DE | FR

Une loi Covid pour expulser les migrants aux Etats-Unis est maintenue

Vendredi en Louisiane, un juge fédéral a bloqué le gouvernement américain de lever une mesure sanitaire instaurée pendant la pandémie de Covid-19. Elle permet d'expulser sans délai des migrants venant sans visa aux Etats-Unis via part des voies terrestres. Biden n'approuve pas cette décision.
21.05.2022, 09:4321.05.2022, 12:13
Des migrants, principalement originaires du Nicaragua, traversent le Rio Grande pour entrer aux États-Unis à Eagle Pass, au Texas.
Des migrants, principalement originaires du Nicaragua, traversent le Rio Grande pour entrer aux États-Unis à Eagle Pass, au Texas.Image: sda

Un juge fédéral de Louisiane a empêché vendredi le gouvernement américain de lever une mesure sanitaire pendant la pandémie de Covid-19 pour pouvoir expulser sans délai les migrants franchissant sans visa les frontières terrestres des Etats-Unis. L'exécutif va faire recours.

Le gouvernement Biden «n'est pas d'accord avec la décision du tribunal et le ministère de la Justice a annoncé qu'il ferait appel», a déclaré la porte-parole de l'exécutif, en précisant qu'en attendant, la mesure appelée «Title 42» continuerait d'être appliquée.

Pas de requête d'asile

Les autorités souhaitaient lever le 23 mai ce dispositif, très controversé, car il empêche notamment les demandeurs d'asile de formuler leur requête, mais les gouverneurs républicains de 24 Etats s'y opposant avaient saisi la justice.

«Le tribunal conclut que les Etats plaignants ont rempli les conditions» pour obtenir son maintien provisoire, a écrit le juge de Louisiane.

Ces «Etats plaignants» affirment notamment que la levée de cette mesure provoquerait une recrudescence des passages aux frontières et, par conséquent, une hausse du nombre de migrants résidant clandestinement sur leur sol.

Le «Title 42» qu'est-ce?

Le «Title 42» est une mesure de santé publique qui a été adoptée en 1893 pour protéger les Etats-Unis contre les nombreuses épidémies de choléra et de fièvre jaune qui survenaient à l'époque. Elle n'a été que très rarement mise en oeuvre depuis lors.

En mars 2020, le gouvernement de l'ex-président Donald Trump avait invoqué la pandémie de Covid-19 pour activer ce dispositif sanitaire permettant d'expulser sans délai les migrants dépourvus de titre de séjour interpellés aux frontières terrestres.

1,8 millions de fois utilisé

Cette mesure est applicable immédiatement et ne permet pas de recours légal, même pour ceux qui souhaitent déposer une demande d'asile. De rares exceptions sont prévues, pour certaines nationalités comme les Ukrainiens depuis l'invasion de leur pays par la Russie ou pour les mineurs non accompagnés.

Depuis l'entrée en vigueur, le dispositif a été utilisé plus de 1,8 million de fois.

Au cours des trois dernières semaines d'avril, la police américaine aux frontières avait interpellé en moyenne 7800 migrants chaque jour. C'est près de cinq fois plus que la moyenne de 1600 migrants enregistrée entre 2014 et 2019, avant la pandémie. (ats/myrt)

Toujours aux Etats-Unis...

Plus d'articles sur les Etats-Unis

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Cette jeune fille prête à tout pour réussir dans le porno

Link zum Artikel

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

Link zum Artikel

Après 30 ans d'interdiction, le retour des fusils d'assaut en Californie?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les avions de lignes russes tombent en pièce et deviennent dangereux
Au début de la guerre en Ukraine, la Russie s'est accaparé les avions qu'elle louait à l'Occident. Problème: les pièces d'un avion doivent être remplacées régulièrement et celles-ci sont fabriquées... en Occident. Ce qui commence à poser de sérieux problèmes de sécurité.

La Russie pensait avoir réalisé un bon coup en ré-immatriculant sur son territoire la grande quantité d'avions qu'elle louait jusque-là à des pays occidentaux et dont elle n'est donc pas propriétaire. Mais comme le relève le média Wired, c'était sans compter sur le fait qu'un avion s'use vite et que, par conséquent, il faut pouvoir changer certaines de leurs pièces pour qu'ils puissent continuer à voler.

L’article