DE | FR

En 5 points, l'arrestation violente d'une femme de 73 ans souffrant de démence

Un ex-policier du Colorado est puni de 5 ans de prison après avoir réalisé une arrestation violente. La victime? Une femme de 73 ans souffrant de démence. Pendant l'interpellation, elle a été grièvement blessée par le policier. Mais comment le drame est-il survenu?
07.05.2022, 11:0307.05.2022, 12:45
Le policier, qui a violenté une femme de 73 ans souffrant de démence, a été condamné à 5 ans de prison.
Le policier, qui a violenté une femme de 73 ans souffrant de démence, a été condamné à 5 ans de prison. source: shutterstock

Un ex-policier du Colorado a été condamné à cinq ans de prison pour l'arrestation violente d'une femme de 73 ans souffrant de troubles cognitifs. Elle avait eu le bras cassé, le poignet foulé et l'épaule démise lors de cette interpellation. Les explications en 5 points.

Les raisons de son arrestation

La septuagénaire s'était rendue en juin 2020 dans un supermarché de la ville de Loveland, dans le Colorado, dans l'ouest des Etats-Unis d'Amérique, afin d'acheter de menus articles pour un montant de 14 dollars. Mais selon son avocate, elle avait omis de payer en raison de sa démence, ce qui avait amené les employés du magasin à appeler la police, bien qu'ils aient pu récupérer les marchandises.

Ceinturée et plaquée au sol

C'est sur le bord de la route qu'un policier avait rattrapé la septuagénaire qui rentrait chez elle à pied. Comme elle refusait d'obéir à ses injonctions, qu'elle ne comprenait vraisemblablement pas, il l'a ceinturée et plaquée au sol pour la menotter, lui tordant les bras dans le dos.

Des rires aux larmes

«Je rentre chez moi», répétait en boucle la victime, visiblement désorientée. Les images de cette arrestation brutale, filmée par la caméra embarquée équipant le policier, avaient suscité une vive émotion à l'époque. Des images de vidéosurveillance, prises dans le commissariat un peu plus tard, montraient l'agent et d'autres collègues s'esclaffer en se repassant la scène.

«Prêts pour le 'pop'? Je pense que c'était son épaule», disait en riant le policier, qui a depuis lors quitté la police de Loveland de même que deux de ses collègues.

«Vraiment honteux»

Durant son procès, l'ex-policier a plaidé coupable de cette agression. Il a présenté jeudi ses excuses à la famille de la victime, se disant «vraiment honteux» de ses actes, rapporte le Denver Post.

Mais pour la juge, «cette affaire ne porte pas sur une erreur». «Il s'agit d'un jeune policier qui a utilisé sa position de pouvoir et d'autorité pour faire étalage de sa dureté, au mépris de tout sentiment d'humanité et qui a fait preuve d'une inquiétante tournure d'esprit criminelle», a-t-elle lancé en rendant son jugement.

Des millions de dollars à la victime

Les enquêtes internes menées sur cet incident n'avaient initialement rien trouvé à redire sur le comportement de l'agent. Mais l'an dernier, la ville de Loveland avait conclu un accord amiable portant sur le versement de 3 millions de dollars d'indemnités à la famille de la victime, qui la poursuivait au civil. (ats/myrt)

Toujours aux Etats-Unis, mais un peu plus joyeux 👇

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les séparatistes prorusses annoncent s'être emparé d'une ville-clé
Tandis que les forces russes intensifient l'offensive dans le Donbass, les forces séparatistes prorusses viennent de revendiquer la prise de Lyman, une localité-clé.

L'annonce a été faite via Telegram, par l'état-major de l'autoproclamée «république» séparatiste prorusse de Donetsk: selon lui, les forces séparatistes ont «pris le contrôle complet» de Lyman avec «l'appui» des forces armées russes. Ni l'armée russe, ni l'armée ukrainienne, n'ont immédiatement commenté cette information, que l'AFP n'a pu vérifier de source indépendante.

L’article