DE | FR

Les armes imprimées en 3D, la nouvelle menace qui pèse sur l'Europe

image: shutterstock
L'office européen de police (Europol) est inquiet: ces dernières années, le nombre de saisies d'armes imprimées en 3D a drastiquement augmenté en Europe. Une «menace» jugée très «présente».
27.05.2022, 16:1527.05.2022, 17:47

«La menace posée par les armes imprimées en 3D est très présente sur le radar d'Europol», a déclaré Martin van der Meij, un haut responsable de l'office européen de police. En effet, l'office policier a constaté un «nombre croissant de ces armes à feu saisies dans le cadre d'enquêtes à travers l'Europe».

Au fait c'est quoi, ces machins?
Une arme imprimée en 3D est, comme son nom l'indique, le résultat d'une imprimante 3D, un appareil qui permet de fabriquer facilement et sans intervention humaine manuelle des objets solides en trois dimensions à partir d’un fichier au format numérique. A la différence des imprimantes classiques en 2D, l’imprimante 3D est utilisée pour créer des objets réels, en plastique, bois, céramique, ou encore en aluminium. L’impression 3D a connu une réelle montée en puissance ces dernières années. Utilisée notamment dans la médecine et l’aviation, elle peut également servir à fabriquer des armes. Le problème: dépourvues de numéro de série, ces armes sont intraçables, indétectables et échappent à toute réglementation.

Les exemples ne manquent pas:

  • En 2019, deux personnes ont été abattues à Halle, en Allemagne, par un agresseur utilisant une arme artisanale, basée sur un plan téléchargé sur Internet pour fabriquer en partie l'arme avec une imprimante 3D.
  • En 2021, la police espagnole avait démantelé un atelier illégal dédié à la fabrication d'armes imprimées en 3D à Tenerife, dans l'archipel atlantique des Canaries.
  • La même année, au Royaume-Uni, deux hommes et une femme avaient été arrêtés dans la ville de Keighley, dans le cadre d'une enquête sur le terrorisme d'extrême droite. Ils étaient accusés de posséder des composants d'armes imprimées en 3D.

Un réseau d'experts a décidé de réagir

Au regard de ce phénomène inquiétant, l'office s'est réuni cette semaine à La Haye (Pays-Bas), siège d'Europol, pour «l'une des plus grandes plateformes d'échange au monde sur la menace des armes imprimées en 3D». Plus de 120 acteurs, parmi lesquels professionnels des forces de l'ordre, experts en balistique, médecins légistes et décideurs politiques, étaient présents.

«Un tel défi ne peut être relevé qu'en combinant l'expertise, les ressources et les connaissances des forces de l'ordre, du secteur privé et du monde universitaire pour retirer ces armes des rues», a souligné Martin van der Meij.

Conclusion de la conférence: un réseau international d'experts sur les armes à feu imprimées en 3D doit être créé. Sa mission sera de tenir les forces de l'ordre informées de l'évolution des armes à feu imprimées en 3D. (mbr/ats)

Les 6 cascades les plus zinzins de Tom Cruise

Pour les amateurs de cybersécurité

Il nous pirate, mais c'est pour la bonne cause

Link zum Artikel

Que se passe-t-il quand des hackers vous attaquent? Réponse en 3 étapes

Link zum Artikel

Il est trop facile de pirater un satellite et ça menace Internet

Link zum Artikel

La Suisse serait inconsciente de l'urgence en matière de cybersécurité

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi ce couple souhaite que leur fille à naître meure bientôt
A Malte, Andrea Prudente et Jay Weeldreyer voulaient célébrer leur «babymoon», comprenez: leurs dernières vacances avant la naissance de leur fille. Mais entre-temps, les heureux et futurs parents ont appris que le bébé ne pourrait pas naître en vie. Et ce n'était là que le début de la «torture émotionnelle et psychologique».

En juin, Andrea Prudente et Jay Weeldreyer sont partis en vacances à Malte. Ce couple d'Américains, respectivement âgés de 38 et 45 ans, voulait profiter de leur dernier été sur la mer Méditerranée au cœur de l'île de Gozo avant l'arrivée de leur progéniture. C'est, du moins, ce qu'ils pensaient à ce moment-là. Enceinte, Andrea était censée mettre au monde son premier enfant, à la fin de l'automne 2022.

L’article