DE | FR

Facebook fait plier le gouvernement australien

Mark Zuckerberg, Facebook, Australie

Facebook a fait pression sur le gouvernement en censurant les contenus du pays. Image: Shutterstock/Instagram

Facebook a obtenu gain de cause face au gouvernement australien, qui renonce à demander aux géants de la Silicon Valley de rémunérer les médias qu'ils reprennent. Cette décision fait suite à une censure des contenus australiens sur le réseau social.



Facebook a annoncé mardi la levée «dans les prochains jours» du blocage en Australie des contenus d'actualité. Le groupe américain dit avoir trouvé un compromis avec le gouvernement australien.

Canberra a accepté d'amender la loi visant à contraindre les géants de la technologie à rémunérer les médias pour la reprise de leurs contenus, a déclaré le directeur général de Facebook Australia, Will Easton. «Grâce à ces changements, nous pouvons désormais travailler à poursuivre notre investissement dans un journalisme d'intérêt public et rétablir dans les jours à venir pour les Australiens les informations sur Facebook».

Le compromis signifie que les mastodontes Facebook et Google – particulièrement visés par ce projet de loi – ne devraient pas être sanctionnés tant qu'ils concluront des accords avec des médias en échange de l'utilisation de leurs contenus. (sda/ats/afp)

Plus d'articles sur les «GAFAM»

Vol de données Facebook: 23% des lecteurs de watson concernés

Link zum Artikel

Jeff Bezos VS les syndicats: dernier round du combat contre Amazon

Link zum Artikel

500 millions de données sur le Net, Facebook accusé de «négligence absolue»

Link zum Artikel

Facebook, Twitter et Google (encore) face à la menace de la désinformation

Link zum Artikel

LinkedIn a été victime de piratage. Êtes-vous concerné?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Facebook, Google et Twitter de nouveau convoqués pour désinformation

Les trois géants de la tech sont de nouveaux devant le Congrès américain. Au menu de cette convocation: les fausses rumeurs sur les vaccins contre le Covid-19 ou les affirmations mensongères sur les fraudes électorales lors des élections américaines de 2020.

Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey, patrons respectifs de Facebook, Google et Twitter, sont de nouveau convoqués devant le Congrès américain, a annoncé jeudi la commission de la Chambre des représentants pour l'énergie et le commerce. Ils devront discuter de la désinformation sur leurs plateformes.

La commission évoque notamment les fausses rumeurs sur les vaccins contre le Covid-19 ou les affirmations mensongères qui ont circulé sur de prétendues fraudes électorales lors des …

Lire l’article
Link zum Artikel