DE | FR

Pour succéder à Merkel, la CDU se range derrière Armin Laschet

Armin Alemagne

Image: Keystone/Shutterstock

Le comité exécutif du parti chrétien-démocrate allemand (CDU) s'est prononcé, lors d'un vote interne, pour la candidature de son président.



Comme un air de fin de guerre des nerfs chez les conservateurs allemands. Le dirigeant conservateur Armin Laschet a été plébiscité par son parti, lundi 19 avril au soir, comme candidat à la succession d'Angela Merkel .

Six heures de réunion virtuelle auront suffi. Le comité exécutif du CDU, s'est prononcé, pour la candidature de son président, face à celle de l'ancien journaliste et populaire dirigeant bavarois Markus Söder.

Le soutien des responsables de la CDU est net. 77,5% d'entre eux se sont prononcés en faveur d'Armin Laschet contre 22,5% pour Markus Söder. Candidat naturel de la CDU dont il a pris la tête en janvier, Armin Laschet est le partisan de la continuité avec le cap centriste d'Angela Merkel. Il avait vu son investiture contestée par Markus Söder, chef du parti frère bavarois CSU.

Un parti au pouvoir depuis 16 ans

Pourtant, Markus Söder avait obtenu dimanche le soutien de l'organisation des Jeunes conservateurs allemands. Même des élus d'ex-RDA s'étaient prononcés en sa faveur. Mais, il n'a pu obtenir, comme il l'espérait, une consultation des députés conservateurs.

Deux candidats du CSU, deux échecs

Lors du vote, les ténors de la CDU n'ont pas jugé raisonnable de désavouer Armin Laschet, installé à la tête de la CDU depuis trois mois. Une telle décision aurait plongé le parti dans une crise durable, au pouvoir depuis 16 ans. D'autant que la droite allemande n'a présenté qu'à deux reprises un candidat issu de la CSU, en 1980 et 2002. Deux tentatives qui se sont soldées par des échecs.

Les Verts sont, pour la première fois, les principaux adversaires des conservateurs qu'ils talonnent dans les sondages en vue des élections. À l’opposé de l'étalage des divisions à droite, les écologistes ont offert lundi une image d'unité et de renouveau en désignant sans accroc Annalena Baerbock, pour se lancer à la conquête de la chancellerie. (ga)

Plus d'articles «Actu»

Travailler en Chine, entre symbole de succès et esclavage moderne

Link zum Artikel

Twitter s'enflamme au sujet du «baiser non consenti»

Link zum Artikel

Le don d'organes doit être facilité en Suisse, cap sur les enjeux

Link zum Artikel

Une énorme fusée chinoise hors de contrôle s'apprête à retomber sur Terre

Link zum Artikel

La Chine change son système électoral à Hong Kong, contre l'opposition

Le président chinois a promulgué une réforme du système électoral à Hong Kong. Cette décision devrait entraîner une marginalisation de l'opposition dans le territoire semi-autonome.

Le comité permanent du parlement chinois a voté, «à l'unanimité», des amendements pour que les mouvements de l'opposition à Hong Kong soient marginalisés. Cette réforme a été imposée par Pékin sans que le Parlement hongkongais n'ait son mot à dire. Elle s'inscrit dans le cadre de la reprise en main musclée de l'ex-colonie britannique engagée par Pékin après l'immense mouvement de contestation de 2019.

Dans une brève dépêche, Chine nouvelle se contente d'indiquer que le «président Xi Jinping …

Lire l’article
Link zum Artikel