DE | FR

Trudeau remporte les élections canadiennes, mais perd des plumes

L'actuel premier ministre canadien Justin Trudeau en train de déposer son vote, lundi à Montréal.
L'actuel premier ministre canadien Justin Trudeau en train de déposer son vote, lundi à Montréal.
Image: sda
Les résultats encore préliminaires permettent de déterminer que le premier ministre sera à la tête du gouvernement, mais sans être majoritaire.
21.09.2021, 05:4521.09.2021, 15:15

Le parti libéral a remporté les élections législatives canadiennes de lundi, selon les premières projections des médias canadiens. Le premier ministre sortant, Justin Trudeau, obtient donc un troisième mandat, malgré une campagne très difficile.

«Je suis serein. On a travaillé très fort pendant cette campagne et les Canadiens sont en train de faire un choix important»
Justin Trudeau

Au final, si son parti arrive en tête, il ne sera pas majoritaire. Pour cela, il lui faudrait 170 des 338 sièges (Trudeau en aurait 155). Cela signifie que son parti n'aura pas la majorité absolue au parlement, mais qu'il est celui qui disposera du plus de sièges. Or, c'est précisément pour sortir de cette situation qu'il avait déclenché des élections anticipées à la mi-août pour tenter de regagner la majorité qu'il avait perdue deux ans plus tôt.

Les conservateurs arrivent en deuxième position. Le Nouveau Parti démocratique (NPD, gauche) de Jagmeet Singh, quant à lui, n'a pas profité de la croissance annoncée dans les sondages 👇.

Trudeau aura besoin de composer avec les plus petits partis pour gouverner, comme le NPD ou le Bloc québécois, formations indépendantistes.

Un scrutin qui s'annonçait très serré

Dans ce pays qui compte six fuseaux horaires, les derniers bureaux de vote ont fermé leurs portes à 19h00 (4h00 mardi en Suisse), à l'ouest, en Colombie-Britannique, sur la côte pacifique et au Yukon.

Les deux principaux candidats ont déposé leur bulletin de vote lundi matin après une campagne de 36 jours seulement. Le scrutin s'annonçait très serré et un grand nombre d'électeurs ont choisi le vote par anticipation ou par correspondance.

Le premier ministre sortant a déclenché des élections anticipées à la mi-août pour tenter de regagner la majorité qu'il avait perdue deux ans plus tôt. Mais impossible de savoir encore s'il a gagné son pari face au conservateur modéré Erin O'Toole qui est parvenu à percer pendant la campagne. Justin Trudeau a connu une campagne particulièrement compliquée, bien loin de la «Trudeaumania» de 2015.

Un pays «aussi divisé qu'en 2019» pour les analystes

Comme en 2019, le pays est divisé et ce «suspense absolument total» fait dire aux analystes que «la majorité semble très compliquée à atteindre pour qui que ce soit». «C'est difficile d'imaginer plus serré comme course», explique à l'Agence France-presse (AFP) Félix Mathieu, professeur à l'université de Winnipeg.

Les quelque 27 millions de Canadiens sont appelés à élire les 338 députés que compte la chambre des communes. Si aucun des deux grands partis qui alternent au pouvoir depuis 1867 n'est en mesure d'obtenir une majorité des sièges au Parlement, le vainqueur devra composer un gouvernement minoritaire. (ats/jch)

En attendant la décision des Canadiens: Qui est Mams, le meilleur street dancer de Suisse?

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Biden déçoit Trudeau en annulant un projet d'oléoduc controversé

Le projet controversé d'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis est abandonné, a annoncé mercredi l'opérateur canadien TC Energy.

Ce fut une de ces premières décisions. Il y a près de cinq mois, le président américain Joe Biden avait décidé de suspendre les travaux de construction d'un oléoduc. Le projet, jugé trop polluant lors du mandat Barack Obama, mais remis au goût du jour par Donald Trump pour des raisons économiques.

Le projet devait permettre d'acheminer, dès 2023, plus de 800 000 barils de pétrole par jour entre la province canadienne d'Alberta et les raffineries américaines du Golfe du Mexique. Mais il était …

Lire l’article
Link zum Artikel