DE | FR

Les chauffeurs Uber, désormais travailleurs salariés au Royaume uni

epa09023555  (FILE) - An image showing an Uber app on a mobile phone in central London, Britain, 22 September 2017 (re-issued 19 February 2021). The UK Supreme Court on 19 February 2021 ruled the Uber drivers are not not self-employed but workers. Uber, that has some 45,000 drivers working in London and that lost earlier court cases, said it would contact its active drivers across UK and discuss the operations. The ruling could mean Uber drivers may be entitled to holiday payments and minimum wages.  EPA/WILL OLIVER *** Local Caption *** 55660504

L'application Uber reconnait désormais le statut de travailleur salarié à ses chauffeurs au Royaume-Uni. Image: sda

Uber va accorder à ses chauffeurs britanniques le statut de travailleurs salariés, avec salaire minimum et congés payés. Une première mondiale pour la société américaine.



C'est un chamboulement du modèle des plateformes numériques au Royaume-Uni. Le géant américain de réservation de chauffeurs vient d'annoncer que l'ensemble de ses plus de 70 000 chauffeurs dans le pays bénéficieront de ces avantages. Il s'agit d'un profond changement pour Uber dont les conducteurs étaient jusqu'à présent des travailleurs indépendants.

«Travailleurs» et «employés»

La loi britannique distingue le statut de travailleurs , qui peut recevoir le salaire minimum et d'autres avantages, de celui de salariés au sens strict, qui bénéficient d'un contrat de travail en bonne et due forme.

«Désormais les chauffeurs Uber au Royaume-Uni toucheront au moins le salaire minimum, auront droit à des congés payés et pourront cotiser à un plan d'épargne-retraite, auquel contribuera la société»

Communiqué de la société Uber.

Le salaire minimum est de 8,72 livres (11,22 francs) de l'heure au Royaume-Uni, et doit passer à 8,91 livres (11,46 francs) en avril. Un chauffeur Uber gagne plus que cette somme en moyenne, soit 17 livres (21 francs) à Londres et 14 livres (18 francs) dans le reste du pays.

Vers une hausse des tarifs ?

Uber ne dévoile pas le coût de ces mesures, qui devrait peser un peu plus sur de fragiles finances d'une société pas encore rentable et dans une mauvaise passe avec les restrictions sanitaires. Le groupe devrait absorber une partie du coût car il peut difficilement augmenter ses tarifs, notamment à Londres où la concurrence est vive.

Communiqué du syndicat App drivers & couriers union - ADCU, en réponse à la Cour suprême britannique qui considère les chauffeurs Uber comme des «travailleurs» salariés.

Le directeur général de Uber, Dara Khosrowshahi, a proposé en février une série de propositions aux gouvernements et syndicats en Europe. L'objectif est de garantir une rémunération transparente et juste aux chauffeurs et de leur offrir plus d'avantages. Uber souhaite répliquer en Europe ce qu'elle a proposé en Californie, à savoir des conducteurs indépendants, mais qui reçoivent des compensations.

Un effet papillon espéré pour d'autres plateformes numériques

Reste à savoir si l'annonce d'Uber aura des conséquences sur les autres plateformes numériques au Royaume-Uni qui sont les symboles d'emplois précaires et peu payés.

L'application de livraison alimentaire Deliveroo, notamment, attend la décision de la Cour d'appel de Londres pour savoir s'ils peuvent bénéficier d'une convention collective afin d'avoir de meilleures conditions de travail. (ats/afp)

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Interdit de vente de smartphones, Huawei se lance dans le porc

Interdit de vente de smartphones aux Etats-Unis, Huawei cherche d’autres sources de revenus. Le géant de la télécommunication vend désormais son intelligence artificielle aux éleveurs de porcs en Chine.

En 2019, le gouvernement américain accusait Huawei de vouloir exploiter sa 5G à des fins d’espionnage pour le compte du gouvernement chinois. Donald Trump a qualifié la firme d'être une «menace pour la sécurité nationale» et l'a ainsi empêché de commercer avec la plupart des entreprises américaines. Depuis, les ventes de smartphone de Huawei ne font que chuter.

L'automne dernier, l'entreprise enregistrait une perte de 42%. Mais le géant chinois ne s'avoue pas vaincue. Il y a quelques jours, …

Lire l’article
Link zum Artikel