe alimentaire, qui compte en Russie plus de six usines et y emploie plus de 7000 personnes, entend, toutefois, poursuivre «l'approvisionnement fiable de la population locale en denrées alimentaires et boissons essentielles».

Orior

Le groupe alimentaire zurichois a indiqué la semaine dernière avoir suspendu ses exportations vers la Russie. L'an dernier, les ventes y ont atteint 2 millions de francs, sur un total de 614,1 millions.

Schindler

Le fabricant d'ascenseurs et d'escaliers mécaniques a cessé les nouvelles installations et modernisation en Russie, mais les services de maintenance et réparations sont toutefois maintenus.

Richemont

Le secteur du luxe a été parmi l'un des premiers à réagir. Le Genevois Richemont a interrompu ses activités commerciales en Russie le 3 mars.

Swatch Group

En fin de semaine dernière, Swatch a pour sa part indiqué que, si les magasins de ses différentes marques restaient ouverts pour l'instant, les livraisons depuis la Suisse avaient été gelées.

Système bancaire

Les banques ont gelé les avoirs de personnalités russes identifiées comme proche du Kremlin. Les flux financiers avec leurs éventuelles filiales en Russie sont compliqués par la crise et par l'exclusion de la Russie du système bancaire international Swift.

Swiss Life

Dans le secteur de l'assurance, l'entreprise Swiss Life n'est présent ni en Russie ni en Ukraine, mais les relations avec les clients de ces deux pays sont surveillées avec attention.

(ats/sia)

L'essence prend l'ascenseur, micro-trottoir à la pompe

Plus d'éclairages sur ce qui se passe en Ukraine:

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Pas facile d'être russe en Suisse: «Je n’ose même plus dire le mot russe»

Link zum Artikel

L'objectif de Poutine en Ukraine? Etendre sa sphère d'influence

Link zum Artikel

Pourquoi personne ne peut se passer de l'Ukraine économiquement

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Mercedes vient de battre Tesla sur son propre terrain
Mercedes-Benz commercialise dès la mi-mai, en Allemagne, une voiture avec autopilote. Le constructeur devance Tesla.

Regarder un film quand ça bouchonne sur l'autoroute: c'est que va permettre le système «Drive pilot» de Mercedes-Benz commercialisé à partir de la mi-mai en Allemagne, devançant Tesla sur le créneau compétitif de la conduite autonome dite de «niveau 3».

L’article