DE | FR

Facebook confirme le bannissement de Trump, 6 questions que l'on se pose

Bild

Image: sda

Le conseil de surveillance du géant de la tech a décidé, mercredi, de ne pas réintégrer l'ex-président américain sur son site. Ce «jugement» du réseau social suscite la controverse au vu du pouvoir du site dans le débat public.



Un panel de journalistes, d'activistes et d'avocats nommés par Facebook a décidé mercredi de maintenir l'interdiction de l'ancien président Donald Trump sur les réseaux sociaux. Ainsi, son compte restera banni du géant bleu.

Que reprochait Facebook au milliardaire américain?

Donald Trump était banni du réseau social au F depuis le 6 janvier 2021 et l'assaut du Capitole par ses partisans. Il était accusé d'avoir poussé une foule de ses fans à envahir le Capitole, à Washington, lors de la certification de la victoire de Joe Biden à l'élection de novembre 2020.

Cette décision a-t-elle un impact au-delà de Facebook?

La décision était étroitement surveillée comme un modèle pour la manière dont les entreprises privées qui gèrent des réseaux sociaux traitent le discours politique, y compris la désinformation répandue par les dirigeants.

Le choix de «la cour suprême» de Facebook devrait donc largement résonner au-delà du site, alors que les Gafam (les géants américains de la tech) ne savent pas quoi faire de Trump. Pour rappel, l'ex-président est toujours interdit de Twitter (son réseau favori). Trump a d'ailleurs cherché une solution pour les contourner:

Récemment le groupe californien a étendu le pouvoir de ce comité indépendant qui est censé représenter la solution à ces dilemmes éditoriaux. Mais de quoi parle-t-on?

Le conseil de surveillance de Facebook c'est quoi?

Accusé depuis des années de censurer certaines voix ou au contraire de favoriser la désinformation, le harcèlement et les activités de groupes violents, Facebook a fini par créer ce conseil de surveillance composé d'une vingtaine de membres internationaux et indépendants, qui sont professeurs, juristes, journalistes ou encore défenseurs des droits humains.

«Le conseil a été créé pour garantir que Facebook prenne moins de décisions tout seul sur des questions de contenu très importantes, et que de meilleures décisions puissent être prises grâce à un processus indépendant et transparent qui œuvre pour protéger les droits de l'homme et la liberté d'expression»

Thomas Hughes, directeur du conseil.

Qu'est-ce que le conseil de Facebook a déjà fait?

Le conseil, entré en fonction l'année dernière, a rendu en janvier ses premières décisions, contraignantes pour Facebook. La plus attendue doit tomber d'ici la fin de la semaine: Elle concerne l'ex-président américain Donald Trump, banni de Facebook (et d'autres réseaux sociaux) après les émeutes du 6 janvier au Capitole.

Qu'est-ce que le conseil de Facebook va faire de nouveau?

L'instance «suprême» du géant des réseaux sociaux, qui examine et tranche les décisions disputées de retrait de contenus sur Facebook ou Instagram, se penche aussi sur les publications laissées en ligne malgré des signalements.

Facebook accusé de censure?

Aux Etats-Unis, l'ostracisation numérique a été largement saluée comme regrettable, mais nécessaire par la société civile et de nombreux élus. Mais en Europe elle a aussi suscité des critiques d'associations et de dirigeants, comme la chancelière allemande Angela Merkel, inquiets du pouvoir des sociétés technologiques sur la liberté d'expression.

Mais pour certains observateurs, le rôle majeur de cette instance montre que Facebook se comporte de plus en plus comme un média qui doit prendre des décisions éditoriales, et non pas comme un hébergeur qui applique un règlement sans enjeux politiques. (avec ats)

Des données d'utilisateurs ont fuité récemment, on fait le point ici:

Et si on se marrait maintenant avec 15 photos d'animaux bizarres...

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «High-Tech»

Facebook veut tout faire pour ressembler à Clubhouse

Link zum Artikel

Fuite de données Facebook: 3 raisons pour ne pas les prendre à la légère

Link zum Artikel

Gucci vend douze francs des baskets qui n'existent pas

Link zum Artikel

Un collectionneur de crypto-art nous explique son délire

Link zum Artikel

7 choses qu'il vous est interdit de faire sur les réseaux sociaux

Insulter publiquement un tiers est punissable par la loi. Mais liker ou partager une insulte sur les réseaux sociaux aussi. Et ce n'est pas tout. Voyez plutôt.

En accusant quelqu’un d'avoir une conduite peu honorable, autrement dit d'avoir une conduite méprisable, malhonnête (par exemple, ne pas payer ses impôts ou être complice d'un réseau terroriste), vous êtes dans la diffamation. Celle-ci est punie par la loi. Et plus précisément par l'art. 173 du Code pénal suisse.

La calomnie consiste à émettre des accusations envers une personne en sachant que les informations à la base de ces accusations sont fausses. Par exemple si vous affirmez qu'une …

Lire l’article
Link zum Artikel