International
Politique

Elizabeth II: S'appeler Charles et être roi, ça porte malheur

Image

S'appeler Charles et être roi, ça porte malheur

Charles III sera couronné ce samedi. Avant lui, il y a eu un Charles II, et même un Charles Ier, deux messieurs à la destinée loin d'être exemplaire. Présentation de ces sinistres personnages à la réputation sulfureuse, entachée d'un peu de sang et de beaucoup de scandales.
10.09.2022, 08:3612.09.2022, 09:24
Suivez-moi
Plus de «International»

La reine est morte, vive le roi! Le prince Charles, 73 ans, succède à sa génitrice sur le trône d'Angleterre. Comme le veut la coutume, il a dû se choisir un nouveau nom de règne: ce sera Charles III. Un choix logique, vous allez me dire.

En fait, pas tant que ça. Si le nouveau monarque a imité Elizabeth en choisissant son premier prénom, Charles Philip Arthur George Windsor aurait pu choisir un autre de ses quatre prénoms, ou tout bêtement, suivre la tradition familiale en optant pour George - et devenir George VII. Ah, les joies des subtilités de la Couronne...

Choisir un nom: le casse-tête royal
Imaginez: la couronne vous tombe sur la tête et voilà que vous devez, en plus, choisir le titre sous lequel vous allez passer à la postérité. Gros coup de pression. Si Elizabeth n'a pas hésité une seconde, affirmant «Mon propre nom, bien sûr. Quoi d'autre?» quand on le lui demande, ses prédécesseurs ont fait preuve de plus d'audace: citons la reine Victoria (dont le nom était en fait Alexandrina Victoria), Edward VII (né Albert Edward), ou encore George VI (baptisé Albert et connu sous le nom de «Bertie»).
source: bloomberg

Charles ou George, telle est la question

Selon un article du Times publié en 2005, le choix de Charles s'est avéré ardu: fallait-il opter pour «George», le nom son grand-père, figure royale bien-aimée et respectée? Ou garder le patronyme de «Charles», entaché d'une bien sinistre réputation?

«Le nom de Charles est teinté de tristesse», confiait au Times un «ami de confiance» du prince. Le nom serait carrément considéré comme «ensorcelé» dans certains cercles de la royauté. Propos démentis quelques jours plus tard par une autre source anonyme, interrogée par le Guardian. L'indiscret prédisait que le prince opterait pour Charles, au moment venu. L'Histoire lui a donné raison.

Charles avait pourtant de bonnes raisons de jeter son prénom dans les oubliettes de l'Histoire. C'est quasiment le sort connu par ses prédécesseurs, nous avons nommé: Charles Ier et Charles II. 👇

Charles Ier

Charles Ier est resté gravé dans l'Histoire comme le seul souverain anglais à avoir été exécuté. Oups.
Charles Ier est resté gravé dans l'Histoire comme le seul souverain anglais à avoir été exécuté. Oups.image: wikipedia

Né en 1600, cet enfant «fragile et maladif» (ce n'était pas de bon augure) accède au trône à l'âge de douze ans, lorsque son frangin meurt d'une fièvre typhoïde (on a vu plus joyeux, comme début de règne).

Ce n'était que le début des problèmes: entre une guerre de Trente Ans, une flopée de conflits religieux et de crises économiques à répétition, le mandat politique de Charles 1er est loin d'être une partie de plaisir. Finalement, après avoir plongé sa nation dans une violente guerre civile, Charles reste gravé dans l'Histoire comme le seul monarque anglais à avoir été décapité.

Charles II

Son fils, Charles II, n'a pas connu un sort franchement plus enviable.
Son fils, Charles II, n'a pas connu un sort franchement plus enviable.image: wikipedia

Après avoir passé près de dix ans en exil, le fringuant Charles II et sa perruque affriolante montent sur le trône à la chute/mort d'Oliver Cromwell. Malheureusement, il ne se révèle pas bien meilleur souverain que son paternel. Charles 2.0 restera surtout dans les annales pour avoir engendré près de treize enfants illégitimes avec ses nombreuses maîtresses - mais zéro avec sa femme, Catherine de Bragance.

Bien qu'il ne finisse pas décapité, la fin de Charles II n'est pas joyeuse non plus. Victime d'une attaque à l'âge de 54 ans, il meurt quatre jours plus tard, malgré (ou à cause) des traitements subis, parmi lesquels saignées, purges et ventouses. Great!

Bref, il ne reste plus qu'à souhaiter à Charles III un règne un peu plus sympa que celui de ses homonymes. Vive le roi!

Nous vous laissons sur cette superbe peinture de Charles II quand il était petit.
Nous vous laissons sur cette superbe peinture de Charles II quand il était petit.image: wikipedia
Elisabeth II, le best-of en vidéo
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi cette assistante suit Trump partout avec une imprimante
Dans notre série des personnalités qui gravitent autour des deux candidats à l'élection présidentielle, voici Natalie Harp. Son soutien au républicain est très remarqué depuis qu'elle s'affaire dans la salle d'audience de Manhattan, où son patron est actuellement jugé. «L'assistante favorite de Trump», selon le New York Times, lui imprimerait de bonnes nouvelles pour le rassurer.

«Elle a été engagée pour polir l'ego de Trump.» Cette vanne est sortie de la bouche de l'humoriste Jimmy Kimmel, il y a quelques jours. La star des late shows américains, régulièrement pris à partie par le candidat républicain depuis quelques mois, n'en rate pas une lorsqu'il s'agit d'égratigner son actuel meilleur ennemi. Or, le tacle n'a pas été balancé totalement gratuitement.

L’article