DE | FR

Quatorze morts dans une attaque suicide dans le centre de la Somalie

Samedi dans un restaurant, en Somalie, un attentat suicide revendiqué par des djihadistes a tué au moins quatorze personnes, parmi lesquelles des responsables politiques locaux. Des élections doivent se tenir prochainement dans cette ville.
20.02.2022, 10:5220.02.2022, 13:38
Un membre des forces de sécurité marche à côté d'un bâtiment partiellement détruit lors d'une attaque contre la police et les points de contrôle à la périphérie de la capitale Mogadiscio, en Somalie, le 16 février 2022.
Un membre des forces de sécurité marche à côté d'un bâtiment partiellement détruit lors d'une attaque contre la police et les points de contrôle à la périphérie de la capitale Mogadiscio, en Somalie, le 16 février 2022. source: keystone

Suite à l'attentat suicide dans la ville de Beledweyne, en Somalie, le bilan est lourd. La police et des témoins font état de dix morts dont plusieurs hauts fonctionnaires locaux. Mais quatre des 16 civils blessés dans l'explosion d'un kamikaze ont succombé à leurs blessures à l'hôpital, a indiqué Mohamud Hassan, un officier de police local.

«Le nombre de personnes décédées dans l'odieux attentat terroriste perpétré, aujourd'hui, à Beledweyne est passé de dix à quatorze», a-t-il déclaré.

«C'est le pire attentat que j'ai connu dans cette ville»
Mohamud Hassan, un officier de police local

La sécurité avait été renforcée à Beledweyne, à 340 km au nord de Mogadiscio, en raison de la tenue prochaine d'élections locales.

Attentat revendiqué par les shebab

«Un combattant martyr shebab est entré dans ce lieu (...) et parmi les tués figurent le gouverneur adjoint de la région d'Hiiran, le chef adjoint des affaires sociales du district de Beledweyne et le chef adjoint des services de renseignement de Beledweyne», ont affirmé les shebab dans un bref communiqué revendiquant l'attentat.

Selon des témoins, l'explosion a ravagé une terrasse du restaurant Hassan Dhiif, où les gens s'étaient rassemblés à la mi-journée pour déjeuner.

Un témoin, Mahad Osman, a indiqué avoir vu les corps de plusieurs morts et que de nombreuses victimes avaient été emmenées à l'hôpital local. «Beaucoup de gens attendaient d'être servis lorsque l'explosion s'est produite», a-t-il indiqué en décrivant la scène de sanglant chaos qui a suivi.

Dans un autre incident samedi, une personne a été tuée et six autres blessées lorsqu'une bombe a explosé dans un salon de thé à Bosaso, la capitale économique de l'Etat du Puntland, dans le nord du pays, a indiqué la police. Cette explosion n'a pas encore été revendiquée.

Un an de retard pour les élections

La Somalie, et particulièrement sa capitale Mogadiscio, ont été, ces dernières semaines, le théâtre de multiples attaques pour la plupart revendiquées par le mouvement djihadiste des shebab, lié à Al-Qaïda, et toujours très implanté dans les zones rurales.

Les shebab, qui combattent le fragile gouvernement central, ont été chassés de Mogadiscio en 2011 après une offensive de la force de l'Union africaine, mais ils contrôlent toujours de vastes parties du pays.

Selon le dernier calendrier électoral, l'élection de la chambre basse du parlement fédéral devait s'achever d'ici le 25 février, avec plus d'un an de retard.

Conflit entre président et premier ministre

Un conflit oppose le président Mohamed Abdullahi Mohamed, plus connu sous le surnom de Farmajo, au premier ministre Mohamed Hussein Roble au sujet des retards répétés pris dans le processus électoral, qui inquiètent les bailleurs de fonds internationaux de la Somalie.

Les élections en Somalie suivent un modèle indirect complexe, dans lequel les députés des États et les délégués des clans choisissent les représentants du parlement national, qui à leur tour désignent le président de la République.

Le vote pour la chambre haute s'est achevé l'année dernière, tandis que les délégués des clans ont jusqu'à présent élu 159 des 275 députés qui siègent à la chambre basse.

Les États-Unis ont appelé vendredi les dirigeants somaliens à organiser les élections d'une «manière crédible et transparente» d'ici le 25 février. «Les États-Unis demanderont des comptes à ceux qui font obstruction au processus ou le compromettent», selon le texte. (ats/myrt)

Si vous avez besoin de légèreté désormais👇

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Amber Heard nie avoir fait caca dans le lit de Johnny Depp
Johnny Depp avait déclaré au tribunal que la fameuse crotte était trop grosse pour appartenir à son chien, mais Amber Heard affirme que c'était celle de son yorkshire.

Hier, le procès en diffamation entre Johnny Depp et Amber Heard a repris sur les chapeaux de roues. De retour devant un tribunal de Virginie et au 16ᵉ jour du procès, Amber Heard dément les accusations selon lesquelles elle aurait déféqué dans le lit de Johnny Depp.

L’article