International
Scandale

Colombie: le président Petro impliqué dans un scandale

Scandale d'écoutes illégales: ça se corse pour le président Petro

Colombia's President Gustavo Petro listens to Spain's Prime Minister Pedro Sanchez during a joint news conference at the Moncloa Palace in Madrid, Spain, Thursday, May 4, 2023. Petro is on a ...
Onze mois après son élection historique à la tête de la Colombie, Gustavo Petro rencontre de nombreuses difficultés.Keystone
La commission électorale a ouvert une enquête sur le financement de la campagne du premier président socialiste du pays.
06.06.2023, 06:0306.06.2023, 06:19
Plus de «International»

Le président colombien Gustavo Petro s'est retrouvé directement mis en cause lundi dans le scandale de chantage, écoutes illégales et détecteur de mensonge impliquant deux de ses proches.

Des enregistrements de l'ex-ambassadeur de Colombie au Venezuela, Armando Benedetti, un des acteurs du scandale qui a été démis de ses fonctions la semaine dernière par son patron, ont rajouté ce weekend un nouvel épisode à ce scandale en forme de telenovela à tiroirs.

Selon leur retranscription dimanche par l'hebdomadaire conservateur Semana, le diplomate a menacé la cheffe de cabinet du président, Laura Sarabia - elle aussi démise de ses fonctions - de révéler un présumé financement illégal de la campagne électorale du candidat socialiste à hauteur de 3,5 millions de dollars (3,17 millions de francs).

«Laura (...) Nous allons tous tomber. Nous sommes tous finis. On va tous en prison (...) Avec toute la merde que je sais, on est tous baisés, si tu me baises, je te baise»(sic)
Benedetti à Sarabia, dans un enregistrement truffés d'injures.

Audios «manipulés»

Vieux routard de la politique colombienne, Benedetti a joué un rôle-clé dans la victoire du premier président de gauche de l'histoire du pays à l'été 2022. Il a affirmé que ses audios «ont été manipulés» et s'est excusé auprès du président Petro, mais n'a pas démenti leur authenticité:

«Il est clair qu'il y a une campagne visant à me discréditer (...) dans le but de disqualifier ce que je pourrais dire à l'avenir»

Suite à ces révélations, en une de tous les médias nationaux, la commission nationale électorale (CNE) a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire, et convoqué pour le 13 juin les deux principaux protagonistes de l'affaire. La CNE a également demandé à l'hebdomadaire de droite l'intégralité des enregistrements audio.

«Non au chantage»

«Aucun membre du cabinet gouvernemental, ni directeur ou commandant des forces de sécurité, ni directeur des appareils de renseignement n'a ordonné d'interceptions téléphoniques, ni de perquisitions illégales, ni accepté de chantage au sujet de postes publics ou de contrats, ni reçu d'argent dans la campagne de la part de personnes liées à des trafiquants de drogue», s'est défendu le dirigeant colombien:

«Je n'accepte pas le chantage et je ne considère pas non plus la politique comme un espace de faveurs personnelles. J'exprime ma solidarité envers Laura Sarabia, sous le coup d'énormes pressions. Je pense comprendre ce qui se passe dans l'esprit d'Armando Benedetti, j'accepte ses excuses, mais il doit expliquer ses dires au parquet et au pays.»
Gustavo Petro

La vice-présidente colombienne, Francia Marquez, et plusieurs membres de son cabinet sont montés au créneau pour le défendre:

«On pouvait s'attendre à ce que la droite ne reste pas les bras croisés à regarder comment nous gouvernons la Colombie vers le changement»

Onze mois après son élection à la tête du pays, Gustavo Petro rencontre de nombreuses difficultés pour faire adopter ses réformes au Parlement, ou encore dans son ambitieux plan de «paix totale» avec les groupes armés promis au pays. Il a remanié fin avril son gouvernement, alors que sa coalition au Parlement avec les centristes et les libéraux s'est cassée. (ats/jch)

Manifestation dans les rues colombiennes
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi ce juge suffoque entre sa femme, Trump et un drapeau
C'est un véritable feuilleton qui ébranle la Cour suprême. Depuis que Samuel Alito a été pris en flagrant délit de drapeau américain hissé à l'envers devant sa maison, ce juge conservateur est accusé (au mieux) de fricoter avec Trump. Jeudi, dans une lettre étrange, il a refusé de se récuser et rejette encore la faute sur sa femme... sans la nommer. Récit.

«My wife.» Dans un courrier officiel adressé au démocrates du Congrès américain, Samuel Alito rejette (une nouvelle fois) toute la responsabilité sur sa «femme». Une épouse qui n'aura d'ailleurs jamais droit à un nom, malgré deux bonnes pages d'explications. Ce juge de la Cour suprême va même pousser le bouchon jusqu'à former une anaphore, comme l'avait fait François Hollande avec son célèbre «moi, président de la République»: pas moins de quatre paragraphes qui démarrent par «My wife» et qui sont censés le disculper.

L’article