stratus fréquent
DE | FR
International
Reportage

«J'ai peur de la mort»: reportage avec les Russes mobilisés

«J'ai peur de la mort»: reportage avec les Russes mobilisés
Des Russes dans un centre de recrutement à Moscou.image: keystone
Reportage

«J'ai peur de la mort, j'ai peur pour mes amis»: avec les jeunes russes mobilisés

La mobilisation ordonnée par Vladimir Poutine arrache des familles russes à leur vie normale. A Moscou, dans un centre de recrutement, avec des jeunes qui iront à la guerre.
04.10.2022, 11:4504.10.2022, 11:56
Inna Hartwich, moscou / ch media

Timofeï est assis sur ce banc depuis deux heures. Soudain, il se lève d'un bond, sort une cigarette. «J'ai peur pour moi, pour mes amis. J'ai peur de la mort», dit ce jeune homme de 23 ans. Le même âge que son meilleur ami Robert, qui, à quelques mètres de là, est examiné par des militaires et des médecins pour savoir s'il est apte au combat. Pour la guerre en Ukraine.

Timofeï sait que cela pourrait aussi le toucher, même si la mention «inapte» figure sur sa carte militaire. «Mais qui s'en tient à une quelconque mention dans notre pays? Aujourd'hui, je suis inapte, demain on me considérera peut-être comme parfaitement capable de combattre.» Il a l'air résigné. Mais s'enfuir? Quitter le pays ?

«J'ai tout ici, mes parents, ma sœur, mes amis. Ma vie»
Timofeï

Des mères de soldats en pleurs

Le musée de la ville de Moscou est depuis quelques jours un «centre de mobilisation», reconverti en bureau de conscription pour trois quartiers de la capitale russe. Dans le bâtiment numéro trois, habituellement un espace pour enfants et où l'on vend des souvenirs, des policiers armés de mitraillettes se tiennent à présent devant l'entrée.

A l'intérieur, des militaires en tenue de camouflage et des hommes, jeunes et d'âge moyen, qui ne semblent pas vraiment savoir ce qui leur arrive. Un film de guerre passe sur un écran, les hommes remplissent plusieurs fiches, disparaissent derrière des portes.

Des recrues emmenées vers un camp militaire.
Des recrues emmenées vers un camp militaire. image: keystone

Dehors, dans la petite cour, attendent des mères, des pères, des sœurs, des épouses, des amis. Beaucoup d'entre eux ont le visage pâle et sont en larmes. Certains se parlent à voix basse, d'autres sanglotent dans leur smartphone. «Serioja est à l'intérieur en ce moment. Je ne sais pas ce qu'ils vont faire de lui. Le garçon des voisins, ils l'ont déjà emmené il y a quelques jours. Comme toujours, personne ne nous dit rien», dit une femme en veste bleu foncé.

Ils ont reçu une «powestka»

Comme Serioja, comme le meilleur ami de Timofeï, des centaines de milliers d'hommes et quelques femmes à travers la Russie ont reçu ces derniers jours ce que l'on appelle une «powestka», un avis de conscription. Selon le décret du président russe Vladimir Poutine du 21 septembre, la «mobilisation partielle» est en vigueur en Russie. 300 000 réservistes doivent être appelés.

A Moscou, devant un centre de recrutement.
A Moscou, devant un centre de recrutement.image: keystone

C'est encore une fois un euphémisme, comme le sont «l'opération militaire spéciale» et les «référendums» dans l'est de l'Ukraine. Tout le monde en Russie sait que l'enrôlement dans l'armée peut toucher n'importe qui, quel que soit son âge ou son expérience du combat.

Timofeï va chercher un café, il en apporte aussi aux parents de Robert. Il fait frais à Moscou. «Robert leur a présenté le certificat d'un psychologue. Il ne peut pas être enrôlé dans son état», explique le jeune homme de 23 ans. Ils se connaissent depuis longtemps, tournent des films ensemble. Robert est la tête pensante, Timofeï s'occupe de la lumière. «Tu ne sais même pas toi-même ce que tu vas faire de ta vie, et l'Etat vient te prendre cette vie. Comme ça», dit Timofeï.

Cachet, signature, désespoir

A ce moment, une porte vitrée s'ouvre, un homme aux cheveux rasés se précipite vers une femme assise sur un banc. «Là, regarde, c'est sur ma carte militaire!», crie-t-il en lui mettant la carte sous le nez. La femme ne comprend pas, sourit même brièvement. Elle prend le petit carnet rouge, et des larmes coulent bientôt sur son visage. Sur la carte militaire, il est écrit: «Mobilisé par décret du président russe», cachet, signature. Désespoir.

L'homme, Evgueni de son nom, fait les cent pas, une cigarette à la main, sort son téléphone et crie dedans:

«Valeritch, tu es un traître! J'ai bien travaillé pour toi. Alors pourquoi as-tu mis mon nom sur cette fichue liste? Pourquoi? Tu m'as trahi!»
Evgueni

Les larmes lui viennent maintenant à lui aussi. Dans son sac à dos, il n'y a que quelques affaires personnelles.

Evgueni prend congé de sa femme.
Evgueni prend congé de sa femme.image: keystone

Sa femme et sa sœur lui ont procuré un téléphone à touches et une nouvelle carte SIM. Evgueni tente laborieusement de configurer le téléphone, ses mains tremblent. «Comment vais-je faire avec ce truc? Je n'ai pas du tout enregistré tous les numéros importants.» Evgueni tourne nerveusement les pages de son carnet militaire, fixe le cachet.

Un militaire s'avance vers lui. Evgueni dit: «Ça ne peut pas être vrai.» Il prend son sac à dos vert olive et serre sa femme dans ses bras.

«Ne chialez pas. Il n'est pas question d'aller au front»
Le militaire s'adressant à Evgueni

La femme d'Evgueni se retire en sanglotant. «Dis à Juliette que je l'aime», lui crie encore Evgueni, et le militaire l'emmène vers un bus. D'autres hommes avec des sacs à dos y sont déjà assis. Ils doivent se rendre à Naro-Fominsk, à 70 kilomètres au sud-ouest de Moscou. Au camp militaire. Ce qu'il y a après? «La guerre? La mort? Je ne sais pas», dit Evgueni.

«Un certificat médical. Robert l'a déposé ici», dit Timofeï en soupirant bruyamment. Une heure plus tard, Robert est effectivement devant la porte. Pâle, tremblant, le visage plein de terreur. Les médecins du musée ont attesté qu'il avait fait une «crise nerveuse». Sa prochaine powestka est fixée au 8 octobre. (aargauerzeitung.ch)

Traduit de l'allemand par Tanja Maeder

Le propagandiste de Poutine enrôlé qui refuse de partir au front? Cette parodie est hilarante

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Nos politiciens sont fous»: comment Russes et Ukrainiens cohabitent en exil
Reportage dans le village touristique d'Alanya, sur la Riviera turque, où des exilés de Russie et d'Ukraine cohabitent en paix.

Des enfants russes et ukrainiens jouent devant l'église de la Vierge de Pisidie, sur une colline surplombant la Riviera turque. Les lauriers-roses et les bougainvilliers fleurissent dans le jardin de l'église, la vue sur la baie scintillante d'Alanya et la Méditerranée s'étend au-dessus des plantations de bananes. La rue du village est encombrée de voitures aux plaques d'immatriculation russes et ukrainiennes, les vitraux de l'église résonnent des chants d'un office orthodoxe.

L’article