DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Découvrez combien vous coûtez sur internet

Des chercheurs de Privacy Affairs ont analysé les tendances des ventes de données sur internet. On y découvre notamment que votre compte Facebook vaut plus que votre compte Twitter!



«L'année 2020 a été une des pires pour les cyber attaques», résument les chercheurs de Privacy Affairs, auteurs d'une analyse des tarifs pratiqués sur le Dark Web. En effet, la Nasa, McDonald’s, Visa, Mastercard, Microsoft, T-Mobile, Lockheed Martin, Google et même des compagnies de cybersécurité, comme FireEye and SolarWinds, en ont été victimes l'année dernière.

Cette année aussi, les hackers se sont bien débrouillés, puisqu'ils ont diffusé les informations privées de plusieurs centaines de millions d'utilisateurs Facebook. Dont 1,5 millions de comptes suisses, comme le révélait watson début avril.

Désormais, les prix de vos données et profils hackés sur les réseaux sociaux sont en baisse.

Voici les prix pratiqués sur les différents marketplaces du Dark Web:

Qui veut des «likes»?

Les prix d'achats des abonnés et des «likes» sont étonnamment bas. A part pour Lindkedin, qui connaît une augmentation de deux dollars par 1000 abonnés, donc 12 dollars.

Et puisqu'on n'arrête pas le progrès, les hackers se sont également mis, cette année, à s'attaquer aux comptes Uber. Un profil de chauffeur vaut 14 dollars et celui d'un utilisateur, seulement 8.

Pourquoi cette baisse de prix?

Parce que comme tout ce qui est rare est précieux, le prix est indexé en fonction de la rareté. Plus il y en a, et plus la valeur baisse.

Cependant, les chercheurs de Privacy Affairs avancent une autre explication: les attaques, étant de plus en plus fréquentes et agressives, les mesures de sécurité ont été renforcées. L'authentification à double facteur, par exemple, fait partie des paramètres qui rendent le hacking plus difficile et moins rentable.

«Qu'il s'agisse de l'augmentation du nombre d'informations piratées ou de la diminution de la valeur d'un compte individuel piraté, les prix des comptes de médias sociaux piratés semblent baisser sur toutes les plateformes.»

Privacy Affairs

Mais finalement, à quoi ça sert?

Un peu comme les chaînes de mails qu'on a tous reçues et qui nous gonflent, le hacking peut sembler un peu absurde et inutile au premier abord, pour les non-initiés. Mais vos données peuvent être utilisées pour tout un tas de raison: escroquerie, chantage, revenge porn, subtilisation de données bancaires, etc...

«On a tous entendu des histoires de victimes peu méfiantes perdant les économies d'une vie, ou de hackers vendant les enregistrements de caméra activées à distance dans les sombres recoins du Web. Il est facile de penser que ça n'arrive qu'aux autres. Mais le fait est qu'avec l'augmentation des informations personnelles, diffusées sur le Dark web, la probabilité d'un piratage dévastateur augmente chaque jour.»

Et pour couronner le tout, voici 15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer:

1 / 19
15 photos d'animaux qui vont vous faire paniquer
source: twitter/i drink good
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur les «GAFAM»

Vol de données Facebook: 23% des lecteurs de watson concernés

Link zum Artikel

Jeff Bezos VS les syndicats: dernier round du combat contre Amazon

Link zum Artikel

500 millions de données sur le Net, Facebook accusé de «négligence absolue»

Link zum Artikel

Facebook, Twitter et Google (encore) face à la menace de la désinformation

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cybersécurité

«Nous sommes en pleine cyberguerre»

Les cyberattaques se multiplient à l'échelle mondiale. La Suisse n'y échappe pas et elle manque de spécialistes pour se défendre. De quoi parle-t-on? L'experte en cybersécurité Lennig Pedron nous aide à comprendre.

Les attaques informatiques d’ampleur internationale se multiplient, comment l'expliquer?Nous sommes de plus en plus connectés à internet. Du coup, les cyberattaques augmentent. Pour mieux comprendre, imaginez une civilisation où chacun construit sa propre maison. Plus il y a d'êtres humains, plus il y a de maisons. Dès lors, des voleurs ou des saboteurs peuvent par exemple entrer par effraction dans les bâtisses les moins bien sécurisées. C'est de ce phénomène-là dont on parle.

Concrètement, à …

Lire l’article
Link zum Artikel